Rockets

Rockets – Clippers, débrief du Game 7 : comeback réussi, direction Golden State pour Harden !

Ils l’ont fait, ils ont réussi. Les soldats texans étaient menés 3-1 dans leur série, mais ils ont mis un point d’exclamation sur leur fabuleux comeback en écartant les Clippers à domicile ce dimanche (113-100) : inimaginable !

Comment peut-on encore penser à ce fameux Game 6 joué à Los Angeles, dans lequel les hommes de Doc Rivers menaient de près de 20 points en seconde mi-temps, et se dire que ce sera finalement Jason Terry qui servira de viande à Stephen Curry pour les deux prochaines semaines ? Après une remontée fantastique en Californie, Josh Smith et ses potes ont joué ce Game 7 avec une belle détermination, prenant leur adversaire par les parties intimes dès le début du match grâce à une belle défense et surtout une agression permanente autour de l’arceau. Dwight continue son chantier, Harden enquille les layups et tout le monde veut abattre la bande à Chris Paul, le meneur démarrant discrètement sa rencontre. C’est d’ailleurs Jamal Crawford qui se réveillera enfin en claquant quelques filets sur les 24 premières minutes, mais pas assez pour prendre l’avantage au score : 28-21 au premier quart-temps, 28-25 au second, les Rockets sont under-control et ce n’est certainement pas maintenant qu’il faut enlever le pied de la pédale d’accélération. Les défenses se resserrent un petit peu, mais pas de quoi en faire une mixtape de feu puisque Houston taquine la cinquantaine en milieu de second quart. Autant vous dire que dans le camp des Clippers, ça cogite pas mal au moment de rentrer aux vestiaires.

Les mots choisis sont-ils bons ? Apparemment puisque Blake et compagnie réduisent encore plus l’écart. On sent presque le match basculer quand on voit les visiteurs s’enlacer avec un regard confiant, le moment parfait pour que McHale nous sorte sa carte Pokémon ultime : Pablo Prigioni. Utilisé plus ou moins bien depuis son arrivée dans le Sud, le vétéran fait son habituelle peste en défense et se fait même plaisir en attaque. La feuille de match ne l’indique pas tant que ça, mais son impact est immense avec 4 points, 4 passes et 3 interceptions. Surtout, c’est cette avance de plus en plus maigre (5-6 points) qui reprend un peu de poids (10-12) grâce à la détermination de l’Argentin, lui qui offre son combo spécial hustle-interception-vista-sourire. Le Toyota Center exulte devant son héros du soir, le bonhomme permettant aux siens d’aborder le dernier quart avec 17 points d’avance ! Incroyable, surtout quand on voit James Harden, Jason Terry et Trevor Ariza un peu trop arroser à distance (8/23), mais le barbu assure tout de même la marque en allant gratter du lancer-franc à foison. Si Chris Paul ne veut rien lâcher et enchaîne les petits pull-up à mi-distancele moral des visiteurs est à zéro et c’est surtout la réalité qui frappe Lob City en pleine face : cette avance de 3 à 1 dans la série, finalement gâchée en un claquement de doigts. La fin de cette rencontre et de cette série voit les deux équipes se féliciter, direction les vacances pour Blake and co, direction Golden State pour Jet and Jones.

Huit équipes seulement avaient réussi à revenir d’un 3-1 en Playoffs, les Rockets ajoutent un deuxième chapitre puisqu’ils y étaient déjà arrivés. Triste sort pour CP3 et BG qui n’ont pas su valider le boulot à la maison, des regrets dans lesquels se noyer avant de revenir l’an prochain. Avec ou sans DeAndre…

Source image : fanthem.com

1 Comment

1 Comment

  1. DocSimour

    18 mai 2015 à 9 h 52 min at 9 h 52 min

    Comme pour les Spurs, ils auraient pu finir cette série à domicile. Ne jamais sous-estimé le cœur d’un ancien championt

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top