Grizzlies

Les Grizzlies mettent à l’essai Yakhouba Diawara : c’est beau mais sans espoir…

Voilà cinq saisons que notre ami Yakhouba Diawara, surnommé le « Yak », n’a pas remis les pieds en NBA. Sévissant dès lors sur les parquets italiens et revenu dans le Nord de l’Hexagone en 2013-2014, il avait marqué une pause dans sa carrière et squattait occasionnellement les plateaux TV de nos confrères de BeIN Sports dans la peau du consultant de luxe. Cependant, à 33 piges, la Grande Ligue lui refait là un nouvel appel du pied, très léger en l’occurrence…

Repéré par George Karl et les Denver Nuggets au terme d’une Summer League probante en 2006, Diawara rejoint l’élitede la balle orange sans passer par la Draft mais fait office d’un profil très intéressant aux yeux des observateurs de la Ligue. Du haut de ses 2m01 et de ses 110 kg – à l’époque, l’ancien Dijonnais gagne son temps de temps en sortie de banc et réalise une saison rookie honorable avec 4,4 en moins de 20 minutes par match. Après deux saisons complexes dans le Colorado, « Yak » file en Floride où il portera les couleurs du Miami Heat durant 2 ans là encore. De moins en moins utilisé, ses vertus défensives lui permettent de subsister dans la jungle NBA avant que le lockout 2011 ne signe son départ quasi définitif du pays de l’Oncle Sam. Mais, pas plus tard qu’hier, les Grizzlies de Memphis ont exprimé leur désir de vérifier ce qu’il avait dans le moteur en l’invitant à leur camp d’entraînement pour l’exercice à venir ! Sans la moindre garantie de valider sa place dans l’effectif actuel de Dave Joerger, notre Yakhouba national aux 44 sélections en Equipe de France aura donc une infime chance de retrouver les parquets NBA…

Infime dans le sens où il est très peu probable que la franchise du Tennessee lui accorde un contrat en bonne et due forme en octobre. Les Oursons comptent déjà trois vétérans à l’aile et pas des moindres : Jeff Green, Matt Barnes et Tony Allen. Ceux-ci étant intouchables, on voit mal notre amigo se faufiler dans ce roster de plus en plus complet et exigeant. Le rêve serait qu’on lui accorde une saison au minimum vétéran, mais actuellement 16 joueurs composent l’effectif de la terre sacrée d’Elvis. Par ailleurs, Memphis garde attentivement un œil sur Danilo Gallinari des Nuggets et pourrait tenter un move audacieux aux alentours de la Trade Deadline prochaine (février 2016). Ainsi, Yakhouba Diwara est loin de faire partie de leurs priorités mais après tout, on ne sait jamais ce qui peut se produire. Peut-être qu’un scout d’une équipe concurrente pourrait se laisser séduire et le « Yak » pourrait alors consolider le banc d’une franchise rajeunie à qui un surplus de discipline et de bouteille ne serait pas de trop…

Afin d’augmenter ses probabilités de retour officiel en NBA, Yakhouba Diawara va devoir crever l’écran lors du training camp qui s’en vient à grands pas. Or, il n’aura plus la même dureté que celle qu’il affichait fièrement chaque soir à ses 24 balais, âge où il avait eu l’opportunité de réaliser un passage plaisant de 4 saisons au cœur de la Grande Ligue. Bon courage, le « Yak » !

Source texte : RealGM

Source image : nba.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top