News NBA

Quels sont les meilleurs agents libres encore disponibles ? De James Harden à Collin Sexton, il y a encore du gros poisson à ferrer

poissons free agency

Des jolis et… très chers poissons.

Source : Shutterstock

La Free Agency est ouverte depuis seulement trois jours, mais beaucoup de joueurs libres ont déjà paraphé un contrat d’engagement avec une équipe. Premier arrivé, premier servi comme dit l’adage. Dans cette avalanche de coups de stylo, difficile de savoir qui est encore disponible. Tiens donc, ça tombe bien car ce papier est exactement destiné à répondre à cette question. Et vu qu’on aime beaucoup les choses bien faites, on vous indique aussi vers où les dernières rumeurs envoient tous ces garçons. Go ! 

Pour retrouver toutes les signatures de cette Free Agency, c’est par ICI !

Bon alors, qui sont les joueurs qui n’ont pas encore signé de licence chez une franchise NBA ? Il y en a pas mal avec quelques gros poissons quand même, alors pensez à prendre votre canne à pêche et deux trois gros appâts avant de vous aventurer plus loin. Pour le type de leurre ? Prévoyez des billets verts, beaucoup de billets verts. C’est ce qui marche le mieux pour espérer ferrer une proie de choix. Bon, votre matos est prêt ? Allez, on y va. On commence par qui ? Boh, par le plus prestigieux spécimen. Son nom ? Le Barbudanis Texasona aka James Harden. Le joueur des Sixers est actuellement agent libre, mais ne vous méprenez pas. Pour ce rorqual, toute tentative de capture paraît hautement improbable. Pourquoi ? Parce que les Sixers justement devraient très probablement le prolonger avec un nouveau contrat, de durée plus longue. Le salaire sera un peu moins élevé, mais c’est pour participer à l’effort collectif. Ça permet notamment de pouvoir signer P.J. Tucker, pas une paille lorsqu’on veut jouer le titre.

Deuxième espèce de poisson évoluant encore en eaux libres ? Deandrenis Cactussino. Nom commun : Deandre Ayton. Alors ça, c’est du grand grand requin. Dangereux ? Boh, suffit de mettre un abonnement Playstation+ au bout de votre hameçon et ça devrait bien se passer. Pour parler basket, la situation du géant n’est pas simple. En disgrâce avec les Suns suite à une campagne de Playoffs très cracra, le pivot serait par dessus le marché (aux poissons mdr) embrouillé avec Monty Williams et certains joueurs du groupe. Pour le récupérer ? Les Spurs semblent en bonne position, bien que le possible transfert de Kevin Durant ait rebattu pas mal de cartes. Pourquoi ne pas imager un sign and trade avec les Nets, accompagné de certains de ses coéquipiers dans un gros gros colis direction Brooklyn ? On parlait jusqu’ici de Detroit, mais la récupération de Jalen Duren en 13e position bloque désormais le poste 5. Affaire à suivre, mais l’avenir du garçon ne s’écrit sans doute pas dans la vallée de l’Arizona.

Toujours aucune prise dans votre seau ? Ne désespérez pas, on enchaîne. Le spécimen à venir ? Milesas Bridagina. Souci, le joueur est actuellement aux prises avec les autorités californiennes pour un sale histoire de violences conjugales dont il s’est rendu coupable. L’enjeu n’est donc pas ici de savoir vers où et quand il sera transféré, mais bien de savoir si Bridges refoulera tout simplement un parquet de basket dans un futur proche. La sanction de la part de la NBA et des Hornets devrait donc être sévère, en attendant celle d’un tribunal compétent. Allez, on revient dans notre partie de pêche basket. Sur la prochaine page du guide aquatique ? Une fiche complète sur Collinus Cavaliranes aka Collin Sexton. Le combo guard est en fin de contrat avec Cleveland et cherche donc un point de chute. Pour l’instant, peu de choses ont filtré quand à la potentielle destination du garçon. Blessé au ménisque en début de saison dernière, il a manqué l’intégralité du reste de celle-ci mais garde la pêche et surtout la cote. L’anguille électrique voudrait 20 millions par saison, une prétention un peu élevée pour l’Aquarium de Cleveland. Pacers, Wizards ? Avec le départ de Malcolm Brogdon pour Boston, pas impossible du tout de voir le filet de Collin débarquer à Indianapolis prochainement.

Allez, encore deux pour la route ? Tijis Warrenasis, T.J. Warren pour les non-initiés. Blessé depuis près de deux ans, cet orque est un vrai pari. Si ça marche, bonjour l’augmentation de fréquentation dans votre établissement. Pour parler basket, T.J. Warren a régalé dans la bulle d’Orlando avec les Pacers. Sauf que depuis… c’est un peu du vide. Quatre matchs en deux ans, ça fait peu comme garanties. Non, le salaire ne sera pas élevé mais il s’agira de vouloir relancer le bonhomme avec patience et compréhension. Comme dit, s’il revient au top… vous posséderez un fantastique joueur de basket capable de mener une équipe dans beaucoup d’aspects du jeu. La cote est élevée mais il peut s’agir du potentiel plus gros coup de la Free Agency.  Pour ça, il faudrait déjà qu’il puisse rejouer et à l’heure actuelle rien n’est assuré à ce niveau là. Boum, c’est déjà l’heure du dernier poisson du lac. Oui, on va encore balancer un blaze scientifique un peu loufoque mais c’est à Sebastiano Poissono, notre fournisseur officiel de poisson pané, que nous devons ces noms. Bref, parlons de Dennisis Schroderas. Petit poisson pouvant se révéler dangereux, il fera la part belle à l’animation partout où il passera. En langue basket ? Un petit meneur en fin de contrat avec Houston, capable de créer pour les copaings tout en amenant une belle quantité de points tous les soirs. Peut-être pas au niveau d’un titulaire, mais pourquoi pas d’un sixième homme premium.

Bon alors c’te partie de pêche, vous avez eu qui ? Pour nous, pas de grosse prise. On repart bredouille mais vu notre niveau canne en main… rien d’étonnant. Partir ? Vous êtes fou. On va regarder les meilleurs pêcheurs se partager les derniers poissons de cette Free Agency, et ça on ne le manquerait pour rien au monde. 

Source : NBC Sports

 

 

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top