Wizards

Free fight : Marcin Gortat aimerait pouvoir se battre

Avec son surnom de catcheur (« Polish Hammer ») et sa tête de tueur à gage de la mafia russe (ou plutôt polonaise dans son cas), Marcin Gortat aurait très bien pu exécuter les sales besognes pour un gang. Mais finalement il joue au basket, c’est son choix. Cependant, certaines pulsions de violence le démangent, et il aimerait pouvoir laisser parler ses poings pendant les matchs.

« Je dirais que j’assouplirais un peu les règles concernant les amendes pour bagarre. C’est ce que j’assouplirais. Parce qu’aujourd’hui, vous allez à un match de hockey sur glace, et ce que les gens attendent c’est la baston, vous voyez ce que je veux dire? Donc s’ils pouvaient mettre un truc comme ça en place en NBA… Pendant le match. Rapide, 15-20 secondes, s’envoyer quelques pains, puis les arbitres sautent dans le tas et mettent fin au truc… Ces deux gars, ils règlent leur problème. Ils sont tous les deux suspendus et ils quittent le terrain. Mais à la fin de la journée, ils ont réglé le problème qu’il y avait entre eux, les fans sont excités, et je pense que ça serait une idée plutôt cool. » – Marcin Gortat, suivi d’un petit rire.

Le « Marteau Polonais » porte donc bien son surnom. Il est réellement marteau et veut enfoncer des têtes. Chacun sa passion. Malheureusement pour lui, la NBA suit depuis des années une autre voie, celle de l’aseptisation de la ligue. Les gars prennent des fautes techniques pour un regard de travers ou un mot déplacé, alors Adam Silver ne risque pas d’autoriser aux joueurs de se mettre dessus en plein milieu des matchs, bien au contraire. Pauvre Marcin Gortat.

Peut être est-ce dommage en effet, mais comment se termineraient les matchs entre les Bulls et le Heat si LeBron James pouvait exploser et cogner Taj Gibson/Nazr Mohammed/n’importe quel joueur de Chicago après une grosse faute (


To Top