Warriors

We Believe : pour leur dernier match de saison régulière à l’Oracle Arena, les Warriors étaient sublimes

Stephen Curry
Source image : NBA League Pass

Si le match de cette nuit entre Warriors et Clippers n’avait pas d’immense implication dans la course aux Playoffs, le contexte était lui particulier pour les fans de Golden State : en mode We Believe, l’Oracle Arena a rugi une dernière fois en saison régulière. Tout est bien qui finit bien.

Light years ahead. C’est ce que se sont tués à dire les hauts-placés de la franchise californienne depuis des mois, des années, considérant que leur façon de penser et leur méthode était en avance sur leur temps, en avance sur la concurrence. Les résultats sont là, pas grand chose à dire. Mais dans la manière aussi, les Warriors savent faire les choses bien, et à fond. Il suffisait de voir l’énergie dans l’Oracle Arena cette nuit pour comprendre cela, même dans une énième saison terminée dans les hauteurs de l’Ouest. Des oignons coupés par centaines ? Oui, un peu. Il faut dire que le match était marquant d’un point de vue historique. Avant de déménager dans quelques mois à San Francisco, les Dubs devaient jouer un dernier match de saison régulière à l’Oracle, the Oracle, la salle qui a proposé une ambiance démentielle pendant des années et s’est transformée en salle de torture sur la décennie 2010, l’ère Stephen Curry. Le patron et ses coéquipiers étaient impatients, car ils avaient réservé une surprise pour leurs fans. Un dernier match joué dans le maillot de 2007, le fameux, celui des Playoffs We Believe de Baron Davis et compagnie. Un parcours inoubliable, des moments ineffaçables, mis en avant dans cette soirée exceptionnelle. Impatients, les Warriors enlevaient leurs affaires d’échauffement à l’unisson pour créer une vague d’hystérie dans les rangs de l’Oracle. Yep, ils l’ont fait. Ils ont osé rendre hommage à cette folle troupe dirigée par Don Nelson, portant le maillot orange que Steph lui-même avait arboré lorsqu’il débarquait dans la Ligue, sans savoir encore qu’il allait révolutionner le jeu à sa façon. Et forcément, la soirée ne pouvait être que magique après avoir vu cela.

Des sourires dans toute la salle, des Clippers invités en partenaires pour une dernière démolition, et ce show made in Golden State qui se voyait une dernière fois en saison régulière, dans cette salle mythique. Curry était évidemment au top de sa forme, pour ponctuer le tout à distance. Fin de troisième quart, une bombe de près de 10 mètres, car c’était tout ce que voulaient les fans. Et Kevin Durant plus propre que jamais (6/7 au tir), et Klay Thompson dans son rôle habituel, et un DeMarcus Cousins bougon, et un airball de Draymond Green, et les efforts de Looney comme tous les autres joueurs du banc. Le score final ? Peu importe, Golden State devait gagner et Golden State a gagné. Mais le souvenir restera bon, intact, comme il devait être dessiné par Steve Kerr et ses hommes dans cette ultime soirée à l’Oracle hors Playoffs. L’entraîneur des Dubs prenait le micro une fois le match terminé, pour remercier tous ceux qui ont participé à la fête. Cette incroyable fête de plusieurs années, parfois marquée de tristes moments, et souvent marquée ces derniers temps par des moments de célébration. L’Oracle Arena termine son ère de saison régulière avec le sentiment du devoir accompli, un dernier coup d’oeil dans le rétro et sur cette constellation de stars rassemblées sous le même maillot. L’excellence du présent, avec un hommage au passé. Que demander de plus ? Un petit titre supplémentaire, évidemment. Et on le sait, les joueurs veulent le faire. Ils veulent quitter cette salle mythique sur un dernier coup de champagne, une dernière parade, des derniers confettis. Afin de réaliser une transition parfaite, et qu’à tout jamais l’Oracle soit conservée dans les mémoires comme une salle où, débat ouvert, a joué une des meilleures équipes de tous les temps.

C’était le maillot parfait, pour la soirée parfaite, et dans une ambiance parfaite. Les Warriors ont raconté leur histoire et rappelé leur présent, tout en se positionnant avec fierté face à l’avenir. Il restera quelques matchs à l’Oracle Arena, mais plus jamais en saison régulière : so long, ce fût un régal.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top