Kings

Davion Mitchell a réussi son examen d’entrée : trois matchs, des cadenas déjà posés, et un surnom déjà assumé

Le futur cauchemar de ton attaquant préféré.

Source image : YouTube

Sélectionné en neuvième position de la Draft NBA 2021, Davion Mitchell a surtout été choisi par les Kings pour son côté pitbull et sa capacité à impacter une défense, gros point faible de Sacramento l’an passé. Lors de sa première semaine en NBA, le rookie a déjà rencontré de sacrés monstres offensifs et il faut dire qu’il s’est plutôt bien débrouillé. Très bien même !

Damian Lillard, Donovan Mitchell, Stephen Curry. Trois des plus grands attaquants de la NBA actuelle, trois stars que Davion Mitchell a dû se coltiner pour sa toute première semaine en NBA. Bienvenue chez les grands ! Mais si beaucoup de rookies auraient rapidement pris la leçon de la part de ces scoreurs qui peuvent planter 30 pions les yeux fermés, le meilleur défenseur NCAA de l’année 2021 a vite montré qu’il n’était pas là pour rigoler. Déjà, il n’a pas eu peur quand il a fallu regarder ces trois-là dans les yeux, ainsi que des mecs comme C.J. McCollum (Blazers) ou Jordan Clarkson (Jazz) qui ont également été défendus par Davion. Ensuite, les chiffres parlent pour lui. Face aux Kings, Lillard a terminé la rencontre avec un 8/24 au tir bien crade, dont un terrible 0/9 du parking. Dans le match suivant, Donovan Mitchell n’a pas pu faire mieux qu’un 9/25 au shoot avec 5 pertes de balle. Et la nuit dernière à Sacramento, Stephen Curry n’a pas connu sa meilleure soirée de l’année, lui qui a terminé avec un 9/23 au tir (4/15 de loin). Bien évidemment, Davion Mitchell n’est pas la seule raison qui se cache derrière cette adresse assez faible de ses adversaires. Face aux Warriors par exemple, le rookie des Kings s’est finalement retrouvé assez rarement en un-contre-un contre Steph, ce dernier parvenant à trouver des match-ups favorables grâce à ses mouvements et les nombreux écrans qui composent le système offensif de Steve Kerr. Mais Mitchell – auteur également de 22 points en attaque contre Golden State – a su tenir son rang contre Curry quand l’occasion s’est présentée, même si Baby Faced Killer lui a aussi appris deux-trois trucs sympas. Des stats plus parlantes viennent d’être publiées par The Athletic, des stats qui montrent plus précisément l’impact de Davion Mitchell au cours de ses deux premiers matchs contre Portland et Utah. Elles sont tirées de NBA.com :

  • Damian Lillard opposé à Davion Mitchell : 1/7 au tir
  • Donovan Mitchell opposé à Davion Mitchell : 2/6 au tir
  • Jordan Clarkson opposé à Davion Mitchell : 2/8 au tir

Visiblement, c’est assez galère d’affronter Davion. Certes le bonhomme ne fait qu’1m83, mais alors qu’est-ce qu’il est relou à jouer. Intensité, impact physique, mentalité de pitbull… quelque chose nous dit que Mitchell va poser des problèmes pendant longtemps en NBA. Et il suffit d’écouter les propos du plus grand sniper de l’histoire pour comprendre que Davion marque déjà les esprits dans la Grande Ligue.

« Il joue avec beaucoup de confiance – c’était seulement son troisième match dans la Ligue – il a une grande marge de progression, mais ça se voit qu’il a tous les outils nécessaires pour être un stoppeur défensif. Il est une peste sur un terrain, dans le bon sens du terme. »

– Stephen Curry sur Davion Mitchell, après le Kings – Warriors de dimanche (via NBC Sports Bay Area)

Ayant Jrue Holiday comme modèle, Davion Mitchell marche clairement dans les traces du meneur des Bucks, considéré comme l’une des grandes références en défense à son poste. Grâce à ses perfs défensives, Mitchell a eu l’honneur d’être invité sur le podcast de J.J. Redick en compagnie de son copain Tyrese Haliburton, où il a parlé de ses premières expériences chez les grands.

« Avec Dame, je me suis dit, ‘ne le laisse pas dégainer de loin’. Il avait du mal à rentrer ses shoots au début du match, alors je voulais absolument éviter qu’il trouve son rythme. […] Avec Donovan, c’est un gars fort physiquement et rapide qui aime pénétrer, perso j’adore défendre ces gars-là. Steph par contre, ça sera probablement plus dur pour moi [l’interview a été réalisée avant la rencontre face aux Warriors, ndlr.], car défendre sans ballon, ce n’est pas forcément mon truc. »

Comme on parle d’un rookie, Davion Mitchell est évidemment toujours en phase d’apprentissage par rapport aux tendances des attaquants adverses ainsi que les principes défensifs des Kings (si on admet qu’ils en ont). C’est ce qui rend son impact défensif actuel encore plus impressionnant, lui qui se base avant tout sur son agressivité et son instinct pour défendre les meilleurs attaquants adverses aujourd’hui. Preuve de cet impact et l’importance qu’il possède déjà dans sa nouvelle équipe, Mitchell reçoit des minutes dans le money time en ce début de saison, pas rien pour un rookie. Mais Davion n’est pas vraiment un rookie comme les autres, lui qui a déjà 23 ans après avoir passé quatre saisons en NCAA, où il a remporté un titre national il y a quelques mois contre les Gonzaga Bulldogs d’un certain Jalen Suggs. Bref, les grands moments, il connaît et ce n’est finalement pas une surprise de le voir faire du bruit tout de suite en NBA, d’autant plus qu’il fut nommé co-MVP de la Summer League après le succès des Kings.

Seulement trois matchs joués en NBA, et Davion Mitchell ressemble déjà à l’un des pitbulls les plus redoutables de la NBA. On connaissait son potentiel défensif, visiblement ça se traduit très bien en NBA. Et si en plus il peut contribuer en attaque comme face aux Warriors la nuit dernière, alors ça c’est tout bénéf pour les Kings. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top