Lakers

Les Lakers refusent d’être une victime : Kyrie et KD c’est bien mais Ben McLemore c’est mieux, parce qu’il faut bien rire un peu

lebron james 10 avril 2021

Ca va tranquillement attendre les Playoffs pour remettre le short, parce que les copains se débrouillent bien.

Source image : YouTube

Match très attendu cette nuit entre les Lakers et les Nets, non pas que les champions en titre soient au complet loin de là, mais plutôt car ce choc de la hype avait des airs de mise au point côté Brooklyn, et tant pis si l’adversaire est blessé. Pas de James Harden mais un duo Kyrie Irving / Kevin Durant désireux de frapper fort et de s’assoir encore un peu plus confortablement en tête de l’Est, et si les cracks de la Côte Ouest peuvent être passés dans le même temps à la moulinette… pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups.

La boxscore du main event, c’est juste ici

Mais évidemment, rien ne sera vraiment passé comme prévu. Un début de match à l’avantage des Lakers, avec un trio Schroder / Horton-Tucker / Drummond au diapason et à peine challengé par des Nets surpris par l’intensité déployée. +8 après douze minutes, puis un bon passage d’un Nicolas Claxton de plus en plus à l’aise et responsabilisé, mais en face Dennis Schroder continue sa bamboche malgré le coup de chaud de Kyrie Irving, qui atteindra la pause avec 18 points au compteur et la promesse d’une vraie deuxième mi-temps de basket. Une promesse sur laquelle cracheront les… refs, qui préfèreront exclure Uncle Drew et Dennis Schroder pour une très légère séance de trashtalking dès le retour des vestiaires, bail bien malheureux dans un premier temps pour l’intérêt du match, mais surtout une décision qui s’avèrera au final être le tournant du match.

Vous l’aurez compris, la sortie définitive de Kyrie Irving ne signifie pas la prise en main de sa franchise par Chris Chiozza mais bel et bien le début de la fin pour les Nets. Privés eux aussi de leur meneur mais pas dénués de hustle pour autant, les Lakers profitent alors des errances d’un Kevin Durant encore en rodage (22 points à 8/17 mais 8 ballons perdus) pour faire frimer des hommes habituellement voués à être plus discrets, et ce sont alors Talen Horton-Tucker; Markieff Morris ou le dernier arrivé Ben McLemore qui se chargent de calmer les ardeurs des hommes de Steve Nash. L’ancien sniper des Kings ou des Rockets enchaine les step-backs comme s’il était James Harden, en rentre la moitié au passage, et inexorablement l’écart grimpe comme la petite bébête dans la comptine pour enfants. LeBron James et Anthony Davis jouent les chaperons sur le banc, Kyrie Irving est déjà douché, Dennis Schroder se fait une choucroute au micro-ondes et dans le même temps les Lakers s’envolent dans un match qui n’aura finalement duré qu’une mi-temps, et dont le résultat ne veut pas dire grand chose pour les Nets… mais peut rassurer les Angelinos, fidèles à leur plan de jeu défensif et toujours sérieux malgré l’absence de 95% du talent de leur effectif.

La belle intégration d’Andre Drummond, des role players capables de se muer en leader au besoin, une victoire qui fait mine de rien du bien dans un Wild Wild West qui ne pardonnera aucune sieste, et la belle nouvelle dans la nuit d’un retour d’Anthony Davis qui se rapproche. Tout ne va pas pour le mieux et dans le meilleur des mondes pour les Lakers, mais disons que les champions gèrent plutôt bien les temps faibles.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top