Magic

Il était temps : Jameer Nelson et le Orlando Magic se séparent après 10 ans de vie commune

Demeurant jusqu’à ce jour l’un des vétérans de la franchise floridienne, le meneur Jameer Nelson, All-Star et finaliste avec Orlando en 2009, vit ses derniers instants sous les couleurs du Magic. L’écurie qui l’a accueilli en 2004 depuis l’Université de Saint-Joseph a cru bon de mettre un terme à leur collaboration, longue d’une décennie et remplie de multiples souvenirs que les fans voisins du temple de Disneyland ne rayeront pas de sitôt de leur mémoire.

L’annonce peut paraître brusque mais semblait pourtant inévitable. A plus de 32 berges et voyant l’effectif se rajeunir considérablement autour de sa personne, Nelson, qui n’a jamais réellement eu l’étoffe d’un amiral impassible, devait sentir que son heure allait sonner d’un instant à l’autre, à quelques heures du coup d’envoi du troc à ciel ouvert des agents libres. Mais ce fut non sans émotion et chagrin partagés que Rob Hennigan et les hautes instances du Magic ont tranché, laissant l’ami Jameer partir sans se retourner vers d’autres cieux, ce-dernier terminant tout de même meilleur passeur (3 501 offrandes) et 4ème meilleur scoreur (8 184 points marqués) de l’histoire de l’escouade en pleurs.

« Je tiens à remercier le Orlando Magic pour la chance qu’ils ont accordée à ma famille et à moi-même au cours de ces dix années de bonheur. J’aimerai témoigner mon affection pour la famille DeVos (les proprios), les gars du management, tous les entraîneurs qui m’ont guidé et soutenu dans le sport que j’aime et que j’ai pratiqué dans la ville que j’aime. Egalement, je tiens à dire merci à tous les fans du Magic. Vous m’avez encouragé depuis mon premier jour ici et vous avez été présents pour ma famille et moi durant tout ce temps. »

« Même les plus belles choses ont une fin et il est temps pour moi d’avancer. J’ai vraiment envie de poursuivre ma carrière en NBA et je ne prendrai jamais pour acquis mon merveilleux passage à Orlando », a déclaré Jameer Nelson, très gentleman et reconnaissant de l’amour porté aussi bien par le public que par l’organisation du Magic.

Au-delà de ce départ singulier de l’un des cadres de cette équipe en devenir, la franchise floridienne balaye là un des derniers vestiges de l’époque dorée de la fin des années 2000, avec Stan Van Gundy aux commandes notamment, afin de repartir sur des bases nouvelles qui respirent la fraîcheur subtile de la jeunesse, l’insouciance mais surtout l’envie de construire quelque chose de grand. En effet, l’équipe ne cesse de changer de visage avec, d’une part, l’essor à venir de Victor Oladipo, de Nikola Vucevic, d’Andrew Nicholson et, d’autre part, les arrivées prometteuses en provenance de la Draft d’Elfrid Payton et d’Aaron Gordon, couplées en outre avec le transfert d’Evan Fournier pour Arron Afflalo récemment. A n’en pas douter, ce groupe juvénile de talents à exploiter aura à cœur de grandir au fil du temps et de, pourquoi pas, craner fièrement en Finales de Conférence d’ici trois ans…

En définitive, pour revenir aux salutations néanmoins méritées pour le héros du jour en Floride, Jameer Nelson devrait avoir encore un peu de jus pour s’intégrer dans la rotation d’un nouvel effectif où il aurait certaines attaches. Si un rôle de titulaire est, de façon réaliste, à oublier dans la suite à donner à son parcours dans la Grande Ligue, l’enfant de Chester en Pennsylvanie pourrait bien rejoindre son ancien mentor à Orlando, à savoir Van Gundy, du côté des Detroit Pistons, voire une tout autre destination dans les environs de la Côte Est où Neslon possède un pied-à-terre (Philadelphie, New York, Miami, Washington, Brooklyn pour exemples). Les jours qui viennent nous le diront.

Bonne fin de route à toi, Jameer ! La sécurité sociale est plus que soulagée…

Source texte : orlandomagic.com / Source image : vlsportysexycool.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top