Dossiers NBA

[Draft] Rudy Gobert, un géant à la conquête de l’Ouest

Dans une Draft 2013 annoncée comme moins prometteuse que les précédentes, les GM des franchises semblant même prêts pour certains à trader un Top Pick. Pourtant, cette année, il y a un Français qui fait beaucoup parler comme un futur Top 25 à fort potentiel : Rudy Gobert. Le natif de Saint-Quentin s’est inscrit cette année après deux saisons en Pro A à Cholet où il y a fait ses armes depuis les Cadets. Petit retour sur son profil et son avenir proche.

 

Son profil

> Âge : 20 ans. La génération 1992, tout comme Evan Fournier.

> Position : Pivot. Le futur Joakim Noah ?

> Provenance : Cholet. Souhaitons lui plus de temps de jeu que Nando de Colo.

> Taille : 215 centimètres. Encore plus grand que Dwight Howard ou Al Horford, et 1cm de moins que Tyson Chandler.

> Poids : 100 kilos. Il lui manque encore quelques kilos pour remuer les 120kg de D12.

> Envergure : 236 centimètres. Cherchez pas, il n’y a pas plus grand.

> Statistiques 2012-2013 : 27 matchs joués, 8,4 points, 5.4 rebonds,  1,9 contres, 71,8% au tir et 70,4% aux lancers francs, 2,1 fautes, le tout avec une moyenne de jeu de 22,7 minutes

Ses qualités

Avec son envergure impressionnante et sa taille, Rudy Gobert est un vrai radar à ballons sous le panier. Ses statistiques prouvent en plus que le garçon est adroit aux lancers francs. Son autre avantage est qu’il fait très peu de fautes, et est très adroit au ‘pick-and-roll’, à voir si il défendra aussi bien dans une ligue qui n’a rien de comparable. Il a joué l’Euro Espoir avec les moins de 20ans (où il a remporté la médaille de Bronze), et participera certainement à l’Euro avec les seniors cet été pour faire définitivement son entrée dans le groupe Seniors de l’Equipe de France et confirmer son talent.

Ses défauts

Sa statistique de 72% au shoot est beaucoup due au fait que la plupart de ses points sont faits via des dunks ou des claquettes sous le panier,  il est encore loin d’avoir une technique de shoot intéressante à la manière d’un Brook Lopez. Du fait de son âge et de son club, Rudy Gobert n’a connu le haut niveau qu’à l’échelle de la Pro A, et ce hors Playoffs qu’il n’a presque pas joué (mis à part la saison dernière où il a joué 6 matchs dont 5 fois starter et une moyenne à 2,7 points mais seulement 58% au shoot et 3 rebonds), arriver donc à prendre des shoots et défendre sur les joueurs beaucoup plus grands et plus physiques qu’en Pro A risque de changer beaucoup de chose, à lui de confirmer tout son talent. Autre défaut, mais qui n’a rien à voir avec lui, mais il est à un poste concurrentiel où de nombreux bons joueurs existent, mais un poste très important (on a bien vu l’importance de Hibbert par exemple dans le jeu des Pacers). Néanmoins, il peut logiquement prétendre à jouer 6-8 minutes en sortie de banc.

Sa position dans la Draft

Quasiment tout les analystes, consultants et quelques GM sont d’accord sur le fait que ce garçon a un énorme potentiel, et ont été impressionnés par ces caractéristiques physiques. La plupart restent tempérés sur son shoot mais dans la NBA on a bien vu via Dwight Howard ou Jooks par exemple qu’un pivot n’avait pas forcément besoin de savoir shooter. Ne participant pas au camp de Trevise, il n’a pas pu démontrer ses capacités lors de ce camp de Pré-Draft où de nombreux consultants et experts étaient sur place. Son numéro de draft attendu est a priori dans le top 30 avec une forte chance d’être dans les places 25 environ, ce qui peut lui faire espérer une place à OKC, Indiana, Knicks, Nuggets, Spurs, ou encore Minnesota. Indiana a déjà clairement dit qu’ils ne le souhaitaient pas, et Rudy a déjà effectué un Workout avec Minnesota. Les dernières rumeurs l’enverraient donc là-bas, mais à y regarder de plus près, aux Knicks avec une équipe vieillissante et un duo de pivots Chandler décevant cette saison et Stoudemire blessé qui fait l’objet de rumeurs de trade, il pourrait leur être d’un apport intéressant, les Knicks qui le suivaient déjà il y a un peu plus d’un an. Les Spurs aussi peuvent être une perspective intéressante vu l’effectif et la colonie française (d’autant plus que Coach Pop a toujours réussi à mettre en lumière des pick de draft pas exceptionnels mais à gros potentiel, l’exemple le plus flagrant étant Tony Parker, 28ème pick), mais une place plus basse que la place 25 pourrait aussi l’envoyer à Oklahoma dont le GM le suit depuis un bon moment et qui ne se cache pas être intéressé.

Réponse dans 9 jours…

2 Commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top