Hornets

Dwayne Bacon est totalement sorti de la rotation des Hornets : si vous avez une punchline sur la cuisson, c’est maintenant

Dwayne Bacon

Manque de saveur le Bacon cette saison.

Source image : YouTube

C’était un des jeunes joueurs attendus à Charlotte cette saison, et au bout d’un mois il ne fait plus partie de la discussion. Auteur d’un mauvais début de saison, Dwayne Bacon manque de saveur et de rythme, ce qui l’a tout simplement fait sortir de la rotation des Hornets. Dur.

P.J Washington, Terry Rozier, Devonte’ Graham, Malik Monk, Miles Bridges, même Bismack Miyombo pendant qu’on y est. Lorsqu’on parle des Hornets au bout d’un mois de compétition, nombreux sont les joueurs que l’on doit mentionner avant de parler de ce cher Dwayne. Pourtant, il y a encore quelques semaines, ce constat était imprévisible. Issu de la formation locale et auteur de réels progrès ces derniers mois, Bacon était une des rares satisfactions chez les fans. Et en apprenant le départ de Kemba Walker vers de terres plus vertes, le paysage suivant prenait forme : Rozier à la mène, Bridges pour faire le show, et Bacon à surveiller vu son développement en interne. La validation de cette projection prenait d’ailleurs forme en Summer League, puisque c’est un joueur plus responsabilisé, plus confiant, plus agressif qui se pointait en juillet afin de montrer sa montée en puissance. Dwayne Bacon et Miles Bridges en duo, on savait qu’à l’approche de la nouvelle saison deux postes étaient occupés dans le cinq majeur, avec Terry et Cody Zeller à leurs côtés. Ce qu’on ne savait malheureusement pas, pour le joueur en question, c’est que tout allait basculer en l’espace d’un mois. D’abord titulaire comme prévu, et d’ailleurs auteur d’un bel opener face aux Bulls (22 points) Bacon a salement démarré sa campagne et les Hornets ont vu que l’alliage ne fonctionnait pas : 32% au shoot, 24% à distance et 69% aux lancers, l’hommage envers Michael Kidd-Gilchrist était aussi tentant que malvenu. Et pendant ce temps-là ? Des copains de la rotation profitaient de cette méforme pour augmenter leur temps de jeu. Devonte’ Graham en premier, révélation en sortie de banc et pourtant lui aussi issu de la formation locale avec Bacon, tellement bon et excitant à voir jouer que le kid est désormais devenu titulaire aux côtés de Rozier. Malik Monk en second, attendu de pied ferme vu son potentiel et prometteur en sixième homme. Ajoutez à cela le retour de Nicolas Batum de blessure, les résultats étonnants à Charlotte (8 victoires – 13 défaites), un pépin au genou pour Bacon et vous tombez sur la réalité suivante actuellement : Dwayne ne fait pas du tout partie des plans de son coach, James Borrego. Preuve étant, 0 minute offerte sur 3 de ses 4 derniers matchs, et un insupportable 1/14 au shoot proposé lors des dix derniers jours.

L’absence de Dwayne Bacon au sein de la rotation des Hornets est davantage due à son mauvais début de saison qu’à sa blessure au genou droit qui lui a coûté deux matchs d’absence. Bacon a rentré son premier tir en 5 matchs lorsque James Borrego l’a fait jouer six minutes en première mi-temps.

Même avec le rookie Cody Martin envoyé en G-League, trouver des minutes de jeu pour Bacon alors que Nicolas Batum et Malik Monk produisent en sortie de banc n’est pas évident.

Du coup, ça sent un peu le cramé en ce moment pour Bacon, et on vous promet que c’est la dernière référence culinaire insérée dans cet article. Comment faire pour récupérer sa place ? Sur le papier, difficile à dire car comme dit ci-dessus, Charlotte a trouvé sa recette et elle fonctionne plutôt bien. Avoir 8 victoires au début du mois de novembre plutôt que début février comme c’était généralement projeté, ça pousse à prolonger la bonne ambiance. Borrego donne feu vert à ses guards et les laisse abuser des rotations défensives adverses, tout en appuyant sur le champignon dès que le rebond est pris. Le spacing opéré fait ses preuves, Washington lance merveilleusement sa carrière, Zeller et Biyombo font les poubelles, et même Marvin Williams trouve des minutes grâce à son shoot extérieur, son expérience et sa capacité à se coller là où son équipe en a le plus besoin. En fait, sans avoir à forcément se fixer sur du poste par poste, la véritable concurrence de Bacon doit venir de chez nous. Batum a ses 22 minutes par soir, pour un début de saison sacrément tendu là aussi (34% au tir, 26% à distance), avec un rythme à reprendre en sortie de blessure. Mais ce que Nico a par rapport à Dwayne ? De la défense, et du playmaking par séquence. Les extérieurs de Charlotte aiment couper à tout-va pour que le Français leur file des gonfles, ce qui fait de Batum le troisième meilleur passeur de son équipe malgré un temps de jeu réduit. On a donc, pour résumer, un back-court qui semble cimenté avec Graham et Rozier, deux remplaçants qui remplissent un rôle précis en Batum et Monk, et des miettes pour un Bacon grillé sur ce début de saison (c’était trop tentant). Des perspectives troublantes pour Dwayne, sur les mois à venir.

Charlotte est une bonne surprise de ce premier mois de compétition, et malheureusement pour Dwayne Bacon, ce n’est pas vraiment grâce à lui. Attendu de pied ferme cette année puis bouté hors de la rotation, que va nous faire l’arrière sur cette fin d’année civile ? Affaire à suivre.

Source : Charlotte Observer

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top