L'analyse du Docteur Q

Blake Griffin – son genou gauche, un vrai cauchemar : l’analyse du Docteur Q

Blake Griffin

Tout ce qu’il faut savoir sur ce genou qui grince, et y’en a des choses à dire.

Source image : YouTube

Stars, highlights et stats nous font rêver au quotidien en NBA. Mais si tous ces athlètes performent chaque soir sur les parquets, c’est aussi parce que leurs corps si exceptionnels sont surveillés, massés et examinés en permanence. Ainsi, le Dr. Q, étudiant en médecine le jour et supporter NBA la nuit, a installé son cabinet chez TrashTalk pour décrypter et analyser tous les bobos de nos stars de la balle orange. Entorse, déchirure, fracture, luxation… la visite médicale nous permettra de comprendre toutes les blessures de la Grande Ligue. Aujourd’hui, c’est Blake Griffin qui passe sur la table du doc, pour parler de l’état de son genou gauche.

  • Professeur-étudiant en deuxième année de médecine, le Dr. Q est un grand passionné du corps humain, qui a lui-même pu tester de nombreuses blessures en étant victime de ce qu’on appelle la malchance sportive. Fasciné par l’anatomie et déterminé à exceller en tant que futur médecin du sport, il a déjà participé à des démonstrations en milieu hospitalier à l’âge de 10 ans et a observé en bloc opératoire à partir de ses 13 ans. Le Dr. Q partagera ainsi son savoir et ses recherches sur TrashTalk, pour en connaître toujours plus sur les blessures du monde du basket.

29 minutes, 15,5 points (35% au tir, 24 % à 3-points) et moins de 5 rebonds… Blake n’aura joué que 18 des 66 matches cette saison, en affichant ses pires chiffres en carrière. Cette saison fut compliquée pour Detroit et l’état de santé de Griffin y est malheureusement pour beaucoup. Le rouquin des Pistons a toujours été un habitué de l’infirmerie mais alors qu’il est le meilleur joueur d’une équipe en pleine reconstruction et avec encore deux ans de contrat à plus de 35 millions la saison cette nouvelle alerte sur un genou déjà fragilisé par plusieurs blessures est inquiétante. Pour mieux comprendre toutes ces questions nous allons revenir sur l’historique du genou gauche de Blake, depuis la NCAA jusqu’à l’infirmerie de Detroit.

Oklahoma Sooners, saison 2007-2008 : entorse du genou gauche

Alors en NCAA dans son état natal, il rate les deux dernières rencontres de la saison suite à une entorse du ligament collatéral médial. Ce ligament est un moyen de stabilité essentiel dans les mouvements latéraux du genou : typiquement, cette blessure se produit quand le genou vient en dedans (en valgum) et tire sur le ligament. Se posent à l’époque les premières questions sur le physique de Griffin : a-t-il un corps assez fort pour jouer au plus haut niveau ?

Los Angeles Clippers, pré-saison 2009-2010 : fracture de fatigue de la rotule

Dernier match de la pré-saison, Blake quitte le terrain après une mauvaise réception sur un dunk. Le verdict tombe rapidement, il s’agit d’une fracture de fatigue : la rotule vient se “micro-fracturer” en plusieurs endroits. Les Clippers tentent alors un traitement conservateur qui ne suffira pas : il doit se faire opérer en janvier et ne jouera pas de la saison. Le chirurgien vient alors retirer un fragment de rotule et réparer le tendon rotulien, abîmé également.

Los Angeles Clippers, Playoffs 2012 : entorse du genou gauche

Lors du premier tour contre les Grizzlies, Blake se tord le genou sur un contact, légère entorse mais il termine la série quand même. Cette fois-ci il ne manque pas de match mais on a encore une alerte sur la stabilité et la résistance de son genou. De plus, ne pas prendre de repos sur ce type de blessure est rarement une bonne idée (spoiler : rendez-vous 2 mois plus tard).

Camp d’été Team USA 2012 : déchirure du ménisque médial

Alors qu’il s’était déjà fait mal quelques semaines plus tôt, il se déchire le ménisque sur un contact. Les ménisques jouent un vrai rôle de cale et d’amortisseur et sont lésés sur des mouvements dépassant les amplitudes normales. Son entorse récente pourrait avoir favorisé cette blessure : la séquelle principale d’une entorse est ce que l’on appelle une hyperlaxité. Ce manque de stabilité a pu exposer ses ménisques lors de mouvements anormaux. Il subit une méniscectomie : le chirurgien vient enlever les morceaux de ménisque abîmés, opération qui permet un retour rapide.

Los Angeles Clippers, saison 2015-2016 : rupture partielle du tendon quadricipital gauche

Fin décembre, alors qu’il n’avait encore raté aucun match, Griffin se blesse. Il va manquer plus de 45 rencontres pour cette blessure. Même s’il ne fait pas partie du genou à proprement parler, le tendon quadricipital relie le quadriceps à la rotule et joue un rôle essentiel dans les mouvements de flexion et d’extension du genou. Cette blessure n’est pas à négliger, elle demande du repos et une bonne rééducation. En effet, c’est une pathologie qui peut laisser de grosses séquelles si elle est mal soignée. Pour aider son équipe, Griffin revient en avril pour les derniers matches de la saison. Son apport lors des matches n’est pas à la hauteur de ses standards habituels et il quitte les terrains lors du Game 5 suite à un contact ayant réveillé la douleur. Sans doute revenu trop tôt, il a aggravé sa blessure et devra regarder ses Clippers perdre les Games 7 et 8 contre Portland en simple spectateur. Il reçoit une injection de moelle osseuse fin avril et rate, à nouveau, les JO.

Los Angeles Clippers, saison 2017-2018 : entorse du genou gauche

En plein match contre les Lakers, Austin Rivers vient tomber sur la jambe de Griffin, qui rejoint directement les vestiaires. A nouveau une entorse du ligament collatéral médial. Cette fois-ci, difficile de mettre en cause une fragilité du genou mais c’est encore une fois une blessure qui vient abîmer son articulation.

Detroit Pistons, saison 2018-2019 : opération du genou gauche

Blake rate cinq matches (encore et toujours une entorse) et revient début avril mail il ne peut malheureusement pas finir la saison, les Pistons disent au revoir aux Playoffs. Griffin repasse sur le billard et subit ce que l’on appelle un “débridement”. Le chirurgien vient nettoyer le genou et enlever tout ce qui peut irriter et créer de l’inflammation : il retire les fragments d’os, de cartilage, les calcifications et tissus abîmés sur les tendons et ligaments, … Cette opération est annoncée à l’époque pour permettre à l’ailier fort de régler définitivement ses problèmes de genoux.

Detroit Pistons, saison 2019-2020 : opération du genou gauche

Blake ne se remet pas aussi vite que prévu et garde un genou gauche douloureux. Il rate les 10 premiers matches, et ne joue que 18 des 33 premiers de la saison. Il rejoint finalement l’infirmerie le 14 décembre. Griffin n’était pas à 100%, il le savait et a tenté malgré tout de jouer en oubliant la douleur mais son corps aura encore raison de lui. Le constat est simple : le genou de Blake n’est pas en état de faire correctement son boulot, fin de saison pour lui. Il subit la même opération qu’en avril 2019 avec encore et toujours les mêmes espoirs.

Que penser aujourd’hui de l’état de santé de Griffin, que peut-on espérer pour la suite ? Il y a plusieurs éléments à analyser pour comprendre les blessures et leur implication pour le reste de la carrière.

Blake est un spécialiste du « jouer blessé », malgré la douleur

Cette détermination est bien évidemment louable et on ne peut blâmer le côté guerrier du joueur. Savoir se surpasser pour jouer un match en serrant les dents c’est bien, mais le plus important c’est de prendre le temps de soigner son corps après. Ce repos, Griffin en a manqué toute sa carrière : c’est bien simple, la plupart du temps soit Blake est à l’infirmerie, soit il joue blessé. A ce niveau-là, un espoir est présent : sa saison 2019-2020 terminée et le doute sur l’avenir de la compétition laisse pour une fois assez de temps à Griffin.

Ses caractéristiques physiques, un impact important sur sa santé ?

Griffin est un monstre physique et tout le monde le sait (Aaron Baynes ? Pau Gasol ?), mais sa musculature a aussi un impact sur ses blessures. Le surdéveloppement de ses quadriceps est une cause possible de sa fracture de fatigue en arrivant en NBA. Un appareil extenseur surdéveloppé comme celui de Griffin, tire plus sur les os et sur les tendons. De plus, cela vient mettre en péril l’équilibre entre les muscles extenseurs en avant (le quadriceps), et les muscles fléchisseurs (ischio-jambiers) en arrière. Ce déséquilibre vient apporter un manque de stabilité au genou, les muscles ayant un rôle essentiel dans ce que l’on appelle le verrouillage du genou.

Fragilité de son genou : un manque de stabilité ?

Griffin a déjà eu plusieurs entorses, cela vient poser la question de la fragilité de son articulation. Même si la plupart de ses entorses sont directement dues à des contacts. Il y a très souvent eu un aspect “pas de chance” sur les blessures de Griffin. Bien sûr, ce genre de contacts arrive très souvent en NBA et la plupart des joueurs s’en sortent avec 2-3 matches de repos, là où Griffin sera absent plusieurs semaines.

Une blessure chronique derrière tout ça ?

Le genou gauche de Blake Griffin pourrait intéresser les facultés de médecine de l’Oklahoma avec toutes les blessures qu’il a subies. Le principal problème de Griffin n’est pas vraiment ses entorses, mais plus la santé de son appareil extenseur. Que ce soit la rotule, le quadriceps, le tendon rotulien ou le tendon quadricipital, toutes les structures concernées sont abîmées. L’hypothèse évoquée Outre-Atlantique, notamment pour sa déchirure du tendon quadricipital, est la tendinite chronique : une inflammation chronique du tendon. Cela permettrait d’expliquer une partie de ses problèmes. En effet, quand on a une surmusculation soit c’est l’os qui souffre : fracture de fatigue (comme en 2009), soit c’est le tendon : tendinite. Ce serait également la cause de ses opérations récentes : avec une pathologie chronique, il y a un besoin de nettoyer à chaque fois, tant que le genou ne sera pas guéri. Le problème de ce genre de pathologies est la difficulté à traiter : beaucoup de repos nécessaire, ce que n’a jamais pris Blake, d’où l’espoir avec la pause prolongée de l’ailier fort.

Au niveau de son corps : qu’espérer pour la suite ?

Il est difficile d’évaluer l’état actuel du genou de Griffin : peu d’informations avec en plus des problèmes compliqués. Même en espérant que sa tendinite guérisse, Griffin restera injury prone, surtout au niveau du genou gauche. Son ménisque médial est abîmé, ses tendons et certains ligaments aussi, et musculairement le flou règne. Blake ne pourra plus s’envoler quotidiennement comme dans ses meilleures années en espérant retomber sur ses deux pieds sans se blesser. On peut toutefois espérer le voir à nouveau faire des saisons complètes, à condition de se préserver dans son jeu.

On a connu le numéro 32 des Clippers avec ses premiers posters et une fois Chris Paul arrivé, Lob City était née. Blake démarre sa carrière à plus de 20 points par match : il est plus rapide, plus costaud, et monte plus haut que les défenseurs. Au cours des trois premières saisons de sa carrière : 20% des tirs tentés sont des dunks. Depuis ? On est à moins de 10% par saison. L’ailier fort a su évoluer dans son jeu, il est devenu plus technique, et s’éloigne de plus en plus du panier : dans son année rookie 2% seulement de ses tirs étaient derrière l’arc, la saison dernière c’était plus de 40%. Il crée aussi beaucoup de plus, à moins de quatre passes par match ses trois premières saisons, il n’est plus passé sous cette moyenne depuis (si l’on met de côté la saison actuelle). Blake est un joueur intelligent, il a compris que s’il voulait perdurer malgré un physique fragile il devait changer son jeu, et prier pour être épargné par les dieux du basket. Espérons donc que cette pause de la NBA permettra à Griffin d’avoir le repos nécessaire pour revenir au mieux sur les terrains.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top