Hornets

NBA Flashback 2017-18 #44 : le jour où Dwight Howard a rappelé qu’il aurait pu être MVP 10 fois

Dwight Howard

34 minutes… 32 points… 30 rebonds… Ah bon.

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

L’impression que le mec a déjà eu 10 vies alors qu’il n’a que 32 ans

On enchaîne tranquillement avec ce quarante-quatrième flashback de l’été, dédicace au Football Club de Nantes. Aujourd’hui on parle d’un mec qui aurait pu être Wilt Chamberlain, mais qui a préféré mettre un peu de Roy Hibbert en lui. On parle de Dwight Howard, pivot surdimensionné et au potentiel infini, propriétaire il est vrai d’une carrière de futur Hall Of Famer mais qui laissera for ever un sentiment de regret tant il semblait capable de faire beaucoup, beaucoup mieux. Une preuve pour étayer ce constat ? Le genre de match résumé ci-dessous, ce genre de soirées lors desquelles D-12 a montré que quand la motivation était là, pas grand monde sur cette planète n’était capable de l’arrêter… Plutôt très bien à Orlando, décevant à Los Angeles, trop effacé à Houston, boudeur à Atlanta et revivant un peu à Charlotte, le colosse n’a que 32 ans et semble déjà avoir vécu une dizaine de vies. La suivante du côté de Washington sera t-elle agréable ? Le temps nous le dira et il faudra pour cela que Dwight existe d’une belle manière dans un vestiaire blindés de forts caractères. Pour l’heure ? On revient donc sur cette nuit magique de Catherine Lara du 21 mars à Brookyln, l’algorithme de la TTFL s’en souvient encore…

34 minutes… 32 points… 30 rebonds

Ce n’est pas son season high puisqu’il aura réussi à en coller 33 à ses anciens coéquipiers des Hawks. Il aura dépassé sept fois la barre des vingts rebonds la saison passée, grimpant par exemple jusqu’à 24, déjà face aux Nets. Mais ce soir de mars 2018, rien ni personne ne pouvait l’empêcher de rentrer dans les livres de l’histoire. Le dernier 30/30 ? Il était l’œuvre en 2010 de Kevin Love, à une époque où il n’était pas qu’un simple shooteur/éboueur. Le dernier 32/30 ? Moses Malone, en… 1982. Treize mecs seulement l’avaient fait dans l’histoire, une bande de robots menés par un certain Wilt Chamberlain, auteur à… 123 reprises d’une telle folie. Aux dires des rageux incontournables de la communauté NBA ? Les Nets n’avaient ce soir-là que Jarrett Allen à proposer à Dwight Howard, aucun autre pivot de métier n’ayant foulé le parquet durant ce match. Mais Dwight avait une mission, celle de montrer à tous le genre de joueur qu’il était encore, malgré toutes ces années à vagabonder de projet individuel en désir de renaissance.

La seule chose à retenir ce soir-là ? Dwight Howard est encore capable d’être un foutu aspirateur dernier cri, en témoigne sa moyenne de 12,5 prises la saison passée. Faudrait juste que le mec soit focus un peu plus souvent mais que voulez-vous, Dwight c’est le package et soit on prend tout, soit on prend rien.

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top