Mavericks

Luka Doncic continue de pisser sur la NBA : 41/12/11 face aux Pistons, Mexico City lui tire son sombrero bien bas

Une soirée de plus au boulot pour Luka Doncic, et l’histoire qui continue de s’écrire chaque jour ou presque où le prodige slovène met le pied sur un parquet. Cette nuit c’est Mexico City qui a pu apprécier le phénomène, car Luka en a offert pour leur argent aux petits chanceux présents à l’Arena Ciudad.

Qu’on se mette d’accord tout de suite, on va très vite manquer de vocabulaire. Très vite manquer de superlatifs aussi tant Luka Doncic repousse quasiment chaque soir les frontières de la perfection. Cette nuit ? C’est donc dans le cadre des NBA Mexico Games que Luke a de nouveau brillé de mille feux, en postant son huitième triple-double de la saison (il a vingt ans), son seizième en carrière (il a vingt ans), son deuxième TD au dessus des quarante points (savez-vous juste quel âge il a ?) et son quatrième match déjà au dessus des quarante pions (vous connaissez son âge). Luis Mariano doit bien se retourner dans sa tombe devant un tel cadeau à sa ville de cœur, et c’est en tout cas Dallas qui continue de rire alors qu’à Detroit le terme « moribond » semble mieux choisi…

41 points à 14/24 dont 6/13 du parking et 7/12 aux lancers, 12 rebonds et 11 passes en 34 minutes

Car, de toute façon, ces Pistons ne pouvaient pas faire grand chose devant la nouvelle mixtape du joufflu blondinet. Andre Drummond avait bien démarré tambour battant la rencontre mais en face l’autre zinzin s’éclatait déjà, et il emmenait d’ailleurs dans son sillage un merveilleux Seth Curry, comme pour rappeler à tout le monde le parallèle entre le nom de famille de son coéquipier et tous les adjectifs employés cette saison pour décrire les performances de Luka. Le souci pour Dwane Casey ? C’est que Dede était cette nuit bien seul pour faire face à la furia texane. Poke Blake Griffin, encore bien en dedans et ce pour le deuxième match consécutif et pire, le rouquin semblait en fin de match tout aussi saoulé par le talent de son jeune adversaire que par l’issue du match, tout ça donnant lieu à quelques réprimandes auprès du corps arbitral, lequel lui aura probablement répondu que ce n’était sûrement pas de leur faute s’il avait envoyé un dégueulasse 1/10 du parking deux-roux. Le symbole de ce match ? La dixième assist délivrée par la Slovenian Machine, offerte à Kristaps Porzingis sur un énième alley-oop en très haute altitude, quelques secondes avant que cette même Licorne ne punisse le meilleur rebondeur de la Ligue avec le poster de la nuit.

Nouvelle victoire pour Dallas, la onzième en treize matchs, et une équipe que tout le monde commence réellement à prendre au sérieux. Parce que quand tu commences à planter 90 pions avec ton trio Doncic – Curry – Porzi et qu’à côté tout le monde assure, y’a « peut-être » de quoi faire flipper tout le monde. Dommage que Rick Carlisle n’ait pas fait rentrer un Boban demandé par la foule, la soirée aurait encore été parfaite, une de plus.

stats pistons 13 décembre stats mavs 13 décembre

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top