Celtics

Vous n’allez jamais le croire : les Celtics gagnent quand Jaylen Brown et Jayson Tatum sont bons le même jour

Jaylen Brown 13 janvier 2022

Beaucoup plus facile de gagner des matchs quand tes deux meilleurs joueurs jouent comme tes deux meilleurs joueurs.

Source : YouTube

On ne va pas se mentir, les Celtics sont un peu flippants ces derniers temps, et on entend d’ailleurs de plus en plus de débats remplis de sel pour savoir si Jayson Tatum et Jaylen Brown sont compatibles pour accéder aux plus hautes strates de la NBA. Ce soir ? La paire de J du Massachusetts a prouvé des choses en jouant au jeu du miroir sur le parquet des Pacers : 33 points à 11/19 pour Jayson et 34 points à 11/19 pour Jaylen, et le résultat est logiquement une petite fessée 119- 100 sur des Pacers au complet mais dominés de la tête aux ieps.

Dès le début du match les joueurs de Boston entrent sur le parquet avec de vraies intentions et une intensité qui leur a souvent fait défaut depuis le début de la saison. Tout va alors comme sur des roulettes, les deux virtuoses expriment tout leur talent à tour de rôle dès le premier quart-temps, à l’issue duquel Jayson Tatum affiche déjà 14 points à 5/5 au tir, tandis que le second round sera plutôt dominé par Jaylen Brown, qui enchaîne les paniers pendant que son pote se repose sur le banc, malgré les double teams ordonnées par Rock Carlisle sur toutes les possessions des C’s. Retour en fanfare du jeu stéréotypé de Boston, là où les deux Jays enchaînent les un-contre-un pendant que leurs coéquipiers font acte de présence. Mais tout aussi prévisible soit-elle, cette manière de jouer est extrêmement efficace quand les deux joueurs font inlassablement rentrer le ballon dans le panier en dépit des propositions défensives adverses. En attaque un coéquipier des deux zinzins s’est toutefois également illustré cette nuit puisque l’Allemand Dennis Schröder finira pour sa part le match avec 23 points à 7/11 au tir dont 4/5 à 3-points, et mercey le spacing offert par les deux copains.

Côté Pacers ? On pouvait s’attendre à mieux alors que Malcom Brogdon et Caris LeVert faisaient leur retour sur les parquets. Dépassés par l’adresse insolente des deux All-Stars dès le début de la partie, les fermiers se sont vite retrouvés à court de solutions, devenant spectateurs de ce festival offensif. Ouf, on aura quand même eu le droit à notre petite dose de show avec un… Lance Stephenson qui nous a encore régalé d’énergie et d’extravagance. Dès qu’il est sur un parquet NBA le visage de Born Ready s’illumine et ses yeux se mettent à pétiller de joie comme un enfant devant le sapin de Noël, et les nôtres avec par la même occasion. On sait alors qu’il va se passer quelque chose et c’est un pur régal à observer, et aujourd’hui Monsieur Stephenson nous a notamment offert un magnifique enchaînement spin-move à pleine vitesse et lay-up bien contesté avant, sur l’action suivante, de nous offrir ses meilleurs mimiques, transmettant toute son incompréhension à l’arbitre qui venait de lui siffler une faute offensive. Mais cette passion ne suffit pas à elle seule à faire gagner un match et les Pacers ont donc enchaîné une deuxième défaite en autant de matchs contre les Celtics et surtout une huitième défaite sur les dix derniers matchs joués. Ca sent quoi dans l’Indiana ? Ca sent le purin.

Les Pacers ne trouvent pas leur mojo, même avec une équipe au complet, et on commence à attendre sérieusement que le roster se délite pour repartir enfin sur de nouvelles bases. Pour ce qui est des Celtics on attendra de voir ce que ça donne niveau régularité avant de se prononcer plus en détail parce que, tout aussi prometteur soit-il, ce match reste très représentatif de la saison en dents de scie des C’s, faîte de quelques hauts et de très très bas. Vite vite, la suite !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top