Magic

NBA Flashback 2017-18 #22 : le jour où Arron Afflalo a failli tuer Nemanja Bjelica en plein match NBA

Bjelica Afflalo

Si le mec avait touché sa cible, on en rigolerait peut-être pas aujourd’hui.

Source image : NBA League Pass

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

On change un peu de disque aujourd’hui et on oublie les orgies de puntos ou autres triples-doubles de goret, puisque l’on parlera ci-dessous… d’une gouache passée à deux millimètres de devenir légendaire. Un pétage de plomb incroyable de la part d’un joueur qui ne nous a pourtant pas habitué à ce genre de spectacle. Allez, WWE.

Un match qui n’intéressait pas grand monde, et pourtant…

Nous sommes le 16 janvier 2018 et le moins que l’on puisse dire, c’est que la rencontre entre les Wolves et le Magic ne va pas nous empêcher… de regarder un autre match. Sauf que quelques heures plus tard, ce sont bien des images de l’Amway Center qui feront le tour des télés, mais pas pour les raisons que vous espériez. Le match en lui-même ? Une victoire du Magic, parce qu’il ne fallait bien quelques unes, grâce notamment à Evan Mehdi Fournier et ses 32 points, en mode career high s’il vous plaît. 108-102 donc pour les Floridiens, malgré un Arron Afflalo qui ne jouera ce soir-là que cinq petites minutes de jeu. Comme Nemanja Bjelica, tiens tiens mais pourquoi donc…

Cinq minutes de jeu et c’est le drame, hashtag patate de forain

Début de deuxième quart-temps, les coaches commencent à faire tourner, Nemanja Bjelica et Arron Afflalo faisant partie des premiers heureux élus pour faire souffler les titulaires. Les deux hommes se frottent un peu, les contestations sont viriles, mais on n’est pas à la GRS non plus. Sauf qu’au bout de cinq minutes c’est le drame car en voulant box-out l’intérieur serbe, Arron Afflalo va se manger un premier bump, avant… de littéralement péter un câble après avoir vu le coude de son adversaire lui effleurer la pommette. Bras armé, élan pris et la patate part à la vitesse de la lumière pour venir s’échouer à quelques millimètres de la joue de Nemanja. Début de barfight, double-technique pour les deux catcheurs de l’extrême et un Afflalo qui quitte la salle dans un état d’énervement que nous qualifierons de très inquiétant, alors que le néo-King se demande encore quelle mouche a bien pu piquer l’ailier du Magic pour se vénère à ce point. Attention âmes sensibles, les images nous montrent bien que si la gouache avait trouvé sa cible, le sang aurait probablement giclé jusqu’au premier rang des tribunes.

Paraît que ce sont des choses qui arrivent, quand l’excitation et l’énervement prennent le pas sur le calme et l’exemplarité demandés à un sportif professionnel. Résultat des courses, Nemanja a désormais tellement peur de son assaillant qu’il a même refusé de jouer à l’Est, préférant rejoindre l’une des villes les plus éloignées d’Orlando pour la saison prochaine. A l’heure qu’il est personne n’a encore réussi à comprendre le pourquoi du pétage de câble, nos plus fins limiers sont sur le coup.

Les visiteurs ont tapé :

2 Commentaires

2 Comments

  1. Calim

    23 juillet 2018 à 9 h 52 min at 9 h 52 min

    Sérieux on voit la même chose ou pas ? Bjelica lui aurait fait à la serbe s’il s’en était pris une, mais il s’est juste contenté de le maîtriser comme si c’était son petit frère de 8 ans, avec un bras sans difficulté. Dis plutôt merci à tes coéquipiers de t’emmener loin, petit Arron.

    • Art Vandelay

      23 juillet 2018 à 14 h 33 min at 14 h 33 min

      Mais complétement, en lisant l’article on a l’impression que Bjelica est parti se réfugier dans la jupe de sa mère alors que le gars a juste maitrisé Affalo tout en sirotant un petit verre de rakia.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top