Kings

Les Kings se sont bien repris : après la mini-tempête les kids de Sacramento tiennent bon

De'Aaron Fox

Suite à un week-end particulièrement mouvementé dans la capitale californienne, on se demandait si les Kings allaient nous faire une Kings… ou non. La réponse a été ferme en ce début de semaine.

C’est bien. C’est bien parce que cela montre avant tout qu’ils grandissent petit à petit dans ce coin des States. C’est bien aussi parce que la tentation de faire la spéciale, c’est-à-dire partir en couilles au bout d’un mois de solide compétition, était grande. C’est bien enfin parce que le bordel en interne n’a pas affecté plus que cela le produit sur le parquet, ce qui inquiétait pas mal les fans de Sacramento. Et comment ne pas les comprendre ? Après un début de saison en mode boulet de canon, autour d’un jeu excitant et de jeunes joueurs prêts à bousculer l’ordre établi, voir les rumeurs autour d’un potentiel licenciement de Dave Joerger avait quelque chose de malsain. Quelque chose de vraiment triste, dommage, car on ne voulait pas retomber dans le circuit habituel tant apprécié par les plus sadomasochistes des supporters locaux, qui peuvent autant apprécier la singularité de leur équipe que la souffrance qu’elle procure. C’est donc un sale week-end que la cité californienne passait, avec un coach mis sur le feu et des embrouilles de pouvoir en coulisses débordant un peu trop sur le jeu. Machin doit jouer davantage, l’autre moins, lui un peu plus,… Au final ? Après une tape publique dans le dos signée Vlade Divac, les Kings se sont remis au boulot et en ont profité pour taper deux steaks de la Conférence Ouest : OKC puis Utah.

D’abord la spéciale Buddy Hield, puis la spéciale Willie Cauley-Stein, dans un registre typique de ce début de saison la clique de Nemanja Bjelica a offert un effort collectif pour écarter deux vraies menaces. Alors certes, on a pu voir quelques micro-modifications liées à la gueulante récente, notamment Marvin Bagley qui a eu le droit à un petit coup de boost sur son temps de jeu, et Harry Giles rappelé vite fait bien fait de G-League. Mais hormis ça ? On prend les mêmes et on recommence, surtout dans le rythme de jeu. En suivant un De’Aaron Fox plus rapide et agressif que jamais, les Kings se sont régalés sur son jeu de passes de plus en plus précis et une envie féroce d’atteindre le level supérieur avant les autres. Maladroit au shoot face au Thunder, Monsieur Renard a été bien plus propre contre Utah et c’est toute une équipe qui a pu en profiter, notamment Iman Shumpert qui est en train de vivre le scénario rêvé avant une future free agency, et Bogdan Bogdanovic qui commence gentiment à retrouver son rythme. Passer le week-end sans trembler et se retrouver confiant aujourd’hui, c’est une marque d’évolution qui doit être soulignée et devra être confirmée lors du prochain match des Kings… en déplacement chez les Warriors.

Alors qu’on aurait pu tomber sur un cas typique de Sacramento, avec une affaire en interne qui bousille les progrès entrevus en début de saison, ces jeunes Kings veulent quitter le script habituel et l’ont prouvé collectivement cette semaine : just keep running les copains.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top