Equipes

Les salaires du Jazz pour la saison 2018-19 : il va falloir s’occuper de Ricky Rubio…

Salaires Utah Jazz
Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

Afin d’aborder au mieux cette nouvelle saison du côté de Utah, voici un rapide coup d’œil sur la situation financière du Jazz : attention à la mène.

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

Couverture

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le plafond de la Luxury Tax est fixé à 123,000,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 101,800,000$ cette année.
  • Avec 115,742,289$ prévus contractuellement cette saison, le Jazz a une masse salariale correcte, mais il faudra bien surveiller le dossier des joueurs en dernière année de contrat.
  • La grande décision du Jazz cet été, on l’a vu, a été de conserver les cadres qui sans faire de bruit sont importants dans la rotation de Quin Snyder. Ce ne sont pas un ou deux mais donc trois hommes qui ont été prolongés, en Raul Neto, Dante Exum et Derrick Favors. Rien de surprenant quand on connaît l’étiquette qu’a cette franchise depuis des décennies, mais ce qui veut aussi dire que le Jazz croit en ce groupe et veut le voir atteindre son potentiel maximum. Bien évidemment, c’est la traction Rubio – Burks qui va le plus attirer notre oeil sur les prochains mois.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 5

  • Rudy Gobert
  • Joe Ingles
  • Dante Exum
  • Jae Crowder
  • Grayson Allen
  • Bon, évidemment, on peut déjà compter sur l’option que va mettre le Jazz sur Donovan Mitchell, mais il n’y aura finalement pas beaucoup de têtes assurées de revenir dans un an, ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que cela assure moins de potentielle continuité pour Quin Snyder et son staff. La bonne, bonjour la flexibilité pour proposer du gros contrat à des agents libres. En attendant de voir comment se déploient les copains comme Tony Bradley ou Grayson Allen, Utah va devoir faire avec ses joueurs sous contrat garanti et ensuite bien choisir à qui filer quelques gros billets.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Ricky Rubio : agent-libre dans quelques mois, le meneur espagnol a fait l’unanimité en une saison chez le Jazz, en tant que parfait complément de Donovan Mitchell, excellent défenseur et bon relais de Quin Snyder sur le parquet. Seulement, Ricky pourrait être gourmand, et demander un peu trop à une franchise qui ne roule pas non plus sur l’or. Il faudra donc surveiller la saison de Rubio, ses déclarations face à la presse et ce que le management pourra lui filer. Une chose semble sûre et certaine aujourd’hui, l’intérêt d’une prolongation est mutuel.
  • Alec Burks : comme une odeur de fin de parcours pour l’homme au nom de famille en mode onomatopée. Après avoir fait ses débuts en NBA chez le Jazz, Alec pourrait faire ses adieux à la cité du lac salé en fin de saison. Agent-libre cet été, Burks ne va certainement pas regarder tout le secteur extérieur lui passer devant à Utah, son temps de jeu étant en chute libre depuis quelques mois. S’il n’est pas transféré avant février, on peut déjà garantir le départ en juillet.
  • Royce O’Neale : venu de quasiment nulle part et magnifique surprise de la saison passée, Royce a totalement changé la donne pour le Jazz comme pour son banquier. Avec un contrat au salaire non-garanti et le besoin de s’assurer un quotidien peinard à Utah, O’Neale pourrait suffisamment bien jouer pour forcer la main de ses supérieurs et ainsi récupérer un contrat carré. C’est tout ce qu’on lui souhaite, car le joueur est aussi efficace que sympathique à regarder.
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top