News NBA

Chris Paul compare sa relation avec Devin Booker et James Harden : spoiler, CP3 a son petit chouchou et il n’est pas barbu

Chris Paul VS James Harden NBA

Toi, t’es pas mon copain toi.

Source image : NBA League Pass

Chris Paul vient de faire sa première fois en Finales NBA avec les Suns cette année et il attribue une grande partie du mérite à Devin Booker. Dans le podcast « No Chill » de Gilbert Arenas, le Point God est revenu sur sa relation avec son nouveau meilleur pote mais aussi avec James Harden. On peut clairement dire que ça se passe mieux avec l’un qu’avec l’autre.

On le sait, les podcasts NBA nous offrent beaucoup de déclarations bien intéressantes et révélatrices qui font souvent parler. L’émission « No Chill » de l’ancien sniper (c’est le cas de le dire) des Wizards Gilbert Arenas ne déroge pas à la règle. Chris Paul était l’invité de l’édition sortie la semaine dernière et de nombreux sujets ont été abordés comme son potentiel duo avec Kobe Bryant aux Lakers, son année rookie, mais surtout sa relation avec Devin Booker et James Harden, notamment en fin de match. On vous le dit tout de suite, le Point God est bien plus à l’aise avec son « light-skin boy » comme il l’appelle, qu’avec The Beard à l’époque des Rockets. On le sait, la palette de moves du fils spirituel de Kobe est telle qu’il peut scorer comme il veut et d’où il veut sur le parquet. Le vétéran le sait bien aussi (en même temps c’est pas compliqué à voir) et fait donc totale confiance au mec de Kendall Jenner pour gérer les fins de match. Et la communication est au cœur de tout.

« Un des meilleurs aspects de ma relation avec Book est qu’on parle de tout, les bonnes comme les mauvaises choses. […] Devin sait mettre des game-winners mais ce que je lui ai dit toute l’année pour les fins de match, c’est ‘va à ton spot et prends le tir’. Même si c’est un 2-points lointain, juste à l’intérieur de la ligne des 3-points, comme c’était le cas une fois en début de saison. Je lui ai dit, ‘si tu es à ton spot, tu peux shooter les yeux fermés’. »

On est clairement sur une belle bromance tellement les deux se kiffent. Le duo ne joue ensemble que depuis une saison et on a l’impression qu’ils se connaissent déjà par cœur. En décembre dernier, le meneur louait déjà la mentalité ultra compétitive de son nouveau partenaire du backcourt dans une conférence de presse, expliquant que lors de leurs sessions un-contre-un, ils étaient souvent proches de se battre à cause de l’intensité qu’ils mettaient tous les deux. En tout cas, ce qu’on peut dire, c’est que Chris n’a pas tout à fait eu le même type de relation avec le Barbu de Houston James Harden. Sur le papier, les deux guards formaient une ligne arrière exceptionnelle mais ça s’est mal terminé, avec des tensions et le transfert de Paul à l’été 2019. Cipifruit remet notamment en cause l’absence de communication au sujet des fins de match avec la star évoluant désormais aux Nets :

« Il est nécessaire d’avoir ce genre de discussions. Mais sérieux, on était vraiment bons [Chris Paul et James Harden, ndlr.]. Personne ne peut scorer comme James, je le dis toujours. C’est fou. Je ne changerais pas grand-chose à cette expérience mais j’aurais aimé avoir ce genre de discussions avec lui. »

Pour rappel, après avoir géré Lob City pendant des années, l’ancien patron de Wake Forest a été transféré chez les Rockets en 2017 et y est resté deux ans. Lors de la saison 2017-18, CP3 et un James Harden en mode MVP avaient même porté les Fusées jusqu’en finale de conf’ avec un bilan de 65-17. Alors que la franchise texane menait 3-2 contre les Warriors de Kevin Durant, Stephen Curry & Cie, l’exploit n’était pas loin mais ce fut un échec pour la bande à Mike D’Antoni. Une blessure à l’ischio de Chris Paul – l’empêchant de finir la série – et 27 tirs à 3-points de suite manqués au Game 7 plus tard, et les Rockets étaient en vacances. De la saison 2018-19 de H-Town, on retiendra certes les 36,1 points et 7,5 assists de moyenne d’El Chapo et la saison magnifique de Carmelo Anthony (non), mais on se souviendra tout autant des nombreuses embrouilles au sein du backcourt texan. Enfin bref, le potentiel et les moyens étaient là mais l’épisode Rockets de la carrière du Point God ne s’est pas déroulé comme espéré.

Le meneur onze fois All-Star a également loué les mérites du staff des Soleils – notamment Monty Williams (coach) et James Jones (manager général) – durant le podcast, mais le numéro un de son cœur est bien son nouveau protégé DBook. De toute façon, Chris l’a déjà dit, il ne parle plus avec James Harden depuis qu’il a quitté le Texas en 2019. Eh oui, comme les psy conjugaux le disent toujours, ce qu’il y a de plus important dans une relation, c’est la communication.

Source texte : No Chill Podcast

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top