Thunder

Tout baigne à Oklahoma City, en voilà une drôle de nouvelle : plus de Russell Westbrook ? Plus de Paul George ? Pas de souci pour OKC

Shai Gilgeous-Alexander OKC

La relève est là.

Source Image ; YouTube

S’il y a bien une équipe qui avance dans la discrétion depuis le début de saison, c’est bien celle d’OKC.  La majorité des experts prédisait une saison noire pour le Thunder après le départ de Russell Westbrook et Paul George ? Il n’en est rien. Actuellement septièmes de la Conférence Ouest, l’équipe qui semblait condamnée aux dernières places peut même se prendre à rêver de Playoffs. Tout cela a notamment été rendu possible grâce à l’avènement d’un jeune sophomore venu tout droit de Los Angeles, d’un Allemand qui mène la second unit d’une main de maître, et de mister contrat à quarante patates l’année qui apporte toute son expérience de vicelard pour encadrer tout ça. Les hommes de Billy Donovan tiendront-ils la cadence jusqu’en avril ?

Nous sommes au quart de la saison et qui aurait pu croire… qu’Oklahoma City serait parmi les sérieux prétendants dans la course aux Playoffs à l’Ouest après une vingtaine de matchs ? Les départs de Paul George, Russell Westbrook et Jerami Grant, soit trois membres du cinq majeur de la saison dernière, semblaient être rédhibitoires quant au destin de l’équipe. C’était sans compter le gros travail du coaching staff et de Sam Presti pour construire un effectif équilibré entre jeunesse et expérience. Un alliage qui semble prendre forme également grâce au travail de Billy Donovan. L’ex-coach des Gators de Florida bosse bien et c’est une chose tellement rare depuis son arrivée à OKC que c’est évidemment à souligner.

En effet, Billy peut désormais diriger son équipe sans se préoccuper des états d’âmes de Russ. Ce dernier n’étant plus là, d’autres joueurs peuvent désormais se mettre en avant. Chris Paul tout d’abord. Si son arrivée n’était pas forcément la bienvenue aux premiers abords, il faut dire que l’ex-Clipeur et Roquette fait plutôt du bon boulot. Il contrôle le jeu, sait se mettre en retrait pour laisser les jeunes s’affirmer et prend les commandes quand il y en a besoin, tout en étant très propre dans son jeu. Bref… du Chris Paul. Ce dernier s’efface par moment, notamment pour laisser la vedette à celui qui se positionne comme l’une des révélations de ce début de saison. Le Canadien Shai Gilgeous-Alexander est en net progrès par rapport à sa saison de rookie et a été l’un des principaux protagonistes de la réussite de la franchise sur les quinze premiers matchs de la saison. Un mélange entre Penny Hardaway et Dwyane Wade dirons-nous, comparaison osée mais lorsque l’on regarde la façon dont il réussi à se tordre dans tous les sens pour finir au cercle… cela peut effectivement nous rendre nostalgique des deux joueurs cités précédemment. S’il tourne encore à 18 points par match, il marque un peu le pas dernièrement mais reste l’élément sur lequel la franchise doit se reconstruire. Pour compenser cette petite baisse de régime, Dennis Schröder a su prendre les choses en main. Et le meneur allemand est parfait dans son rôle de sixième homme. Avec presque 17 points par match, accompagnés de 3 rebonds et 3 passes avec une adresse en progrès, il se place comme l’un des favoris pour la course au trophée Lou Williams. Avec ces trois créateurs, OKC a donc des arguments à faire valoir. Billy Donovan décide même par séquence de mettre les trois sur le terrain. Chris Paul en 1, Dennis en 2, SGA en 3, configuration osée mais qui a fait ses preuves par instant.

Sur le frontcourt ? C’est tout aussi bien. Steven Adams semble enfin décidé à sortir la tête de l’eau après une saison compliquée. Avec Nerlens Noel en back-up, les deux se complètent bien et sont parfaits dans leur rôle d’éboueurs de luxe. Puis avec Mike Muscala en troisième choix, il y a ici trois joueurs avec des qualités bien différentes sur le même poste. Si ce ne sont pas des joueurs elite, cette variété est aussi l’un des facteurs de la bonne réussite de l’équipe cette saison. Les deux postes d’ailiers sont ensuite, peut-être, les seuls points noirs de ce début de saison. Si Danilo Gallinari est le meilleur scoreur de l’équipe, c’est un peu le néant à côté, la faute à mère nature qui a décidé qu’OKC jouerait sans ailiers. Terrance Ferguson, Hamidou Diallo et bien sûr Andre Roberson sont sur le carreau, et c’est donc Abdel Nader qui est récemment rentré dans le cinq majeur. Et l’Égyptien a répondu présent. Deux matchs consécutifs aux alentours des vingt pions, et c’est la confirmation que tout baigne pour l’instant dans l’Oklahoma. Néanmoins la défaite hier soir dans les dernières secondes contre les Kings fait un peu mal. En effet, les compères de Buddy Hield, au même titre que les Suns ou encore les Spurs, font office de concurrents directs au Thunder pour cette fameuse huitième place. La lutte s’annonce intense, mais qui sait, une saison NBA réserve toujours son lot de surprises…

Alors, les fans d’OKC, vous voyez, la vie n’est finalement pas si horrible sans Russell Westbrook. Certes vos nuits ne seront plus égayées par le fait de savoir si le Brodie fera son triple-double ou pas, mais c’est tout de même plaisant de voir cette équipe évoluer dans l’ombre. De la dureté défensive, de l’envie, tous les ingrédients sont là. L’effectif manque de stars ? C’est peut-être finalement ce qui fait leur force. Le danger peut venir de tous les côtés, et chacun est susceptible de prendre feu. Une fois Dennis, une fois Danilo, une autre CP3, c’est autre chose que le stat padding de Russ hein. Blague à part, c’est vraiment cool de voir cette équipe renaître après un été qui annonçait une longue et pénible reconstruction. Si Adams, Galo et CP3 sont sur le marché selon Sam Presti, profitons de cette équipe bien sympa et espérons un petit affrontement Rockets-Thunder au premier tour des Playoffs, ça serait sympa ça non ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top