Grizzlies

Grizzlies – Warriors en demi-finales de Conférence : Ja Morant vs Stephen Curry, mais tellement plus encore

Ja Morant Stephen Curry

Oh le duel de kiffeurs.

Source image : montage TrashTalk via NBA League Pass

Ce vendredi, les Grizzlies ont retrouvé le second tour des Playoffs pour la première fois depuis 2015. Admettons que les gars de Taylor Jenkins sabrent le champagne à 8h heure française. Selon le volume d’alcool ingéré, il y a de grandes chances pour qu’ils soient encore saouls pour le Game 1 de ce dimanche. Eh oui, les Warriors, c’est déjà demain.

Il n’y a pas à dire, la Conférence Ouest a de (très) loin le meilleur vivier de meneurs. En parallèle d’une première demi-finale entre Chris Paul et Luka Doncic, Ja Morant et Stephen Curry s’apprêtent à en découdre. Mais réduire cette série aux deux artificiers n’est pas bon. Cet affrontement entre Warriors et Grizzlies est avant tout celui de la profondeur d’effectif. D’un côté, Nemanja Bjelica, Gary Payton II, Kevon Looney, Otto Porter et Jonathan Kuminga assurent les arrières d’un cinq de quatre All-Stars. De l’autre, Xavier Tillman, Tyus Jones et Kyle Anderson performent avec une constance qui appelle l’admiration. Il n’y aura donc pas de temps mous. Deux matchs dans le match. Il est – dans ce genre de série ô combien équilibrée – importantissime qu’un titulaire puisse rejoindre le banc l’esprit serein, persuadé que son back-up évitera le trou d’air. Un exemple ? Le matchup entre Draymond Green et Jaren Jackson Jr. se jouera sur le terrain, mais aussi en dehors. De la même manière que l’opposition directe entre Klay Thompson et Desmond Bane. Chaque équipe devra ainsi se trouver un facteur X autre que les silhouettes habituelles qui, sur une série de Playoffs, font la différence seulement lorsqu’elles sous-performent. Ce n’est pas vrai à 100%, mais c’est à méditer.

Sur la saison régulière, les Grizzlies ont remporté trois de leurs quatre confrontations face aux Warriors. En plus de partir avec l’avantage du terrain dans cette série, ils partent avec l’avantage mental. Eh oui, Taylor Jenkins n’est pas le plus mauvais pour contourner le small ball de Steve Kerr. L’entraîneur de Memphis dispose d’intérieurs assez mobiles pour espérer stopper ce que Denver n’a pas su ralentir. Il serait ainsi bien présomptueux de vendre la peau de l’ours avant que Golden State ne l’ait tué. Le classement de la saison régulière a du sens. S’y référer rappellerait à certains en quoi le favori de cette série n’est peut-être pas californien. À condition que Ja Morant – trois tons en-dessous dans la série face aux Wolves – réhausse son niveau de jeu. À condition aussi que Memphis réussisse à tirer un bénéfice de sa paire Jaren Jackson Jr. – Brandon Clarke. Si Golden State leur envoie le cinq small ball, bonjour le massacre dans la peinture. On conclura donc sur le fait que les Warriors ont plutôt intérêt à se présenter avec Kevon Looney en titu.

Profitez de ce samedi pour vous reposer, car demain ça repart fort avec le premier match de cette série déjà historique. Genre ? Historique.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top