Equipes

Preview des Warriors 2014-2015 : un nouveau coach pour une nouvelle vie ?

Depuis deux ans, les « Splash Brothers » ont redonné le sourire aux fans des Warriors à coup de grosses orgies derrière l’arc. Passant l’épreuve de la saison régulière avec brio dans une conférence terriblement relevée, les basketteurs de la Baie de San Francisco peinent toutefois à prolonger l’euphorie en PlayOffs, et ce, malgré un zoo public qui voit jaune pendant 48 minutes chaque soir. Fraîchement arrivé à la tête d’un effectif presque inchangé durant l’été, Steve Kerr aura la lourde tâche de trouver l’ingrédient miracle qui permettra à Golden State de faire trembler les plus grosses écuries de l’Ouest une fois le printemps arrivé. Vous avait-on précisé qu’il n’était que rookie ?

Que s’est-il passé l’an dernier ?

Après une saison 2012-2013 pleine de promesses, cette nouvelle campagne devait être celle de l’explosion pour les Californiens. Avec Andre Iguodala et sa défense, Mark Jackson et son réseau 4G auprès de ses hommes, Steph Curry, Klay Thompson et leurs mimines en or, les Warriors ont réalisé leur meilleur bilan de la franchise en saison régulière depuis plus de 20 ans avec 51 victoires et 31 défaites. La foule de l’Oracle Arena se lève au rythme des tirs primés et/ou des remontées fantastiques de ses héros et l’on se prend à rêver d’un nouvel exploit en PlayOffs, pour revivre la même joie éprouvée lors de ces soirées d’ivresse en 2007, face à Dallas. Malheureusement, Andrew Bogut se fracture une cote au pire des moments et doit laisser le soin à Marreese Speights et Jermaine O’Neal d’affronter seuls la raquette des Clippers. Dans une série marquée par l’affaire Sterling, Chris Paul et ses potes franchissent finalement le premier tour en sept manches, tandis que Mark Jackson est flanqué à la porte par des propriétaires avec qui il était en froid depuis plusieurs mois. Triste fin d’un mandat de trois ans durant lequel il aura pourtant instauré une vraie culture de jeu aux Warriors.

Résumé des transferts de l’été

  • Ils arrivent : Shaun Livingston, Leandro Barbosa et son boule de Brésilien, Brandon Rush le retour, James McAdoo, Aaron Craft, Steve Kerr (coach)
  • Ils s’en vont : Hilton Armstrong, Steve Blake, Jermaine O’Neal parti rejoindre Bertrand Renard sur le plateau de Des Chiffres et des Lettres, Jordan Crawford, Mark Jackson (coach)

On prend les mêmes (ou presque) et on recommence pour les Warriors, dont l’ossature principale est restée intacte cet été, malgré de nombreuses rumeurs envoyant Klay Thompson et David Lee à Minnesota en l’échange de Kevin Love. Seul bouleversement important, Steve Kerr quitte son siège de consultant TV pour prendre la place de Mark Jackson sur le banc des Warriors, alors que ce dernier effectue le chemin inverse et ira partager son franc-parler et son sens de la vanne avec les téléspectateurs d’ESPN.

Effectif pour la saison 2014-2015 :

  • Meneurs : Stephen Curry, Shaun Livingston, Aaron Craft
  • Arrières : Klay Thompson, Leandro Barbosa, Brandon Rush, Nemanja Nedovic
  • Ailiers : Andre Iguodala, Harrison Barnes
  • Ailiers-forts : David Lee, Draymond Green, Marreese Speights, James McAdoo
  • Pivots : Andrew Bogut, Festus Ezeli, Ognjen Kuzmic

Les joueurs en gras sont ceux qui devraient intégrer le cinq majeur des Warriors cette saison.

Question de la saison : Steve Kerr peut-il faire mieux que Mark Jackson ?

C’est la question qui brûle toutes les lèvres en ce moment du côté d’Oakland. Comment le rookie va-t-il se débrouiller pour capter l’attention de ses troupes ? Prendre la succession de Mark Jackson ne sera pas chose facile tant celui-ci pouvait compter sur le soutient inconditionnel de Steph Curry et les autres. On ne compte même plus les interventions des joueurs dans la presse pour prendre la défense de leur coach, même lorsque celui-ci était déjà sur un siège éjectable suite à ses embrouilles avec Bob Myers et Joe Lacob, les propriétaires des Warriors. À Golden State, Steve Kerr va devoir installer ses convictions dans un vestiaire qui n’a que très peu évolué durant l’été. Adepte du « Run and Gun », le quintuple champion NBA en tant que joueur n’en oublie pas pour autant la défense, condition sine qua non d’un beau parcours en PlayOffs. Ça tombe bien, Klay Thompson a affirmé sa volonté de développer cet aspect de son jeu et Stephen Curry va également devoir y songer s’il souhaite concourir avec Tony Parker, Chris Paul ou encore Russell Westbrook pour le titre honorifique de meilleur meneur de l’Ouest. Point positif, Steve Kerr pourra compter sur un groupe qui se connaît déjà par cœur et qui devrait donc être opérationnel dès l’ouverture de la saison régulière. Ce sera le mercredi 30 octobre face aux Lakers. Ensuite, il aura 82 matches et cinq mois pour s’imposer et préparer ses hommes en vue des PlayOffs.

Candidat à la saison décevante : Harrison Barnes

Harrison Barnes

Un destin à la James Harden ?
Source : Troy Taormina-USA TODAY Sports

Relayé sur le banc la saison dernière, le produit de UNC peine à s’affirmer chez les Warriors. Peut-être que, à l’instar de James Harden il y a quelques années, Harrison Barnes va devoir passer par un trade pour trouver un rôle à la mesure de son talent dans une franchise où il pourra enfin s’exprimer pleinement. Si Steve Kerr conserve son cinq majeur en l’état, l’ailier pourrait bien vivre une saison similaire à l’année dernière à Golden State. Sa campagne de PlayOffs en 2013 nous laisse tout de même de l’espoir pour ce jeune joueur de seulement 22 ans.

Candidat sérieux pour la surprise : Draymond Green

Draymond Green

La révélation des derniers PlayOffs.
Source : Steve Dykes

La surprise du chef lors de ces derniers PlayOffs a peut-être gagné de précieuses minutes en vue du reste de sa carrière. En effet, opposé à Blake Griffin, le Spartan du Michigan a fait mieux que résister en délivrant une série de haut-vol terminée à près de 12 points et 8 rebonds. Steve Kerr attend probablement de lui de poursuivre sur sa lancée et Draymond Green pourrait voir son temps de jeu monter en flèche cette saison derrière le physiquement très friable David Lee. Sa défense solide offre désormais une alternative intéressante à Golden State au poste 4.

Meilleur et pire scénario possible :

  • Avec déjà un an de vie commune supplémentaire, les Warriors profitent de leurs automatismes et attaquent la saison tambour battant. La mayonnaise de Steve Kerr prend tout de suite et la ligne arrière de Golden State se découvre des talents insoupçonnés en défense qui permettent de marquer des points faciles sur contre-attaque. Comme à leur habitude, les « Splash Brothers » font la danse de la pluie les soirs de match et le public électrique de l’Oracle Arena termine d’achever les visiteurs. Enfin épargnés par les blessures, les Warriors font chuter les grosses écuries de l’Ouest les unes après les autres en PlayOffs, mais la dernière marche est trop haute et GS subit la loi des Cavaliers en Finales NBA. Le titre se rapproche encore un peu pour les Guerriers.
  • Face à un mur de sourcils froncés, Steve Kerr peine à se faire entendre. Les Warriors réclament à Joe Lacob et Bob Myers le retour de leur nounou préférée, mais Mark Jackson a pris goût à son siège derrière les écrans du premier rang. Après deux mois, la mayonnaise du coach a définitivement tourné en une substance jaunâtre qui n’attire plus personne. En la goûtant, Andrew Bogut tombe malade et doit abandonner les siens jusqu’à la fin de la saison. C’en est trop pour Golden State qui perd son ticket pour les PlayOffs lors de l’ultime journée, dans un duel à distance avec les Suns. Une page se tourne dans la Baie, il faut changer quelque chose.

Pronostic de la rédaction : 52 victoires – 30 défaites

Comme son prédécesseur, Steve Kerr devra déjouer les pronostics en PlayOffs, vraisemblablement privé de l’avantage du terrain dès le premier tour. Mais finalement, n’est-ce pas le défi qu’attendent les Warriors ? Grâce à leurs progrès défensifs, les Californiens pourraient bel et bien jouer les trouble-fêtes comme cela avait déjà pu être le cas en 2007 et 2013. Suffisamment pour espérer passer plus qu’un tour ?

Image de couverture : AP Photo – Ben Margot

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top