Blazers

Les Blazers ne vont pas transférer Damian Lillard ou C.J. McCollum : redonnons une chance à ce groupe

Blazers lillard mccollum
Source image : NBA League Pass

Après une saison régulière très sérieuse mais un premier tour de Playoffs cataclysmique, les Blazers se retrouvaient face à la plus évidente des questions : faut-il changer ce groupe ? La réponse, aujourd’hui, vient du GM Neil Olshey, qui a été clair sur ses futures intentions.

Combien de General Managers auraient appuyé sur la détente ? Combien, sous la pression du résultat et la déprime de la défaite, auraient décidé de marchandé leurs stars ? Rien n’est tout blanc ou tout noir à Portland, depuis un an. On s’en souvient très bien, en ayant notamment vu la façon dont le management s’est comporté au fil des mois, les émotions ont été aussi différentes qu’opposées depuis août dernier. On parlait, à l’époque, de récupérer Carmelo Anthony afin d’aider la paire Lillard – McCollum à ne pas être en stress offensif permanent. On parlait, ensuite, d’un Damian en discussion avec le boss des Blazers Paul Allen, afin d’en savoir un peu plus sur le plan futur de la franchise. On parlait, finalement, d’une régulière totalement gérée avec une belle place sur le podium de la Conférence Ouest. Puis on parlait, désespérément, de Playoffs foirés en grandes pompes avec un sweep subi au premier tour. Les montagnes russes ont été folles dans l’Oregon en l’espace de 12 mois, c’est peu dire. Mais est-ce que cela a poussé Olshey à vouloir tout chambarder ? Pas vraiment. Si les noms des deux meilleurs joueurs de Portland ont évidemment apparu dans les rumeurs de transferts, la prolongation de Jusuf Nurkic, le maintien de Terry Stotts sur le banc et le statu quo concernant Lillard et McCollum ont donné une idée de ce que le GM des Blazers veut faire dans les mois à venir. Il l’a justement confirmé, devant les caméras, lors d’une interview disponible sur la chaîne YouTube officielle de la franchise.

Sur le long-terme, nous avons Jusuf pour les 4 prochaines années, ce qui nous donne une bonne visibilité future. Nous allons conserver ce groupe principal, en sachant très bien que Damian et C.J. ont minimum 3 années de contrat restant ici. Nous voulons donner à ce groupe la meilleure chance possible de gagner.

C’est noir sur blanc, c’est dit, c’est dans le marbre comme on aime l’affirmer. Alors, certes, on connaît ce genre de décla. C’est le boulot propre d’un General Manager, être capable de dire que tout va bien et que rien ne se passe en coulisses, quand en fait les coups de téléphone s’enchaînent en scred. Olshey n’allait pas dire, clope au bec et main sur les couilles, que Lillard et McCollum sont dispo contre un Toblerone et deux canettes de Tropico. Mais les actions suivent les paroles, jusqu’ici, et on peut comprendre l’état d’esprit du GM en place. Car telle est la réalité, qu’on peut parfois oublier, et qui a malheureusement tabassé les Blazers sur cette fin de saison 2017-18. Le groupe en place a offert une très belle régulière, a su développer son banc, répartir les missions et être compétitif tous les soirs. Ce même groupe a, comme tant d’autres franchises, chopé un ticket aléatoire au premier tour des Playoffs. La Conférence Ouest était tellement serrée, pour rappel, que Portland aurait pu se farcir un paquet d’autres équipes fin-avril. Est-ce qu’on parlerait du même bazar, si les Blazers étaient finalement tombés sur des Spurs en galère et orphelins de Gregg Popovich ? Est-ce qu’il se serait passé la même chose, contre des Wolves bien verts ou un Thunder bordélique ? Les Pelicans étaient en feu sur leur fin de saison, et ont réalisé un premier round de folie dans le sillage d’un Jrue Holiday jordanesque. Faut-il exploser un vestiaire après 4 matchs, aussi frustrants furent-ils ? Pas forcément. Olshey a fait son choix, il persistera avec cette équipe en tentant d’y ajouter une star.

Le projet n’a pas changé à Portland. Il faut apporter du soutien à Lillard et McCollum, une troisième étoile capable de briller à leurs côtés. Neil Olshey se donne un an pour le faire : s’il rate, il n’y aura plus que le bouton rouge de disponible sur son clavier.

Source : Interview Blazers

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top