News NBA

Corey Brewer a encore quelques miles à dépenser dans une carrière de journeyman : Melo pourrait lui être de précieux conseil

Source : Youtube

Peut-être une 38ème pige pour l’ailier de 34 ans…

Source image : YouTube

Libre de tout contrat, Corey Brewer n’a pas foulé les parquets NBA depuis plus d’un an. C’était le 10 avril 2019 pour son dernier match sous le maillot des Kings terminé avec 0 point en 23 minutes. Pourtant, tel un Carmelo Anthony, Coco ne songe pas encore à la retraite et pense avoir quelques années supplémentaires dans le réservoir.

51 points à 19/30 au tir, 6 interceptions, 11/15 aux lancers… Sûrement la ligne statistique de Michael Jordan ou LeBron James un soir de fièvre ? Pas du tout, il s’agit en fait de la performance incroyable de Corey Brewer, le 11 avril 2014, lors d’une victoire des Wolves face aux Rockets. Oui, ça surprend ! Six ans plus tard, le champion 2011 (en bout de banc chez les Mavs) a clamé son envie de revenir dans la Ligue. Désormais âgé de 34 ans, Brewer est devenu un journeyman reconnu. Ses qualités de défense et de mec qui se bat sur le terrain, lui ont permis d’intégrer plusieurs fois des effectifs à la recherche de vétérans. En carrière, il tourne à près de 9 points de moyenne (on est bien loin des 51 points), avec 2,8 rebonds mais un 28,4% derrière l’arc. Depuis 2016, le septième choix de la Draft 2007 a bien vadrouillé. Des passages successifs à Houston et aux Lakers, où Corey dispute plus d’une dizaines de minutes en sortie de banc. La saison dernière, il avait atterri à Philadelphie pour un contrat de 10 jours, qui n’avait pas été renouvelé par la franchise avant de se retrouver chez les Kings. Sans club cette saison, Corey a encore faim et ne ferme pas la porte à un retour sur les parquets, comme il l’a confié à Alex Kennedy, dans une interview pour HoopsHype.

« Nous avons eu quelques discussions avec plusieurs équipes, mais rien ne s’est vraiment passé. Mon agent y travaille toujours, nous verrons donc. J’ai l’impression de pouvoir encore aider une équipe et qu’il me reste encore quelques années. »

Revenir, pourquoi pas. Mais où ? Si bien sûr, Châteauroux a fait les démarches pour tenter d’attirer le champ’, voir plusieurs franchises s’intéresser à lui ne serait pas étonnant. Un retour chez les Rockets pour jouer pivot ? Avec 206 centimètres sous la toise, il serait le géant de l’effectif de Mike D’Antoni. Des équipes jeunes, comme Atlanta ou la Nouvelle-Orléans, pourraient se laisser tenter par la venue d’un ailier avec son expérience. Histoire de faire un peu de mentorat, comme dans vos parties de MyLeague sur 2K. Et pourquoi pas, une équipe en capacité de jouer les Playoffs, à la recherche d’un ailier pour boucler sa rotation et s’asseoir en bout de banc. Les Lakers ou les Bucks pourraient se laisser convaincre avec un contrat au minimum vétéran. Si ses qualités de défense sont reconnues, malheureusement pour lui, sa faible adresse depuis le parking joue en sa défaveur… dans une NBA où le profil 3&D est très convoité. Sinon, niveau plan retraite, un petit séjour en Chine ou du côté de la BIG3 League est un option intéressante, pour allier balle orange, dollars et plaisir.

Jamais évident de revenir en NBA après une année sans jouer. Nul doute que Corey Brewer peut intéresser plusieurs franchises et c’est bien tout ce qu’on lui souhaite. Alors si le moral chute, il peut toujours essayer de passer un coup de fil à Melo pour savoir comment il s’y est pris après sa longue traversée du désert.

Source texte : HoopsHype

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top