News NBA

L’affiche de la finale de la BIG3 League est connue : ce sera une Coupe Davis entre Baron et Glenn

Glen Davis Baron Davis BIG3 League

Ça va se la jeter à l’ancienne chez Ice Cube.

Source image : YouTube

Après une compétition rude et acharnée entre anciens NBAers et joueurs en fin de carrière, on connaît enfin la grande finale de la BIG3 League. Elle opposera ce vendredi à Brooklyn l’équipe classée numéro 1, emmenée par Glen « Big Baby » Davis, à celle classée numéro 3, drivée par son homonyme, Baron Davis. Il va y avoir de quoi se marrer, du bon basket, et en plus, vu les types présents sur le parquet, il y a moyen que ça dévisse.

La Ligue d’été en trois contre trois du rappeur Ice Cube attire tous les regards des fans de NBA en manque de leur dose quotidienne (bande de drogués). Chaque année, le plateau est de plus en plus plaisant, et le bon esprit ainsi que l’amusement laissent rapidement la place à la compétition acharnée. Les joueurs ont beau être âgés, ou d’un niveau un peu moindre à celui de la Grande Ligue, ça n’en reste pas moins très compétitif. Il suffit de regarder quelques extraits de ces confrontations sur demi-terrain en 50 points pour comprendre qu’il ne fait pas un temps à laisser un Landry Fields dehors. Les demi-finales de cette compétition se sont déroulées vendredi dernier, et ont vu la team Power emmenée par un généreux fessier dénommé Glen Davis s’imposer 51 à 49, au bout du suspense, contre l’équipe Tri-State d’Amar’e Stoudemire. Dans l’autre rencontre, ce sont les 3’s Company du Baron qui se sont imposés très facilement, 50 à 28 aux dépends des 3 Headed Monsters de Reggie Evans. La finale de la BIG3 League va donc prendre des allures de Coupe Davis, sauf que cette fois, ce ne sera pas Lucas Pouille et Steve Darcis qui s’affronteront, ni même Paul-Henri Mathieu et Mikhail Youzhny (ça reste en travers de la gorge). Non, ce sont deux équipes très compétitives, avec des joueurs en forme, et des vétérans chevronnés. Et même si l’idée de voir une raquette dans les mains de Big Baby nous semblait alléchante, on préfère voir le mastodonte aux papattes douces, ses coéquipiers et ses adversaires s’affronter avec une grosse balle orange plutôt qu’avec une petite jaune. Allez, revue d’effectifs.

L’équipe qui porte l’étiquette de favori, de team à battre, c’est bien Power. Le casting fait rêver : sur le banc, on retrouve l’ancienne joueuse, Hall of Famer et coach Nancy Lieberman. Actuellement assistante au coaching aux Kings de Sacramento, l’ancienne meneuse de jeu a du lourd à manager. Commençons par le moins connu de la sphère NBA, en la personne de Xavier Silas. Deux petits matchs en NBA en 2012 avec les Sixers, précédés de quelques mois avec (cocorico) le BCM Gravelines. Rien d’éclatant, mais il n’a que 30 ans. Il est accompagné de Ryan Gomes, l’ancien de Boston et de Minnesota, qui est retraité depuis 2016. Le genre de joueur dont on aime bien se marrer, mais qui a fait quelques pures années en NBA. Allez, passons aux choses sérieuses. Parmi les jeunes (pré)retraités, on trouve donc Glen Davis. Le héros des demi-finales qui aime un peu trop la weed et les burgers est à son poids de forme, soit 225 kilos. Son imposant popotin est une solide arme, et son soyeux toucher est toujours aussi précieux. Dans la même catégorie, here comes the Birdman. Tout jeune retraité, Chris Andersen est encore plein d’énergie, et apporte un gros impact physique à son équipe. En voilà, du poids, du costaud. A 38 ans, il ne faut pas non plus sous-estimer un certain QRich. Quentin Richardson messieurs dames, l’ancienne gloire des Clippers, est toujours en bonne forme, même si on ne l’a plus vu sur un parquet de la Grande Ligue depuis 2013. C’est cette même année qu’une autre figure des Clippers, un des meilleurs ailiers de l’histoire de la franchise a pris sa retraite. Et oui, Corey Maggette est également de la partie pour les Power. Rajoutez à cela un énième ancien Angelino, qui a connu ses heures de gloire à Houston aux côtés de Steve Francis… Yes, c’est bien de Cuttino Mobley dont il s’agit. A 42 ans, il n’a plus la forme d’antan, mais est précieux dans ce roster niveau All-Star.

Pour leurs adversaires, le plateau recense des noms légèrement moins clinquants, mais des joueurs encore bien performants. Dans l’équipe managée par Michael Cooper, l’ancien joueur des Lakers époque Magic Johnson, on trouve Andre Emmett. Ce nom ne vous dit rien ? Le mec est un globe-trotter, qui a joué seulement 14 petits matchs en NBA. Il a traîné sa peine aux quatre coins du monde, au Venezuela, à Pau-Orthez, en Lituanie, en G League, en Chine, en Belgique, au Mexique et au Liban… et il est pressenti pour être MVP de la BIG3 League cette année, grâce notamment à ses 27 points en demi-finale. A ses côtés, on retrouve DerMarr Johnson. Les plus attentifs d’entre vous l’auront peut-être remarqué pendant ses sept saisons dans la Ligue en tant que remplaçant, notamment à Denver entre 2004 et 2007. Sinon, on retrouve des têtes bien connues de notre NBA préférée, des jeunes retraités ou semi-retraités comme Drew Gooden, ce bon gros Jason Maxiell ou le MVP all-time dans le cœur des fans, Dahntay Jones. Mais l’attraction principale du roster de la 3’s Company est un monsieur qu’on aime beaucoup. Oh oui, on l’aime notre Baron Davis, et ça fait tant plaisir de le voir s’éclater sur un parquet. Ceux qui devraient fouler le parquet du Barclays Center ce vendredi sont le Baron, Emmett, Johnson et Gooden, tandis que leurs adversaires devraient aligner Big Baby, Birdman, Maggette et Mobley. Si le talent semble être légèrement supérieur du côté de la team Power, les moyennes d’âge sont équivalentes entre les deux rosters : 36,4 pour l’équipe de l’ancien pachyderme des Celtics, contre 36,6 pour la team de B-Diddy. Rien n’est joué d’avance, surtout avec la spécificité de la BIG3 League, les spots à 4 points, qui peuvent faire basculer une rencontre à tout moment.

La réussite insolente, outrecuidante d’Emmett du parking pourrait faire la différence en faveur de la 3’s Company. Mais pour gagner, il leur faudra passer sur le corps de Glen Davis. Etant donné que la finale se déroule vendredi, il vaut mieux qu’ils commencent à en faire le tour dès demain, s’ils comptent accéder au cercle un jour. Les audiences devraient être au rendez-vous, et dépasser les 1,47 millions de téléspectateurs des demi-finales. Une petite respiration basket en plein milieu de l’été, ça se prend. Cette rencontre de vendredi est l’occasion de revoir des anciennes gloires, et de kiffer un bon coup avant de retourner en hibernation. C’est à ne pas rater, surtout pour voir Boom Dizzle écraser des dizaines de pancakes sur la tête de Big Baby (pas dans la bouche, sinon il va tout manger). 

Source texte : Yahoo ! Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top