Wizards

Les Wizards arrachent la victoire face à des Raptors joueurs : une fin de match complètement zinzin, parce que les Wizards sont des zinzins

Robin Lopez 7 mai 2021

Mais regardez-moi cette tête de serial killer gentil.

Source image : YouTube

Il se passe toujours quelque chose avec ces mecs-là. Automatiquement. Ca gagne ça perd peu importe, chaque match des Wizards est un nouveau délire à lui seul, le score du match coulant dans un océan de stats, de faits de jeu, de perfs all-time, de retournements de situation et/ou de décisions bizarres. Nouveau tiret à cette (très) drôle de saison cette nuit, avec une victoire face aux Raptors, victoire que les Sorciers ont parfois semblé… vouloir éviter à tout prix. Si, si.

La boxscore de ce nouveau chef d’oeuvre de science-fiction, c’est juste ici

Si les Wizards 2020-21 étaient une chanson, ils seraient interprétés par Théo Lavabo. S’ils étaient un film ? Ce serait probablement Dikkenek ou un chef d’œuvre du genre. C’est bien simple, cette équipe est aussi incompréhensible qu’orpheline d’un coach (coach du mois d’avril, quand même, haha), elle est aussi généreuse qu’imprévisible, aussi talentueuse que détestable, parfois. Cette nuit ? Un exemple de plus de cette drôle de définition, avec une victoire à ranger au rayon de celles qui auraient pu être des défaites. Un match plein, équilibré, face à des Raptors qui ne savent pas où ils vont et qui vont donc tout droit, et au final un money time de mille ans qui débouchera sur une victoire salement étriquée mais ô combien précieuse. Le double symbole de ce match ? Une avance de 3-points à quelques secondes du terme mais la « décision » des Wizards de laisser shooter Fred VanVleet dans un canapé CanaPi, lequel ne se fera évidemment pas prier pour nous offrir cinq minutes de rab nécessaire pour faire travailler notre rythme cardiaque.

Puis à quelques secondes de la fin de cette dite prolongation (+4 Wizards, 15 secondes à jouer), des arbitres qui refusent de siffler une faute de ce même FVV, Russell Westbrook qui perd un ballon importantissime avant… de faire faute volontairement sur Gary Trent Jr. (??!!??!!), sa… sixième faute, probablement car les fils venaient de se toucher, probablement car RW avait validé ce pour quoi il était venu à la salle, à savoir son 180ème triple-double en carrière. Toujours est-il que malgré un ultime baroud d’honneur de Pascal Siakam (44 points, 11 rebonds et 7 passes) les Wizards s’en sortiront finalement, assez miraculeusement, repoussant probablement définitivement leur victime du soir hors de la course au play-in et s’assurant dans le même temps et à 90% une présence lors du tournoi préféré de ton joueur préféré les 17, 18 et 19 mai prochain.

All they do is win, n’importe comment mais peu importe puisque nos petits cœurs battent la chamade chaque nuit grâce à eux et c’est bien le plus important. Ou vont les Wizards on ne sait guère, mais en tout cas ils y vont gaiement et en titubant. Russell Westbrook ? Il devrait égaler et dépasser Oscar Robertson au nombre de triples-doubles en carrière, entre lundi et mercredi selon des sources proches du dossier. In-cro-yable-sai-son, littéralement.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top