Lakers

Michael Beasley pourrait jouer… pivot chez les Lakers cette saison : la spéciale signée Magic Johnson

Michael Beasley weed
Source image : Sportsgrid

Tout va bien chez les Lakers ? Tout va bien chez les Lakers. Alors que le camp d’entraînement approche gentiment, les plus belles expériences sont envisagées du côté de Los Angeles. Genre Michael Beasley en pivot ? Et pourquoi pas, tiens.

On peut se marrer, sécher ses larmes, appuyer sur les points de côté et souffler pour décontracter les abdos, mais on ne pourra pas nier ceci. Les Lakers, ces nouveaux Lakers, veulent changer le jeu et la façon dont il est abordé. Dans une NBA qui suit le modèle Warriors tel un chien et son maître, le groupe dirigé par Rob Pelinka et Magic Johnson a souhaité opter pour une route totalement différente. Du shooteur à foison et un meneur scoreur ? Nope. Mais des créateurs multiples et un cinq majeur avec des joueurs de même taille ? Yep. L’arrivée de LeBron James symbolise cette envie de nouveauté, en ayant entouré le King de personnalités aussi flippantes qu’excitantes. Rondo, Stephenson, Beasley, McGee, ajoutez cela aux Ingram, Lonzo, Kuzma, Hart et compagnie, et vous avez un effectif qui peut tenter des quintets venus d’une autre période de l’humanité. Cela avait déjà été mentionné cet été, et on en avait parlé en détail, il existe des murmures dans les coulisses de la franchise et qui évoquent un cinq avec LeBron en pivot. Loin d’être le plus à l’aise dans ce secteur, le King est cependant un monstre de polyvalence et le fait de le caser par séquences sur ce spot pourrait créer des décalages énormes dans les rotations des équipes adverses. Du coup, quitte à y aller à fond dans ce délire ? C’est Magic Johnson qui en a rajouté une dose en suggérant le plan suivant : Beasley en pivot, quitte à nager dans le quatrième millénaire.

« Nous avons construit cette équipe en nous basant sur ce que nous avons vu pendant les derniers Playoffs. Nous avons vu la façon dont le jeu évolue aujourd’hui. Nous sommes contents, » a dit Magic lorsque le sujet était le poste de pivot. Il a parlé de la façon dont le jeu a changé, et il a rappelé que la décision reviendrait au final à Luke Walton. Il a mentionné Michael Beasley et JaVale McGee sur ce poste.

Bon donc là, on est sur la NBA de 2075, lorsque tous les joueurs draftés feront 2m05 pour 108 kilos, seront capables de tout faire sur le terrain et devront devenir les plus polyvalents possibles. Pour aborder le projet un minimum sérieusement, enfin si c’est possible, on peut tout de même apporter ceci : du cinq avec LeBron et Beasley à l’intérieur, ou Kuzma pour rester dans ce registre des gars de 2m06, il y en aura sur quelques séquences. Et encore une fois, ce n’est pas spécialement idiot quand on sait que les Rockets ont envoyé du quintet avec PJ Tucker et Trevor Ariza à l’intérieur. Maintenant, là où on peut aussi se permettre un rappel, c’est qu’à Houston ou Golden State on parle d’anomalie. Ce n’est donc le cas que de deux équipes, loin des 27 autres qui elles vont rester sur un secteur intérieur traditionnel et donc capable d’anéantir la peinture des Lakers. Seulement McGee et Zubac pour faire le job ? Peut-être que l’attaque de Los Angeles sera létale avec le cinq small ball mentionné, mais il y a deux côtés sur le terrain et on a très hâte de voir Beasley défendre Nikola Jokic ou Joel Embiid quand McGee aura pris ses deux fautes. Une chose est sûre, c’est que si Mike joue bien pivot, on va se régaler comme rarement devant l’écran.

Le rêve californien est bien présent, dans une approche du jeu qui se veut révolutionnaire. Lonzo, Ingram, LeBron, Kuzma, Beasley, ce genre de 5 entre 1m98 et 2m05, à fort potentiel sur du switch défensif, à fort potentiel sur du vidéo-gag au niveau stratégie. Vite, que la saison commence.

Source : LA Times

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top