Bulls

Le best-of des Bulls 2018-19 : Zach LaVine a participé, et heureusement d’ailleurs, sinon il n’y aurait pas de best-of

En attendant la reprise des hostilités, TrashTalk paye une nouvelle fois son mois d’août et vous offre chaque jour le best-of 2018-19 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du dimanche, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights, les vacances c’est pour les autres.

C’est parti, vingt-deuxième best-of de cette série spéciale N-1, synonyme d’un début de saison qui se rapproche inexorablement. Ça c’était pour la bonne nouvelle, mais passons tout de suite aux choses sérieuses.

On ne peut pas dire que les Bulls aient vraiment progressé en 2018-19. La saison passée, Chicago a fini dans les bas-fonds de l’Est (13ème) avec un bilan de 22 victoires pour 60 défaites, soit cinq succès de moins que l’année précédente. Bilan très pauvre surtout quand on sait que ça fait maintenant deux saisons – depuis le départ de Jimmy Butler – que les Taureaux ne réussissent pas à sortir de leur trou. Heureusement, il y a eu un minimum de spectacle grâce surtout à un homme, Monsieur Zach LaVine.

Parce que si le pseudo franchise player improvisé ne faisait pas partie de l’effectif, on pourrait dire adieu à notre best-of des Bulls. On peut dire que le double vainqueur du Slam Dunk Contest (2015 et 2016) s’est fait plaisir à travers les défenses adverses. Bien accompagné par un gars comme Kris Dunn, qui n’a pas peur des colosses quand il s’agit de monter au cercle, le backcourt de Chicago a montré qu’il savait faire le spectacle. À l’intérieur, avec la paire Robin Lopez – Lauri Markkanen, on a connu plus athlétique mais le Finlandais avait senti le best-of venir, donc il a quand même sorti un poster bien piquant (oui, on parle bien de Nikola Vucevic). Contre toute attente, Jabari Parker est très absent de ces 10 petites minutes de best-of. En même temps, y’a moyen qu’il soit déjà tombé aux oubliettes du côté des Bulls, lui qui n’a joué que 39 matchs sous le maillot de sa ville natale. Petites surprises qui peuvent de temps à autre apparaître dans le best-of : l’ailier rookie Chandler Hutchison et le meneur Ryan Arcidiacono, qui ont été plutôt créatifs sur quelques actions.

Une année difficile pour des Bulls encore trop jeunes et inexpérimentés. Cela s’est ressenti autant sur le terrain que dans le classement. Bon, il y a quand même du potentiel dans l’Illinois et peut-être que la saison 2019-20 sera celle du renouveau. Sinon, Zach LaVine pourra toujours se dire qu’il est franchise player d’une équipe NBA.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top