Sixers

Les Sixers face au calendrier de la mort : quinzaine hardcore à venir, c’est déjà les Playoffs à Philly

sixers

Dallas, Brooklyn, Clippers, Golden State, Phoenix, et Milwaukee à deux reprises. Ouch.

Source image : NBA League Pass

Si nous sommes qu’à la mi-avril et qu’il reste un bon mois de compétition dans la saison régulière 2020-21, il y aura déjà une atmosphère de Playoffs du côté de Philadelphie. Et pour cause, les Sixers vont enchaîner les matchs XXL en antenne nationale durant les deux semaines à venir…

On espère que les fans des Sixers ont le cœur bien accroché. Parce que le programme est vraiment corsé. Actuellement en tête de l’Est à égalité avec les Nets (bilan de 36 victoires pour 17 défaites), les hommes de Doc Rivers sont sur le point d’aborder une période critique de leur campagne. Le genre de période qui permet de vraiment se jauger. Le genre de période où vous pouvez envoyer un vrai message à la Ligue, mais où vous pouvez aussi enchaîner les défaites vu le niveau de la concurrence. Avec un bilan de quatre victoires pour quatre défaites lors des huit derniers matchs, les Sixers ne sont pas particulièrement chauds actuellement, cependant ils vont devoir montrer leur meilleur visage pour espérer sortir de cet enchaînement hardcore sans trop de bobos. D’ici au 24 avril prochain, Joel Embiid et ses copains vont jouer sept matchs, quatre à domicile et trois à l’extérieur, avec un back-to-back dans le lot. Ces sept matchs seront tous diffusés en antenne nationale, ce qui montre bien qu’on est face à des affiches bien lourdes. Pour info, le bilan combiné des prochains adversaires des Sixers est de 197-121, ce qui correspond à 62% de victoire. Bonjour le challenge. Allez, on arrête de faire notre Macron pour enfin vous dévoiler le calendrier :

  • 12 avril : @Mavericks (29-23)
  • 14 avril : Nets (36-17)
  • 16 avril : Clippers (37-18)
  • 19 avril : Warriors (25-28)
  • 21 avril : Suns (37-15)
  • 22 avril : @Bucks (33-20)
  • 24 avril : @Bucks

La bande à Luka Doncic pour commencer dès ce soir en déplacement, puis les Nets mercredi à la maison pour un choc au sommet de l’Est qui pourrait s’avérer crucial concernant le classement en fin de saison. Même bilan actuel, égalité parfaite sur la saison (une victoire, une défaite pour chacun), dernier affrontement de la régulière, autrement dit vaudrait mieux ne pas se rater. Il faudra ensuite se coltiner les Clippers, sur cinq victoires de suite et vainqueurs de 11 de leurs 13 derniers matchs. La rencontre face aux Warriors devrait ensuite permettre de souffler un peu, même si Stephen Curry peut vous cramer à tout moment, puis faudra repartir au combat contre les Suns, deuxièmes de l’Ouest (également 11 victoires en 13 matchs), avant un double affrontement à l’extérieur face aux Bucks, qui devraient évoluer avec Giannis Antetokounmpo – actuellement à l’infirmerie – d’ici là. Quand on vous dit que c’est un programme hardcore, on ne vous ment pas. Alors oui, les Nets ne seront pas au complet car James Harden ne sera pas de la partie et qui sait si Kyrie Irving sera là, lui qui ne jouera pas ce soir pour raisons personnelles. De plus, Kevin Durant est à peine revenu depuis deux matchs et n’est pas encore au top du top. Les Clippers connaissent également quelques bobos, et peut-être que le Greek Freak ne sera pas encore dans la forme de sa vie après plusieurs matchs d’absence à cause d’un genou douloureux. Cependant, on souhaite quand même bonne chance à Philly car c’est assez brutal.

Le bon retour de blessure de Joel Embiid est évidemment un signe positif pour les Sixers, qui auront besoin de tout le monde pour s’en sortir du mieux possible. Danny Green et Tobias Harris, absents lors du dernier match de Philadelphie à Oklahoma City, devront bien revenir tout de suite et Furkan Korkmaz – qui a profité de ces forfaits pour établir son record de la saison (20 points) – devra poursuivre sur sa bonne dynamique en sortie de banc. La présence du meneur vétéran George Hill, arrivé au cours de la trade deadline, aurait pu faire du bien dans ce genre de défi mais pour l’instant, il ne semble pas encore prêt à retrouver les terrains suite à son opération du pouce début février. Et puis évidemment, face à des phénomènes comme Luka Doncic, Stephen Curry, Kawhi Leonard, Kevin Durant, Giannis Antetokounmpo ou encore Devin Booker, Ben Simmons devra enfiler sa cape de Defensive Player of the Year pour aider les siens. Vous l’avez compris, Philly devra être au top devant ce test grandeur nature. Ensuite, les leaders de l’Est auront un programme bien plus clément pour terminer tranquillement la saison, avec des matchs contre des adversaires clairement plus faibles. Mis à part Miami voire Atlanta, les Sixers ne devraient pas trop galérer pour remplir la colonne des succès. On espère juste pour eux que celle des défaites n’aura pas été trop sollicitée d’ici là.

Une partie de la saison des Sixers se joue peut-être lors de la quinzaine à venir. Une quinzaine très difficile, mais une quinzaine qui devrait apporter pas mal d’enseignements supplémentaires au groupe de Doc Rivers. C’est parti, on se retrousse les manches et on y va !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top