Celtics

Gregg Popovich voit en Jayson Tatum le potentiel d’un Kawhi Leonard ou Paul George : si Pop le dit, attention ça peut faire mal

La relève des two-way players, c’est peut-être lui.

Source image : YouTube

Coaché par Gregg Popovich cet été avec Team USA, Jayson Tatum a pu en profiter pour apprendre aux côtés du stratège. À défaut d’être reparti avec le titre, ses oreilles ont dû bien siffler : coach Pop voit en Tatum le potentiel d’un futur Kawhi Leonard ou Paul George. Rien que ça.

Auteur d’une campagne sophomore plutôt décevante, Jayson Tatum a très bien rebondi durant la première partie de la saison régulière 2019-20. Dans une équipe des Celtics qui joue les hauteurs de l’Est et avec une ligne de stats composée entre autres de 21,5 points et 6,9 rebonds, Jayjay assure. Élément majeur d’un collectif mené d’une main de maître par le stratège Brad Stevens, le joueur montre toute son influence sur les parquets cette année. Et puisqu’il coche beaucoup de cases, il a été récompensé hier par une première sélection au All-Star Game, tant qu’à faire. Le succès est tant collectif qu’individuel cette année, le Celtic fait plaisir à voir et ne semble pas prêt de s’arrêter. Avec de telles bases à même pas 22 ans, le joueur pourrait bien viser une carrière parmi les plus grands, il en a le potentiel et la mentalité, sa marge de progression est loin d’être terminée. Il va maintenant falloir le confirmer dans les années à venir. Gregg Popovich lui a d’ailleurs bien fait savoir qu’il avait les moyens pour être un monstre des deux côtés du terrain, dans des propos relayés par ESPN.

« Tu sais à quel point tu peux être spécial ? Il y a très peu de two-way players dans notre sport, et tu as l’opportunité d’être l’un d’entre eux. Tu pourrais être comme Kawhi et Paul George. »

L’entraîneur des Spurs voit en Jayson un mec capable de devenir l’un de ces joueurs si particuliers, d’un niveau d’élite en attaque comme en défense. Et la comparaison avec les deux All-Stars n’est peut-être pas exagérée. Le jeunot n’en est qu’à sa troisième année dans la Ligue, et son apport aux Celtics, ainsi que ses stats, ont de quoi faire envie. Côté scoring, pas de quoi s’inquiéter, le Celtic sait faire. Pas étonnant pour quelqu’un qui a côtoyé un certain Kobe Bryant. Avec les changements de l’intersaison à Boston, ses responsabilités offensives ont augmenté et il tente cette année un peu plus de 18 tirs par match, soit cinq de plus que l’année dernière. Jayson a les qualités, et il peut compter sur un environnement solide dans sa franchise pour s’imposer comme un véritable joueur d’élite. À lui maintenant de se forcer à être toujours impliqué en défense, qu’il améliore de saison en saison. Une fois qu’il saura être vraiment régulier de ce côté-là du terrain, il risque de devenir une vraie plaie car il a ce qu’il faut, notamment sur le plan physique. Intimider, Tatum sait le faire, quand il veut. Il serait juste question de le vouloir plus souvent.

Être validé par Popovich, c’est une chose, être comparé à Kawhi et PG-13, c’en est une autre. Et être les deux à la fois, c’est être Jayson Tatum. Alors on ne veut pas te mettre la pression Jay, mais il va falloir assumer tout ça sur les parquets et continuer à bosser pour maximiser ce gros potentiel.

Source texte : ESPN.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top