Jazz

Les 4 mousquetaires prolongent à Utah : Gobert, Exum, Hood et Burke, tous prêts à porter le Jazz en Playoffs

Alors que le quatuor Rudy Gobert, Rodney Hood, Dante Exum et Trey Burke aurait pu tester le marché l’été prochain en devenant agents libres, le Jazz n’a pas souhaité prendre le risque de voir quatre de ses derniers choix à la Draft aller s’épanouir loin de l’Utah. Le front office a logiquement levé les options pour tous, eux qui devraient faire partie de l’avenir de la franchise.

Arrivés chez les Mormons l’an dernier, Dante Exum et Rodney Hood entament leur second exercice à Salt Lake City. Enfin pas sûr que l’Australien voie le parquet pour sa deuxième année  lui qui souffre d’une rupture du ligament du genou. Une blessure contractée en août avec sa sélection nationale mais qui n’a pas refroidit le Jazz, pas plus que les difficultés rencontrées par le meneur lors de son année rookie (seulement 4,8 points et 2,4 passes). Le temps d’adaptation pour un jeune joueur qui débarquait juste aux US ? Rodney Hood a quant à lui déjà connu les pépins physiques pour ses débuts avec quelques soucis au pied tout au long de l’exercice 2014-15, mais il devrait être opérationnel pour cette nouvelle saison qu’il espère certainement traverser comme il avait bouclé le mois d’avril : en trombe, avec 16,7 points, 3,4 rebonds et 3,4 assists. Les deux sophomores toucheront respectivement 3,94 (contre 3,77 cette saison) et 1,4 (contre 1,35) millions de dollars en 2016-17. Utah dispose toujours d’une option pour la saison suivante concernant les contrats de Hood et Exum.

Draftés un an plus tôt, Trey Burke et Rudy Gobert ont également eu la confirmation que la suite de l’aventure se déroulerait au milieu des Mormons.  Déjà présents depuis deux ans au Jazz, ils ont vu leur franchise lever l’option pour la saison 2016-17 de leur contrat également qui portera sur leur quatrième saison dans la Ligue. Le meneur continuera donc d’être en concurrence avec Dante Exum lors du retour de blessure de l’Australien. Avec l’assurance d’un salaire garanti pendant 2 ans et alors qu’il sera seul pour mener le jeu cette année, il doit prendre ses responsabilités et montrer plus que les 12,8 points et 5 passes qu’il apporte depuis ses débuts, surtout en ne rentrant que 37,4% de ses tentatives. Il touchera 2,66 millions de dollars en 2016 puis 3,39 en 2017. S’il veut ensuite continuer au Jazz et gratter un beau contrat, les progrès sont impératifs.

Des progrès que Rudy Gobert a déjà réalisé l’an dernier et qu’il entend bien poursuivre. Des quatre options, c’est certainement la sienne qui était la plus logique à lever pour le Jazz qui a construit une grosse partie de ses succès en fin de saison dernière sur la défense de son pivot. Avec 8,4 points, 9,5 rebonds et 2,3 contres, il s’est affirmé comme le point d’ancrage et l’arme de dissuasion massive de la raquette d’Utah. Payé 1,17 million cette année puis 2,12 l’an prochain, les Mormons font une excellente affaire. Qu’ils en profitent parce qu’en 2017, le salaire du Français devrait exploser s’il continue sur sa lancée.

Avec les décisions prises, le Jazz s’engage à verser un peu moins de 11 millions de dollars en 2016-17 pour quatre joueurs. Une pacotille quand on voit les montants des contrats signés les derniers mois chez eux comme ailleurs (coucou Gordon Hayward et Alec Burks). Et comme en plus la franchise ne sera engagée qu’à hauteur de 55 millions pour la même période, Utah disposera d’une grosse flexibilité dans ses négociations. Pour compenser un défaut d’attractivité ?

Source : NBC Sports

Source image : sltrib.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top