Hornets

Incroyable : Jeremy Lamb claque le shoot de l’année à Toronto, victoire au buzzer du milieu du terrain…!

Jeremy Lamb
Source image : NBA League Pass

Alors comme ça, il faudrait être une star pour avoir le trophée de shoot le plus dingue de l’année ? Jeremy Lamb a son mot à dire : la gâchette des Hornets a tué les Raptors au buzzer… sur une bombe envoyée du milieu du terrain.

Puisqu’on vous répète sans cesse qu’il faut constamment lâcher un tir du désespoir, même quand il y a peu de chances que ça rentre. Des années, des années et encore des années passées à envoyer de la quiche de 15 mètres, des ogives à une ou deux mains en y croyant à peine. Tout ça pour quoi ? Tout ça pour ça. Ce dimanche à Toronto, les Hornets n’étaient clairement pas favoris. Quand t’as le 5 majeur des Raptors au complet et que tu te ramènes chez eux, la probabilité que tu t’en sortes vivant est déjà faible, alors repartir avec une victoire n’en parlons pas. Charlotte devait se démerder pour rester dans la partie, espérer quelques miracles, et puis pourquoi pas un petit shoot venu de Jupiter histoire de ponctuer le tout. On parle quand même d’un scénario dans lequel ni Parket ni Batum étaient là, un scénario dans lequel Kemba Walker est à 3/17 au shoot, un scénario dans lequel le duo Siakam-Leonard envoie 51 pions dans le camp d’en face. Normalement, quand tu prends ces simples éléments et que tu cherches la fin de la phrase, tu termines à 100% de chances sur une défaite des Hornets. Pas besoin de cogiter pendant des heures, c’est strictement impossible que Charlotte l’emporte dans des conditions pareilles, tout ça en n’ayant aucun joueur de l’équipe à plus de 20 points. Et bien la magie (un peu bourrée) de la NBA, c’est ça. C’est ce genre de séquence, qui nous rappelle à quel point on ne peut déterminer le vainqueur de chaque match, et ce malgré la présence du scénario le plus flingué de tous les temps. Oui, les Hornets ont bien gagné à Toronto, et oui, ce fût bien sur le shoot de l’année signé Jeremy Lamb.

Du basket ou du lancer de patate chaude, difficile à dire. Une chose est sûre, les Hornets et leurs fans étaient en transe en voyant ce ave maria terminer contre la planche pour la gagne. Il faut dire que, au moment où ces lignes sont écrites, les boys de James Borrego se battent encore et toujours pour une place en Playoffs. Perdre à Toronto, ce qui était attendu, ne devait qu’enfoncer Charlotte dans le canapé de futur téléspectateur pour les phases du printemps. Au lieu de ça, la franchise de Jojo reste collée au cul d’Orlando et du Heat, grâce à ce genre de miracle. C’est aussi une juste récompense pour Lamb, qui réalise une belle saison en Caroline du Nord. Considéré comme le second ou troisième meilleur joueur de la franchise cette année, Jeremy a gardé les deux pieds sur l’accélérateur depuis le soir de la reprise, et ce genre de lucky shot était assez mérité. Pour un joueur dont on ne parle pas tellement, qui ne cherche pas d’excuses et qui maintient son équipe offensivement dans chaque match, c’est propre. Et c’est aussi un retour de karma fort sympathique pour l’arrière, qui avait vu son floater ricocher au fond de l’arceau en début de semaine, lorsque les Sixers s’étaient pointés à Charlotte. Une défaite amère, une victoire inespérée, les dieux du basket ne sont pas des salopards, finalement.

Apparemment, la NBA n’avait pas mesuré de shoot de la victoire aussi lointain depuis un certain Tyreke Evans, exceptionnel face aux Grizzlies en 2010. Si l’action de Jeremy Lamb finit sur TF1 aujourd’hui, ne soyez pas étonnés.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top