Los Angeles Clippers

Le « Doc » contrarié par le manque de régularité de ses Clippers

Au milieu d’un long road-trip à l’Est, le bilan après trois matchs n’est pas vraiment glorieux pour les Clipps, comptant une victoire pour deux revers significatifs d’un manque d’implication que décrie copieusement leur entraîneur, Doc Rivers.

Il est vrai qu’après avoir tapé les Grizzlies chez eux de 20 unités sur leur parquet jeudi soir, le « Doc » s’attendait à ce que ses hommes puissent construire autour de cette victoire dont peu d’équipes, même avec un Marc Gasol absent, peuvent se targuer d’accrocher à leur tableau de chasse. Appliqués ce soir-là défensivement, la performance de Blake Griffin (10 points et 10 rebonds à 3/12 aux tirs en 37 minutes) et de ses coéquipiers fut tout autre à la Quick Loans Arena de Cleveland, malmenés par Tristan Thompson (20 points et 13 rebonds) et les Cavaliers sur le score de 88 à 82. Ainsi, devant cette pauvreté criante en attaque, la réaction de Rivers ne s’est pas faite attendre au sortir de la rencontre.

« Nous avons trop fait la moue durant ce match. On ne peut pas jouer de cette façon. On doit continuer de jouer. J’appelle cela un détournement émotionnel et nous en avons trop fait les frais. Cela arrive, mais devons nous en écarter au maximum et rester concentrés en tant que groupe, chose que nous n’avons pas réussi à faire samedi soir. »

« Quand nous deviendrons une bonne équipe, si nous en devenons une, ce sera lorsque nous manquerons 30 tirs à la suite et que vous ne le remarqueriez même pas, » ajoute Rivers avec clairvoyance. « Nous continuons à avancer. A l’heure actuelle, nous ne sommes pas aussi matures que nous le croyons. Quand tout va mal, on commence à avoir les idées noires. C’est un domaine où nous devons absolument progresser. »

Opposés ce soir aux Sixers de Philadelphie avec un DeAndre Jordan touché au pied droit et potentiellement absent (game-time decision), les Clippers devront se reprendre et se remettre à flot en plein cœur de ce road-trip constructeur de confiance. Leader vocal et exigeant, « Doc » Rivers sait que la route est encore longue, très longue en vue d’un titre et n’oublie jamais de le rappeler à ses joueurs encore trop irréguliers à son goût. Si la probable arrivée du vagabond Stephen Jackson dans les rangs californiens pourrait apporter encore un peu plus de solidité et de fermeté en sortie de banc, le métier rentre tant bien que mal pour l’escouade montante de Los Angeles. Prochain arrêt ce soir à Philadelphie pour CP3 and co !

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top