Conseils des experts

TrashTalk Fantasy League – la review des Grizzlies : les jeunots c’est bien, mais le boss en TTFL est lituanien

Jonas Valanciunas

C’est qui le patron ?

Source image : YouTube

Saison en suspens, saison terminée ou même saison de la reproduction ne sais-je, toujours est-il qu’à l’heure actuelle la NBA a appuyé sur le bouton pause et c’est une bonne partie de notre vie qui bégaie avec cette drôle de période. L’occasion de se pencher franchise par franchise sur ce qu’il s’est fait de mieux et de pire cette saison en… TTFL, mais si, vous savez, ce jeu du diable qui conditionne vos journées depuis maintenant quatre ans.

Indiscutablement, Ja Morant et Jaren Jackson Jr. sont les deux joueurs qui symbolisent la nouvelle ère des Grizzlies. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont talentueux. Mais malgré leurs exploits et leurs promesses, c’est un autre joueur qui a dominé la TTFL du côté de Memphis cette année. Il joue à l’intérieur et nous vient de Lituanie.

# Jonas Valanciunas – Moyenne TTFL de la saison : 30,5 points

Ehh oui, c’est bien Jonas qui possède la meilleure moyenne TTFL de la saison chez les Grizzlies. Il n’était que le quatrième meilleur marqueur de Memphis cette année (14,9 points par match) mais avec sa grosse contribution au rebond (11,2 prises) et sa belle réussite au tir (58,6%, dont 36,7% derrière l’arc), il fait mieux que l’ensemble de ses coéquipiers. JV, c’est typiquement le genre de joueur sur lequel on se penche quand on n’a pas vraiment d’options et qu’on ne veut pas prendre trop de risques. Un double-double de moyenne avec une bonne efficacité offensive, ça fait souvent l’affaire.

# Ja Morant – Moyenne TTFL de la saison : 27,7 points

LA nouvelle pépite de Memphis. Ja Morant n’a pas perdu de temps pour éblouir la NBA de son talent. En matière de chiffres, ce n’est pas encore la folie furieuse mais pour un rookie, c’est déjà très bien. Plus de 17 points et presque 7 caviars par rencontre, c’est propre, surtout quand on prend en compte ses 49% de réussite au tir, avec un joli 36,7% de loin. Habituellement, les rookies ne brillent pas par leur efficacité offensive, et ça vaut même pour certains des plus grands joueurs de l’histoire. Mais Morant a parfaitement réussi son adaptation dans l’élite et il deviendra à coup sûr l’un des gros clients TTFL à l’avenir.

# Jaren Jackson Jr. – Moyenne TTFL de la saison : 23,0 points

L’autre joyau des Grizzlies. Dans sa deuxième année NBA, Jaren Jackson Jr. a confirmé tout le bien qu’on pensait de lui après sa campagne rookie. JJJ a bien progressé au scoring (il est passé de 13,8 points à 16,9) mais il est surtout devenu un sniper à 3-points, rentrant 2,5 tirs primés par rencontre à presque 40% de réussite. En voilà un qui a fait cramer les ficelles du FedExForum. Maintenant, on aimerait quand même le voir prendre un peu plus de rebonds (4,7 en moyenne sur ses deux premières saisons) pour accompagner sa belle contribution au contre (1,6 par rencontre) et ainsi gonfler sa moyenne de points TTFL. Ça passe notamment par un temps de jeu supplémentaire (28 minutes en moyenne) et donc moins de fautes (4,1 par match).

# Les carottes maison

Difficile de vraiment placer des joueurs dans cette catégorie, et ce pour deux raisons. La première, c’est que les Grizzlies ont globalement surpassé nos attentes. Alors oui forcément, Ja Morant a eu quelques soirs sans, n’oublions pas qu’on parle d’un rookie. Oui, Jaren Jackson Jr. était à l’infirmerie pendant une bonne dizaine de matchs. Mais au final, on ne peut pas se plaindre. La deuxième raison, c’est que Memphis n’était de toute façon pas une destination très prisée par les joueurs TTFL. Si l’équipe était excitante à voir jouer, avec des jeunots kiffants, du spectacle et tout ce que vous voulez, on ne peut pas dire qu’elle était composée de gros clients en matière de fantasy.

Et si vous souhaitez des infos quotidiennes sur la TTFL ? Même par ces temps de disette ? Un compte Twitter à suivre, celui du Lab ! Vous y retrouverez tout ce qu’il faut savoir sur la TrashTalk Fantasy League, avec la touche de sympathie habituelle, histoire de sourire… malgré tout.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top