Nuggets

Les Nuggets ont évité la catastrophe : victoire au Game 2, après avoir été menés de 19 points à domicile…!

murray jokic nuggets
Source image : NBA League Pass

Ils ne sont pas passés loin d’une grosse galère, mais heureusement ils ont trouvé l’arme nécessaire pour égaliser dans leur série face aux Spurs. Les Nuggets peuvent souffler un bon coup, et remercier Jamal Murray au passage.

L’ambiance était sacrément impressionnante au Pepsi Center ce mardi soir, en pleine deuxième mi-temps. Il faut dire que le scénario avait une sale gueule, mais vraiment. Déterminés à changer leur image véhiculée depuis des années, les soldats du Colorado étaient menés de près de 20 points, avec une grosse quinzaine de minutes à jouer. Et le stéréotype, balancé avant le début des Playoffs par bon nombre d’observateurs, commençait à se répandre dans les travées de la salle des Nuggets. Trop d’inexpérience, trop dur de se taper une équipe comme les Spurs pour son retour aux phases finales. Trop prévisible de voir Gregg Popovich sortir sa flûte magique et nous bercer avec une mélodie dont il a le secret, du genre Derrick White MVP du Game 1 et qui sait en MVP du Game 2. C’était là, devant eux, devant leurs yeux. Les fans de Denver étaient entassés à domicile devant leurs joueurs, persuadés que la réaction serait exemplaire pour ce second match de Playoffs, et tout ce qu’il y avait était ce score, ce foutu score imposant les plus sombres pensées aux habitants de la région : 78-59, milieu de troisième quart. Historiquement, San Antonio a souvent montré une formidable capacité à chier dans la colle en ayant de grandes avances, mais il semblait y avoir quelque chose de vraiment inquiétant pour les Nuggets à ce moment précis de la rencontre. Il y avait comme une sorte de fatalisme, un laisser-aller qui empêchait qui que ce soit de gueuler afin de mener la charge. Les Spurs déroulaient leur basket, les jeunes gars de Denver n’arrivaient pas à imposer leur jeu, et on se dirigeait tout droit vers un 2-0 aussi stupéfiant que prévisible pour certains. Sauf que face à cette impasse, Jamal Murray et sa bande vont soudainement se réveiller, pour retrouver le charme de leur magnifique saison. Le jeu qui reprend des couleurs, la défense qui reprend ses droits, le public qui reprend vie, et toute une machine qui reprendre sa cadence infernale. Sur le seul dernier quart-temps, les Nuggets vont lancer un tsunami qui va anéantir les visiteurs une bonne fois pour toutes.

39 à 23 pour Denver sur les douze dernières minutes, end of the story comme le dira un Popovich énervé en sortie de défaite. Il faut dire que le coach légendaire ne pouvait pas faire grand chose face à l’inconscience de Jamal Murray dans le camp adverse. Maladroit au possible sur la fin du Game 1, incapable de transpercer la filoche sur ce début de Game 2, le meneur des Nuggets rentrait enfin dans la zone. Sa zone, celle qui fait de lui une des gâchettes les plus redoutées de toute la Ligue lorsqu’il est dans le rouge : 21 de ses 24 points dans le money-time, holy shit. Des tirs à trois-points en transition, des finitions d’horloges en étant totalement décalé sur ses appuis, des bonnes passes pour ses coéquipiers quand la défense des Spurs s’ajustait, tout y était. Et c’est certainement tout ce qu’il fallait, afin de sauver les Nuggets d’un sacré pétrin. Aller à San Antonio en étant mené 2-0 ? Le cauchemar aurait probablement été trop profond pour voir Denver réaliser un exploit légendaire en déplacement. Au lieu de ça, c’est toute une salle qui a explosé sous les flèches de son meneur. C’est tout un banc qui s’est levé pour sauter sur chaque shoot du bonhomme. Et c’est tout un effectif, une fois le buzzer final sonné, qui allait remercier Murray en lui claquant une bise ou un câlin. Car ils le savaient parfaitement, sans le coup de chaud de Jamal, peut-être que ce mercredi serait celui de la panique pour les gars de Denver. Grâce à Murray, mais aussi la production d’un Jokic bien plus engagé et la paire Harris – Millsap, les Nuggets se sont donc rattrapés et vont pouvoir aller à San Antonio en ayant un peu plus confiance. Il faudra gagner là-bas, ce qui n’est pas aisé sur le papier. Mais si le miracle signé Murray peut relaxer tout le monde et permettre à Denver de retrouver son efficacité prouvée tout au long de la saison, alors il faudra en parler dès aujourd’hui, afin que le Game 3 chez les Spurs soit abordé correctement.

Ils ne sont pas passés loin d’une sacré déconvenue, mais les Nuggets sont aujourd’hui à égalité avec les Spurs. Un partout, balle au centre, direction San Antonio pour voir laquelle de ces deux équipes craquera en premier.

1 Comment

1 Comment

  1. Blouson Noir

    17 avril 2019 à 15 h 47 min at 15 h 47 min

    Je m’inscris en faux, un Popovich énervé ça dit « end of story ». « End of the story », c’est pour ceux qui veulent se la péter en maniant un mauvais anglais.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top