Mondial

Nick Nurse s’interroge sur le projet canadien : dur d’être très ambitieux en jouant sans… ses meilleurs joueurs

Nick Nurse

On en vient presque à regretter l’absence d’Anthony Bennett.

Source image : NBA League Pass

On a surtout parlé des nombreuses absences chez Team USA, mais le Canada n’est pas en reste et a du partir en Chine sans ses meilleurs joueurs. Sauf que si les États-Unis visent l’or même avec une équipe Z, c’est un peu différent pour les Canadiens, et ça c’est vu. De quoi décevoir le nouveau coach Nick Nurse, qui s’attendait probablement à une situation plus favorable pour sa première compétition internationale.

Sacré gâchis que ce Mondial canadien. Un nouveau coach qui vient de gagner une bague, une compétition plus ouverte que d’habitude et une flopée de joueurs bien installés en NBA, tout était là pour que les mecs soient très ambitieux en Chine. Sauf que finalement, la plupart des NBAers ont refusé de faire le déplacement, et Nick Nurse s’est retrouvé avec un groupe correct mais très loin de pouvoir viser une médaille. Andrew Wiggins, Jamal Murray, Tristan Thompson ou R.J. Barrett, tous ont zappé le Mondial et seuls Cory Joseph et Khem Birch ont représenté leur nation du côté des joueurs NBA. Pas aidé par le tirage au sort qui les ont opposé à l’Australie et à la Lituanie dès la phase de poule, les Canadiens n’ont pas pu faire long feu dans la compétition, largement dominés par ces deux équipes. Un peu victime de tout ça, Nick Nurse a exprimé samedi sa déception et a expliqué ce qu’il manquait à son équipe :

« Je pense que les gars qui sont ici en ce moment ont tous un peu joué, il faut qu’ils continuent à grandir en restant ensemble. Mais certains de ces mecs, je suppose qu’ils ont besoin de savoir pourquoi  ils vont ou ne vont pas jouer, ou s’engager à jouer. S’ils veulent jouer, il faut qu’ils le fassent sur cinq ou six ans d’affilée. Parce que je pense que tu pourrais faire quelque chose de spécial avec un groupe qui reste ensemble pendant cinq ou six ans. »

On en connaît un qui, avec le recul, aurait peut-être préféré rester à Toronto savourer son titre que s’engager dans cette aventure. Mais le coach des Raptors a bien ciblé ce qui manque à ce Canada pour être une vraie menace à l’avenir : un vécu collectif. Rappelons que les Canadiens étaient absents à la Coupe du Monde 2014, et qu’on est donc sur le premier Mondial disputé par ce groupe. Contre des Lituaniens et des Australiens qui se connaissent par cœur, difficile de rivaliser. C’est simple, outre les États-Unis, toutes les équipes visant une médaille (France, Serbie, Espagne, Australie…) possèdent un noyau dur qui se côtoie en sélection depuis des années. Alors avec un entraîneur qui vient à peine de prendre ses marques, aussi talentueux soit-il, et un groupe nouveau et privé de ses meilleurs éléments, difficile de faire beaucoup mieux. Rendez-vous dans « cinq ou six ans » pour voir ce que ce Canada de Nick Nurse pourra donner ?

Être champion NBA puis champion du Monde en quelques mois, c’était un peu mission impossible. Mais au moins Nick Nurse, s’il ne semble pas ultra-optimiste, a bien compris ce qu’il manquait à son Canada. À voir s’il continuera l’aventure longtemps ou si c’était seulement l’expérience d’un été.

Source Texte : sportsnet.ca

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top