Jeux Olympiques

La Serbie, reine des Balkans : victoire 86 à 83 contre la Croatie, envoyez le steak de kangourou

Bogdan Bogdanovic

La Serbie se qualifie pour les demi-finales des Jeux Olympiques en l’emportant sur le fil face aux Croates. Une rivalité vient probablement de naître, et elle devrait se jouer au sommet de l’Europe dans les années à venir…

Après 3 quarts de finales finis en blow out, le duel entre Serbes et Croates a porté toutes ses promesses. Un vrai duel dans la pure tradition du basket d’Europe de l’Est, dans lequel l’équipe de Djordjevic est parvenue à s’imposer à l’expérience. Quand on voit la densité et la jeunesse du talent sur le parquet, on n’a pas fini d’entendre parler de ces deux nations. Ce sera même dès vendredi pour la Serbie qui va tenter de prendre sa revanche sur les Australiens. 

Au début du match, l’envie est présente des deux côtés, mais les poignets son encore fébriles. Il faut dire que ça défend dur, ce qui rend le jeu haché voire parfois brouillon. L’entrée du duo Jokic – Macvan dans la peinture serbe leur permet de prendre un petit avantage de 5 points, rapidement remonté par les Croates. Comme d’habitude quand les solutions manquent, c’est Bojan Bogdanovic qui prend les choses en main, et il va planter un énorme tir du fond du parking pour ramener les siens à 20-19 à la fin du quart temps. En même temps la défense l’a cherché, ils lui ont laissé 3 centimètres d’espace… Les barbelées sont toujours de sortie dès deux côtés, mais aucune équipe ne lésine dans l’engagement physique, n’hésitant pas à aller se faire découper dans les raquette. Et puis dès que l’intensité baisse d’un petit cran, c’est temps-mort immédiat à l’image de Petrovic qui lâche une gueulante pour recadrer ses joueurs alors qu’ils viennent de prendre seulement 2 paniers d’affilée. A la mi-temps, la Croatie a pris un petit avantage 38 à 32. Bojan Bogdanovic a clairement fait comprendre qu’il n’était pas là pour niaiser avec déjà 16 points et quelques tirs du parking monstrueux. Les Serbes quant à eux dominent au rebond mais sont malheureusement en panne sèche à 33% au tir, avec notamment un Raduljica particulièrement indigeste, qui a déjà tout manqué, à 1 sur 8 : airball au poste, raté sur alley-oop, pick and roll mal exécuté, le pivot est à côté de la plaque.

Du retour des vestiaires où ils ont probablement pris une soufflante par Djordjevic, les Serbes reviennent couteau entre les dents, et mettent une énorme pression. En 3 minutes, ils repassent devant sur un énorme poster de Raduljica sur Saric. Le futur rookie des Sixers est sorti de son match par cette action, et enchaîne perte de balle puis faute anti-sportive après une poussette sur Jokic, avant de rejoindre le banc. Son bourreau sort lui aussi du parquet à cause de ses fautes, mais franchement pour le meilleur puisque Jokic apporte bien plus sur ce match. La défense croate est débordée, et c’est le moment que choisi Bogdan Bogdanovic – l’homonyme serbe de Bojan – pour entrer en fusion. Tir du parking, panier en transition, and one en pénétration, et en conclusion une bombinette de 10 mètres pour placer les siens à +14 à l’orée du 4ème quart. On pourrait croire que le match est déjà plié, mais ce serait mal connaître cette Croatie qui a à plusieurs reprise montré son orgueil depuis le mois de juillet. Les champions du TQO d’Italie reviennent à -5 à 5 minutes de la fin, grâce à une circulation de balle enfin retrouvée, et surtout à un Bogdan enfin refroidi. Ce dernier sort d’ailleurs pour 5 fautes à 3 minutes de la fin du match, alors que Hezonja est en train de se chauffer pour ramener son équipe sur un score de 76 à 75. Malheureusement, la réussite des Croates s’évapore dans les dernières minutes, avec des tirs à 3-points manqués de très peu par Hezonja et Simon. Le match part alors en bon duel de lancer franc à l’européenne : pas le meilleur côté spectacle, mais une bonne occasion de voir ce que les joueurs ont dans le short. Hezonja ne tremble pas, Raduljica et Markovic en rate 1, et voilà l’équipe de Petrovic revenu à 1 poins. Les 4 lancers suivants sont pour Nikola Jokic, qui tourne à 64% depuis le début de la compèt’… sauf que la pression est une boisson pour l’intérieur des Nuggets, qui les convertit tous. La Serbie parvient à garder son avance au jeu des lancers, et l’emporte 86 à 83.

Les Croates sortent de la compétition la tête haute, et sont passés de très peu à côté de la demi-finale, alors que peu les donnaient favoris pour la qualification aux J.O. en juillet. Bojan Bogdanovic a une fois de plus été impérial avec 28 points, des tirs clutch et des choix très intelligents, qui font de lui le meilleur arrière de la compétition. A ses côtés Mario Hezonja a montré à quel point il aime prendre ses tirs quand ça compte en ramenant les siens dans le 4ème quart, mais Dario Saric a patiné face à la défense Serbe, sonné par son poster. Cette jeune équipe est bourrée de talent et surtout ne lâche jamais rien : vous pouvez être sûrs de les retrouver dans les premiers rôles à l’avenir . La Serbie peut elle aussi dire merci à sa jeune garde, qui a pris ses responsabilités face à la maladresse des cadres, Teodosic et Raduljica en tête. Bogdan Bogdanovic a fait la différence avec son coup de chaud, et termine à 18 points et 5 passes. Nikola Jokic et Stefan Jovic ont eux aussi tenu la baraque en mettant leurs points dans le clutch time. Direction les demi-finale pour l’équipe de Djordjevic, qui va devoir aller chercher des Australiens monstrueux depuis le début du tournoi, et qui leur ont collé une défaite de 15 points en poule. Avec le talent présent dans l’effectif, ils restent néanmoins à portée, pour peu que Bogdanovic ou Teodosic aient un coup de chaud…

Ce sont donc les Serbes qui règnent sur la balle orange dans les Balkans. Mais à voir la tronche de Bojan Bogdanovic à la fin du match, on n’en a pas fini avec cette rivalité, qui pourrait se jouer au sommet de l’Europe dans les années à venir. Alors que l’Espagne et la France sont en transition, les deux jeunes équipes ont de quoi squatter les podiums, à commencer par celui olympique pour la Serbie. 

Source image : francetvsports

Source : fiba.com

Source : fiba.com

 

Source : fiba.com

Source : fiba.com

Source image : France TV

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top