One-on-One

Stephen Curry de nouveau seul maître à bord : grosse saison de MVP en approche, style rétro

Stephen Curry

Le double MVP aime bien faire les choses en triple.

Source image : YouTube

A 31 ans, Stephen Curry est le joueur le plus âgé des Warriors cette saison. Il est aussi redevenu l’homme de la situation à San Francisco depuis le départ de Kevin Durant à Brooklyn cet été. En 2015, il avait mené lui-même Golden State jusqu’au titre. Mais sera-t-il capable de le refaire sans un autre joueur de son calibre à ses côtés ? En tout cas, tous les signes tendent à penser qu’une saison de MVP est déjà dans les cartons.

Avant la signature polémique du Snake en Californie à l’intersaison 2016, Chef Curry avait déjà glané deux statuettes et une bague de champion avec les Warriors. Son deuxième trophée Maurice Podoloff lui a même permis de devenir le premier MVP unanime de l’histoire de la NBA ce qui n’est pas un maigre exploit quand on sait toutes les légendes qui sont passées avant lui. Mais cette année, le fils de Dell a l’occasion de se rapprocher un peu plus des légendes dont on parle en devenant le neuvième homme à totaliser au moins trois titres individuels suprêmes en cas de succès. C’est toujours plus facile à dire qu’à faire mais beaucoup de choses ont changé cet été et cela pourrait aider la Torche Humaine à retrouver son statut d’il y a trois ans. En tout cas, il ne sera pas très rentable de miser sur lui puisqu’il est déjà considéré comme le deuxième candidat le plus crédible au MVP derrière Giannis Antetokounmpo et devant James Harden, AD et LeBron chez les bookmakers spécialisés. Ça vaut ce que ça vaut, mais ça pose quand même le contexte d’une saison où le meneur pourrait tout exploser du côté de San Francisco.

Les raisons de cette hype sont nombreuses mais on va commencer par la plus évidente en évoquant le départ de Kevin Durant dans la Conférence Est. Lors de son passage en Californie, les statistiques de SC30 n’ont pas beaucoup chuté, elles étaient même souvent meilleures que lors de sa première saison de MVP. Mais il y avait toujours ce flou sur le véritable leader des Warriors dans la tête des votants. Car si Durantula paraissait un tout petit peu plus complet que son acolyte du backcourt, notamment grâce à son bagage offensif quasiment infini, Stephen Curry n’a jamais cessé d’être le capitaine de cette équipe dans le vestiaire et sur le terrain. C’est lui qui a le plus d’ancienneté dans la franchise et il n’avait pas cette étiquette de mercenaire que l’on collait parfois à KD. Néanmoins, cette ambiguïté en interne et les blessures ont empêché le natif d’Akron d’aller chercher une troisième statuette tant que le Slim Reaper était à ses côtés. Ce dernier l’a même privé de la dernière grande ligne qui manque à son palmarès en récupérant les deux MVP des Finales lors du back-to-back des Dubs. Cela pourrait donc changer avec le retour d’une hiérarchie plus claire comme l’a concédé Steve Kerr sur 95.7 The Game’s.

« Je pense qu’il sera dans la conversation pour le MVP maintenant que Kevin est parti. Je pense qu’ils se sont un peu annulés l’un et l’autre dans cette course au titre individuel au cours des trois dernières années. Aucun des deux n’a vraiment eu sa chance et je pense qu’ils ne s’en souciaient pas trop pour être honnête avec vous. Ils se complétaient l’un et l’autre. »

Normalement, il ne devrait plus trop y avoir de doute pour désigner le joueur le plus valuable des Warriors désormais. Une différence qui va faciliter le choix des votants, d’autant que Stephen Curry va devoir être encore plus actif qu’en 2015 ou en 2016 pour compenser l’absence de Klay Thompson. Car on le savait déjà capable de mener son équipe jusqu’aux Finales NBA sans Durant mais il avait toujours son Splash Bro avec lui jusqu’à présent. Même si D’Angelo Russell a fait son arrivée dans la baie cet été et qu’il sera la deuxième option offensive de l’équipe derrière Steph, le néo-All-Star va avoir besoin d’un petit temps d’adaptation où Chef Curry devra à manger pour tout le monde pour que Golden State ne commence pas la saison avec un handicap au classement. Comme on a déjà pu le voir en pré-saison avec un premier carton de 40 points en 25 minutes contre les Wolves, le produit de Davidson aura carte blanche en attaque et le compteur pourrait vite grimper quand on connait sa capacité à trouver le chemin du cercle dès qu’il se rapproche du logo central. Et à base de 30 points, 5 rebonds et 5 assists de moyenne, il sera très difficile à aller chercher pour les autres stars qui partagent le plus souvent la vedette avec un autre All-Star, que ce soit à Houston, chez les Clippers ou les Lakers. Surtout s’il rejoint encore le club des 50-40-90 comme ce fut le cas lors de sa saison all-time en 2015-16.

Enfin, on surveillera le bilan des Warriors qui devrait déterminer les chances de Stephen Curry de rajouter un trophée dans sa vitrine en fin d’année. Historiquement, les MVP terminent rarement au-delà du Top 3 de leur Conférence. C’est là où cela pourrait poser quelques problèmes au sextuple All-Star alors que Golden State est à peine annoncé en Playoffs dans certaines previews de spécialistes. A lui de leur montrer qu’ils ont tort en menant sa barque comme il l’a toujours fait et en trouvant le meilleur équilibre pour poursuivre la série des Dubs de sept qualifications consécutives en postseason. En attendant le retour de Klay Thompson, ils pourront quand même compter sur trois All-Stars pour montrer l’exemple et emmener tout le monde dans leur sillage. Ce n’est pas comme si c’était la première fois que Baby Face portait son équipe sur ses épaules.

Le départ de KD, la blessure du Splash Bro et le renforcement de la concurrence : l’intersaison des Warriors n’a pas été de tout repos mais elle pourrait rimer avec le retour de Stephen Curry sur le trône de la NBA. En plus, on sait qu’il aime faire les choses en triple.

Source citation : 95.7 The Game’s

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top