Cavaliers

Les Cavs prennent le Game 1 à Toronto : les Raptors avaient pourtant mené tout le match, le dossier devient épais

Pour ce premier match d’une série qui pourrait bien durer, deux questions nous taraudaient sans cesse. 1) LeBron sera-t-il épuisé après une éprouvante fin de série face aux Pacers  et 2) les Raptors sont-ils enfin devenus des grandes personnes. Réponses sans hésitations : bof, et non.

Le début de match était pourtant parfait côté Dinos. Un Duo DeRozan/Lowry au taquet, un Jonas Valanciunas comme souvent irrésistible sur les débuts de rencontre, et les n°1 de la régulière à l’Est faisaient une nouvelle fois exploser au grand jour les lacunes défensives des Cavs. Une protection des back-doors digne de la plus belle des Équipes de France, des écrans de retard imaginaires avant l’entrée de Tristan Thompson et ses trois fesses, bref la problématique habituelle pour des Cavs en qui on ne croyait déjà plus des masses après un quart-temps (33-19 Toronto).

Le deuxième quart sera pourtant synonyme de réveil des vice-champions en titre, puisque sur les ailes d’un LeBron qui chauffe, ce sont le phénix Thompson, Jeff Green et l’inimitable J.R. Smith qui feront recoller les Cavs. En échec sur la ligne et du parking (il finira à 1/6 aux lancers et 1/8 à 3-points), le King préfère scorer de près et servir les snipers planqués derrière l’arc pour valider un 38-27 avant la mi-temps et recoller à trois petits points avant d’aller recharger la prise USB. 60-57 donc pour les Raptors à la mi-temps et un troisième acte maîtrisé grâce à un Jonas Valanciunas en mode Chamberlain (21 points et 21 rebonds pour lui au final), traumatisant le pauvre Kevin Love au poste et amassant les rebonds comme Carmelo Anthony amasse les dollars non-mérités.

Oui mais voilà, à mesure que le temps s’égrenne, les Cavs opèrent le rapproché et les vannes commencent à fuser dans nos têtes. A chaque banderille plantée par Kyle Korver, l’habituel choke printanier des Raptors se rapproche. A chaque tir raté des Dinos, les têtes désabusées de DeMar DeRozan et Dwane Casey surgissent sur le grand écran. Onze tirs ratés consécutivement en fin de quatrième quart et un fade away Jordanesque de LeBron auront finalement raison de notre patience et les pancartes WeThe Choke resurgissent un peu partout sur la planète basket, et encore plus après les 256 tirs ratés sur la dernière possession, offrant ainsi aux Cavs une prolongation inespérée puisque l’on rappelle qu’à ce moment-là… Cleveland n’a jamais mené au score. Lol.

Et qu’a-t-il donc bien pu se passer en overtime ? Pas besoin finalement d’avoir eu le bac avec mention pour comprendre que les hommes de Dwane Casey ont donc une nouvelle fois laissé passer une belle occasion de taper les Cavs, un soir où LeBron n’était pourtant pas dans la forme de sa vie (triple-double mais pourcentages dégueulasses).

Le dossier de la lose prend donc un chapitre de plus ce matin, alors que les crédules fans de Toronto venaient nous dire que cette année était peut-être enfin la bonne. On vous croit hein, mais on demande à voir. Et en attendant, tout ça reste encore bien comique.

Stats Raptors stats Cavs

1 Comment

1 Comment

  1. golgoth113

    2 mai 2018 à 6 h 14 min at 6 h 14 min

    un soir où LeBron n’était pourtant pas dans la forme de sa vie (triple-double mais pourcentages dégueulasses). Je ne suis ni fan de Bronbron et encore moins des Cavs mais bon faudrait pas s’habituer au caviar et le confondre avec de la purée : 26 – 11 – 13 et 2 blocks. Certains coachs tueraient leur mère pour avoir ça !
    A part, ça c’était comment les lézards le game one!?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top