Blazers

Damian Lillard et les Blazers continuent leur balade à l’Est : 111-102 contre Indiana en back-to-back

Déjà vainqueurs à Chicago 22 heures plus tôt, les Blazers n’ont montré aucun signe de fatigue pour se débarrasser de Paul George et ses coéquipiers cette nuit. On parle énormément de Stephen Curry à juste titre mais le MVP n’est pas le seul meneur à affoler les compteurs en ce moment.

Bien sûr, Damian Lillard n’a pas battu trois records all-time en une semaine et il n’a pas non plus tué le Thunder en prolongation sur un tir de plus de 10 mètres mais ce que fait le numéro 0 avec Portland mérite largement que l’on s’y arrête. Déjà devenu le deuxième joueur de l’histoire de la franchise à enchaîner cinq matchs au-dessus de la marque de 30 points en milieu de semaine, le rappeur vient de clôturer un mois de février à 29,5 points, 7,4 assists et 3,7 rebonds dans l’Indiana hier soir. Une manière bien à lui de faire regretter aux coachs leur erreur de ne pas l’avoir sélectionné pour disputer le All-Star Game il y a deux semaines. À l’inverse de Stephen Curry, on ne peut pas dire qu’il soit entouré d’un effectif de grande qualité et pourtant son équipe impressionne tout le monde depuis quelques semaines en collectionnant les résultats positifs face à des adversaires pourtant coriaces. Les Blazers sont justement les derniers bourreaux de Golden State et on ne se souvient même plus d’une autre fois où les hommes de Steve Kerr ont été matés de la sorte (137-105). À l’occasion de son plus long road-trip de la saison, « Rip City » a donc souhaité confirmer son excellent mois de février.

Quelques heures seulement après avoir battu les Bulls au United Center, les Blazers se rendaient ainsi au Bankers Life Fieldhouse d’Indianapolis avec la volonté de sweeper les Pacers pour la deuxième saison consécutive. Mission réussie grâce à une belle adresse du parking notamment. Portland a fait le trou dès le premier quart-temps avec un franchise player bien à l’heure auteur de 20 points lors des douze premières minutes. À l’image de son équipe, il se contentera de gérer par la suite, laissant même à Meyers Leonard l’occasion de se prendre pour l’autre pyromane des Warriors pendant quelques minutes. Avec un triple au buzzer du troisième quart suivi d’un panier et de deux autres primés lors des deux premières minutes de l’ultime période, l’intérieur a sa part de responsabilité dans ce nouveau succès des protégés de Terry Stotts, le treizième en 15 rencontres depuis le 23 janvier. Paul George n’a pas su peser sur le match comme il l’aurait voulu avec un manque d’adresse rédhibitoire derrière l’arc (3/14 pour les Pacers dont 0/4 pour le seul PG-13). Après un début de saison convaincant qui confortait Frank Vogel dans son évolution vers le small-ball, Indiana commence à marquer sérieusement le pas et se voit menacer par des équipes hors du Top 8 à l’Est, les Pistons n’ayant qu’une défaite de plus que leurs voisins au classement.

Avec encore 52 points combinés hier soir, le duo d’arrières des Blazers continue de faire des merveilles et les Playoffs sont passés de simple utopie à véritable objectif pour les hipsters de l’Oregon. Ils possèdent trois matchs d’avance sur le Jazz, neuvième, mais leur calendrier ne sera pas tendre avec encore 12 déplacements dont deux à Oakland, un à San Antonio et un à OKC notamment. Damian Lillard sait donc ce qu’il lui reste à faire s’il veut s’imposer comme un All-Star incontournable pour les dix prochaines années. Et on ne parle pas seulement de sortir de gros morceaux de rap.

Source : NBA.com

Source : NBA.com

Source image : AP

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top