Cavaliers

Paul George aurait bien dû être transféré aux Cavs : le coup de téléphone qui a tout changé à Cleveland

Paul George
Source image : Pinterest

Rien de plus fascinant que de visiter les coulisses d’un scénario légendaire, une fois que celui-ci est définitivement abandonné. Les Cavs auraient dû repartir avec Paul George, c’était quasiment acté.

Merci Ramona Shelburne, merci Dave McMenanin, merci Brian Windhorst. Les trois collègues de chez ESPN ont concocté un joli petit dossier pour nous faire découvrir ce qui s’est passé ces dernières semaines, dans le cadre de l’affaire Kyrie Irving. Un joueur seul certes au centre de l’attention, mais dont la décision récent découle finalement de plusieurs. Car s’il y a bien une chose que l’on va découvrir dans les prochains jours, c’est le fait que les accords manqués il y a un mois ont eu des répercussions immenses dans notre présent à l’instant T. Retour sur les faits, pour ceux qui ont la mémoire courte. Souvenez-vous, fin-juin dernier. Nous sommes à l’approche de la Draft, Paul George annonce aux Pacers qu’il est sur le départ, la NBA s’affole et tout le monde veut du Paulo sur son aile. Les Cavs, évidemment, sont dans la discussion et l’ancien-GM David Griffin met les petites assiettes dans les grandes pour que LeBron reçoive une arme de plus dans son effectif, afin d’aller chercher les Warriors. Cependant ? Si tout est en place pour qu’un deal soit validé, une poussière s’installe. Un grain de sable qui viendra enrayer la machine, alors qu’il ne fallait plus qu’appuyer sur le bouton Démarrer. Un minuscule grain, responsable d’une chaîne de mouvements et de décisions folles, créant la situation chaotique dans laquelle les Cavs se retrouvent aujourd’hui. Sortez le popcorn et installez-vous confortablement, moteur, action.

Le soir de la Draft, alors que les Bulls concluaient un deal pour envoyer Jimmy Butler dans le Minnesota, les Cavs s’activaient afin de réaliser un transfert à trois équipes avec les Pacers, notamment. Les Nuggets avaient très envie de récupérer Kevin Love, au point de devenir un partenaire de transfert tout à fait sérieux. La franchise de Denver était d’ailleurs prête à offrir Gary Harris et son 13ème choix de Draft 2017 pour obtenir Love en échange, et les Cavs feraient ensuite le nécessaire pour transférer les pièces vers Indiana, afin de récupérer Paul George.

Cependant, les franchises n’arrivaient pas à boucler le transfert. Indiana était en train de discuter de différentes options avec les Blazers, ces derniers mettant notamment leurs 3 choix du premier tour de la Draft 2017 dans un package en échange de Paul George. Mais au final, tout le monde retourna dans son camp et les Nuggets échangèrent leur 13ème choix de Draft à Utah contre un pack incluant Trey Lyles.

Les Cavs continuèrent à travailler avec les Nuggets, en essayant de monter un deal qui puisse satisfaire les Pacers et permettre à Denver de récupérer Kevin Love, pendant que Cleveland récupérerait Paul George. Les deux franchises craignaient Boston, qui pouvait démonter leurs offres pour récupérer PG mais était dans l’attente pour voir si Gordon Hayward pouvait être verrouillé à partir du 1er juillet.

Le soir du 30 juin, les trois camps pensaient que le deal était en place. Lors d’un conférence call entre les équipes, tout le monde émettait un premier accord. Paul George vers les Cavs, Kevin Love aux Nuggets, Gary Harris et d’autres pièces aux Pacers, le confirment plusieurs sources.

Le protocole était mis en place afin que Paul George et Dan Gilbert puissent partager un coup de téléphone, une étape importante avant que le transfert ne devienne officiel. Le management commença même à réfléchir à d’autres plans, afin d’entourer Paul George puisque le marché des agents libres allait ouvrir ses portes.

Puis, alors qu’il avait participé au conférence call lors duquel un premier accord de transfert avait été donné, Kevin Pritchard (GM d’Indiana) envoya un message indiquant que son équipe se retirait du deal. Il n’eut jamais lieu. Les équipes essayèrent de s’arranger, mais peu de temps après, l’info tomba que Paul George était finalement envoyé à Oklahoma City. Pritchard aurait eu plusieurs raisons le poussant à changer d’avis, dont le fait de renforcer un adversaire de sa propre division. Mais au final, tout ce qui comptait était que Paul George n’était plus une option pour les Cavs.

Stupéfiant. Stupéfiant de se dire quels différents dominos auraient pu tomber, si le deal avait finalement été bouclé. Si Paul George atterrit aux Cavs, est-ce que Kyrie Irving demande toujours son transfert ? Et quid du Thunder qui se retrouve éloigné de tout nouveau All-Star à ajouter aux côtés de Russell Westbrook ? Si Kevin Love est envoyé à Denver, où peut bien signer Paul Millsap ? Et que dire des autres petites signatures réalisées par la suite, Jose Calderon et Jeff Green servant de rembourrage alors qu’avec Paul George, LeBron James et Kyrie Irving, de sacrés vétérans seraient venus toquer à la porte de Cleveland. Aujourd’hui, on peut refaire le monde et se demander ce qui se serait passé si ce deal était passé. Mais peut-être que ce sera encore plus kiffant, dans un an. Car dans le cas où LeBron décide de quitter à nouveau l’Ohio, là on pourra regarder dans le rétroviseur et halluciner un bon coup. Peut-être qu’en un conférence call, l’avenir a totalement basculé pour plusieurs hommes et plusieurs franchises, faisant le bonheur de certains et le malheur d’autres.

L’affaire Kyrie Irving ne fait que commencer, les premiers détails commencent à sortir et on pourrait en avoir pour tout l’été. Que les fans des Cavs sortent leurs mouchoirs : ils ont failli avoir Paul George, ils vont peut-être repartir sans la moindre star dans quelques mois. Chienne de vie. 

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top