Cavaliers

Changement d’identité : diminués, les Cavaliers se sont réinventés

Avec le forfait de Kevin Love et les pépins physiques de Kyrie Irving, Cleveland semblait plutôt mal barré dans la course au titre. En tout cas c’est ce qu’on pensait. Mais aujourd’hui, les Cavaliers sont en finales de Conférence et ont déjà pris la main dans la série face aux Hawks en l’emportant hier soir lors du Game 1 à Atlanta. Mais comment en sont-ils arrivés là ? Tout simplement en s’adaptant et en jouant sur leurs qualités, à savoir le combat et la défense.

On dit souvent que les épreuves difficiles permettent de nous changer, de nous faire avancer. Et aujourd’hui, on en a une nouvelle fois la preuve avec l’équipe de LeBron James, plutôt bien partie pour atteindre les NBA Finals en juin prochain. Avec la blessure de Kevin Love dès le premier tour des Playoffs contre Boston, Cleveland avait perdu l’une de ses pièces les plus importantes en attaque. En effet, l’ancien intérieur de Minnesota représentait une arme à longue distance cruciale pour les Cavs, puisqu’il permettait d’ouvrir des espaces pour LeBron et Kyrie Irving en écartant les défenses. Ensuite, c’est « Uncle Drew » qui s’est blessé, lui qui est aujourd’hui très diminué à cause de ses soucis au pied et au genou. Incapable d’attaquer le panier comme il le voudrait, Kyrie essaye tant bien que mal de contribuer mais il joue sur une jambe, et ça se voit dans ses récentes performances. Il n’y a donc plus ce « Big Three » qui symbolisait les Cavaliers tout au long de la saison, mais ce n’est pas pour autant que Cleveland est une équipe radicalement moins forte aujourd’hui. Au contraire.

Si les blessures de Kevin Love et Kyrie Irving diminuent évidemment l’équipe offensivement, elles ont obligé les Cavaliers à se réinventer et à changer leur style de jeu, et ce à leur avantage. En effet, avec Tristan Thompson qui voit son temps de jeu augmenter en flèche et Matthew Dellavedova qui possède plus d’opportunités, Cleveland se retrouve tout d’un coup beaucoup plus axé sur la défense. Le premier fait un boulot sensationnel de ce côté-là du terrain durant ces Playoffs, que ce soit au sol ou en protection d’arceau. Sa superbe capacité à dominer aux rebonds offensifs permet également à son équipe d’avoir des chances supplémentaires en attaque, ce qui baisse forcément le nombre de possessions offensives de l’adversaire. Quant au second, il a montré qu’il pouvait mettre en difficulté un joueur comme Derrick Rose en lui mettant une grosse pression défensive. Et forcément, avec des joueurs comme Iman Shumpert, LeBron James, Timofey Mozgov voire J.R. Smith, ça devient très vite compliqué pour les adversaires. D’ailleurs, les chiffres ne mentent pas puisque Cleveland est aujourd’hui la meilleure équipe défensive en Playoffs si l’on s’en tient aux statistiques : 1er au niveau des points encaissés par match (92,3), 2ème au pourcentage au tir adverse (41,1 %), 1er au pourcentage à trois points adverse (29,2 %), 9 matches sur 11 avec l’adversaire limité en dessous de la barre de 100 points. Pas mal tout ça, non ? Conscients de leurs limites offensives, les Cavaliers savent que pour gagner des matches, cela passe obligatoirement par la défense et le combat. Et cela tombe bien, ils possèdent les bonnes pièces pour jouer là-dessus. Le coach David Blatt a d’ailleurs bien résumé la situation avant le Game 1 face à Atlanta :

En perdant deux joueurs très importants en attaque, nous devons être très bons en défense pour espérer gagner des matches. Et c’est ce que nous avons fait jusqu’ici.

Certains diront que le niveau de l’opposition n’était pas énorme d’un point de vue offensif (il est vrai que Boston et Chicago ne font pas partie des meilleures équipes de la ligue en attaque), mais les Cavs ont prouvé hier soir contre Atlanta (10ème attaque de la ligue en saison régulière au niveau des points marqués, 4ème au pourcentage au tir, 2ème au pourcentage à trois points) que leur défense était bien une référence à l’heure actuelle. Très bons au niveau des rotations, les joueurs de Cleveland ont limité les Hawks à 89 points avec un horrible 4/23 à trois points. Autre statistique importante, Kyle Korver a été limité à seulement cinq tirs dans ce Game 1. Cela prouve à quel point les Cavs sont capables d’éteindre un joueur en l’empêchant de trouver ses positions de shoot préférentielles, et ce malgré les nombreux écrans et systèmes offensifs de l’adversaire.

Aujourd’hui, Cleveland est clairement basé sur une vraie solidité défensive avec un LeBron James qui s’occupe un peu de tout le reste. C’est la formule qui marche actuellement pour les Cavaliers, qui n’ont de toute façon pas d’autre choix s’ils veulent survivre dans ces Playoffs.

Source image : cleveland.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top