News NBA

[Débrief] Game 1 : Come-back et hold-up incroyable des Spurs

On pensait avoir tout vu en début de soirée, grâce à des Bulls au coeur énorme qui s’imposaient sur le parquet du Heat dans un silence d’église, mais on s’est violemment trompé. Les Spurs, qui se faisaient dominer eux aussi devant leur public, ont failli passer à la trappe avant que l’expérience ne fasse la différence. Retour sur un hold-up à la texane.

Ce qu’il s’est passé

Ce récit devait être dédié aux Warriors. Ce récit devait être dédié à la jeunesse convaincante, pas l’expérience énervante. Ce récit devait narrer les exploits de Stephen Curry, auteur d’un match invraisemblable sous les yeux ébahis de Tim Duncan avec 44 points et 11 passes. Et ce récit devait enfin confirmer la beauté de cet effectif californien, menant de 16 points avec 4 minutes à jouer dans le dernier quart-temps. Mais il n’en fût rien. Les Spurs, trop vieux, trop confiants, trop expérimentés, ont donné la leçon à Mark Jackson dont Gregg Popovich le premier. Le jeune entraîneur des Warriors a été tellement traumatisé par l’épisode Thibodeau avec Derrick Rose il y a un an qu’il a préféré faire totalement l’inverse, laissant ses meilleurs éléments sur le banc pour permettre à Richard Jefferson (?) de terminer l’affaire. Le genre d’erreur dont Pop raffole, giflant ses troupes pour leur demander d’aller chercher la prolongation. 44 minutes d’efforts partis en poussière, 44 magnifiques minutes monopolisées par les visiteurs, agressifs, dominants, dans tous les registres, faisant passer les Spurs pour le 7ème de sa Conférence comme personne n’a su le faire jusqu’ici. Deux prolongations plus tard, et un tir de Manu Ginobili béni par le Pape, les texans s’imposaient dans la douleur et enfonçaient un clou bien rouillé dans le moral des jeunes Warriors. 

Ce qui aurait dû se passer

Sauront-ils rebondir ? Pourront-ils le faire ? Concernant leur capacité à répondre à ces questions, pas de doute. Après avoir mangé un lay-up au buzzer de Dédé Miller au premier tour face aux Nuggets, et en perdant David Lee par la même occasion, Mark Jackson a invoqué tous les dieux et orateurs possibles pour permettre à son équipe de l’emporter au Pepsi Center le match suivant. Seulement, un gouffre sépare San Antonio de Denver, au sens propre comme au figuré. Gregg Popovich sait quels ajustements il doit faire, il sait que Tim Duncan avait une gastro, que Manu Ginobili ne tirera pas à 5/20 toute la série, que sa défense ne sera jamais aussi poreuse et que Stephen Curry devra calmer le thermostat. Tous ces éléments, le coach des Warriors les connait également, et il devra trouver de nouvelles solutions pour tenter de créer la surprise avant de rentrer en Californie. Est-ce que Golden State a laissé passer une chance exceptionnelle de gagner la série ? Bien évidemment. Est-ce que cela va les frustrer pour le reste du combat ? Pas forcément.

Les réactions des deux côtés

« On sait qu’on peut revenir et gagner le prochain match. On est déjà passé par là au premier tour et on a gagné le match suivant donc c’est difficile actuellement dans le vestiaire mais on doit se concentrer à nouveau. » Stephen Curry toujours aussi humble.

« Je ne peux pas répondre à votre question car personne n’a su arrêter Stephen Curry. Oui on a essayé mais personne n’a réussi. » Gregg Popovich, coach conquis.

Prochain match

Mercredi 8 Mai, à San Antonio, à 3h30 sur vos écrans.

3 Commentaires

3 Comments

  1. @TrashTalk_fr

    7 mai 2013 à 11 h 16 min at 11 h 16 min

    [Débrief] Game 1 : Come-back et hold-up incroyable des Spurs http://t.co/OMD58H23GJ

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top