Bucks

Giannis Antetokounmpo et les Bucks ont un peu couru : 148-129 contre Washington c’est pas une Woj Bomb, c’est une Greek Biffle

On se doutait que ce match ne serait pas le plus équilibré de la soirée, merci les Wizards qui paraissent eux-mêmes assez… déséquilibrés. Et bingo, il n’aura fallu qu’un foutu quart-temps pour se dire qu’on avait évidemment raison.

Pas n’importe quel quart-temps hein. Parce qu’on dit quart-temps mais on aurait pu dire carton, rime intelligente, les Bucks terminant le premier round sur le sympathique score de… 50 à 35. Cinquante. Points. En. Un. Quart. Temps. Pas étonnant me direz-vous, les Wizards étant davantage occupés durant le match à gérer leurs trades qu’à jouer au basket. 50 au bout de douze minutes donc, et 85 à la mi-temps, viens me chercher le All-Star Game, avec un Giannis Antetokounmpo à… 3/3 du parking, de quoi faire trembler pour de bon la planète. Tout le monde s’éclate, à la queue leu leu, et Giannis terminera d’ailleurs la rencontre à un tout petit point de son career high, on vous met ça juste en dessous en vous conseillant de vous pencher sur le pourcentage au tir :

43 points, 6 rebonds, 4 passes et 3 steals, à 17/21 au tir dont 3/3 du parking et 6/11 aux lancers

17/21 au tir, another day at the office pour Giannis, et des grands MVP balancés un peu toute la soirée, même si l’intensité défensive déployée par les Sorciers auraient pu permettre à ma Tata Germaine de coller son triple-double. Il arrivera en tout cas, bientôt, un jour où l’énergumène des Bucks finira une soirée avec un 20/20 sur sa copie et sur les boxscores, tellement le garçon est parfait dès lors que les mecs en face ne sont pas à 100%. Des Wizards qui se seront finalement bien battus en deuxième mi-temps mais pour qui l’écart au score et l’écart de niveau étaient décemment trop grands. Mention spéciale à Bradley Beal et surtout Thomas Bryant (26 points et 14 rebonds pour le bien nommé sophomore), mais la meilleure équipe de la NBA cette saison ne l’est pas par hasard et pour ces Bucks, croiser aujourd’hui un adversaire qui ne sait pas où il va est automatiquement synonyme de grosse branlée.

Giannis Antetokounmpo mais aussi Eric Bledsoe, Khris Middleton, Ersan Ilyasova ou Malcolm Brogdon, tout le monde aura passé une chouette soirée à Milwaukee, profitant des largesses de l’adversaire pour envoyer un gros 19/30 du parking et pour aller titiller les 150 pions et en marchant s’il vous plait. C’est pas Dallas, mais Milwaukee ressemble quand même très fort cette saison à un univers impitoyable.

stats Wizards stats Bucks

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top