Bucks

NBA Flashback 2018-19 #49 : ce jour où Giannis Antetokounmpo a confirmé que les Sixers étaient son plat préféré

La saison 2018-19 est à peine écoulée qu’elle nous manque déjà. Comme chaque été, TrashTalk vous propose donc de revenir sur ces événements qui nous ont fait vibrer, sursauter, rire ou pleurer, histoire aussi de garder notre belle NBA en tête H24 et douze mois sur douze. Allez, coup d’œil dans le rétro histoire de se rapprocher tranquillement… de la reprise. Comment ça on se repose l’été ? Comment ça on est des geeks ?

Giannis est MVP parce que ses stats sont folles, parce que son corps est dingue, parce qu’il traverse le terrain en trois pas, parce qu’il a le droit de faire trois pas, parce qu’il peut faire le dunk final de Space Jam sans effets spéciaux, parce qu’il supplante enfin Nikos comme grec préféré des Français, parce que grâce à lui on a enfin oublié Diamantidis, parce que l’Europe, parce qu’on ait écrire son nom les yeux fermés, parce que les vannes avec les kebabs, parce que les montages avec les kebabs. Et Joel Embiid il en pense quoi de tout ça ?

On en avait parlé dans l’EP 40 de cette série estivale, les duels entre Giannis Antetokounmpo et Joel Embiid ont été cette saison des guerres de cyborgs à vous exploser les lattes d’un parquet. La dernière de ces rencontres ne déroge pas à la règle, et c’est à un véritable combat de titans que se sont livrés les deux bestioles en ce 4 avril 2019. Un duel dont le Freal sortira finalement vainqueur aux poings. Avant toute chose ? Rappelons les stats de Jojo au cours de ce match, pour bien prendre conscience de ce qu’il faut faire en 2019 pour prendre le dessus sur le Camerounais… 34 points, 13 rebonds, 13 passes, 2 steals et 3 contres, bienvenue chez les losers. Car en face, c’est encore un tout autre genre de perf que nous aura sorti le futur MVP, dans un match qui aura finalement mis le couvercle sur le trophée du garçon.

45 points à 13/22 dont 3/7 du parking et 16/21 aux lancers, 13 rebonds, 6 passes et 5 contres

Une. Dé. Mons. Tra. Tion. Du début à la fin. Vous voyez ce genre de mec dont on a l’impression qu’il fait quatre mètres de haut et 500 kilos ? On y est. Un Joel Embiid gourmand mais monstrueux en face ? Même pas peur, le MVP est bel et bien grec cette saison. Une preuve irréfutable de ce constat ? Ces deux contres monumentaux sur le pivot des Sixers, le premier le mettant littéralement sur le cul alors que le second viendra valider définitivement une nouvelle victoire des Bucks. Trop fort, trop haut, trop long, trop rapide, trop puissant, trop tout. Répondre au défi du tir lointain, c’est possible. Répondre au défi physique dans la raquette ? Laissez-moi rire. Cet homme aura donc passé une saison entière à déféquer sur absolument tous ses adversaires (sauf les Raptors finalement), et ce match, l’avant-dernier de la régulière, en est peut-être l’un des plus beaux exemples.

Parfois quelques images valent mieux qu’un long roman, surtout quand une collection existe déjà concernant notre héros du jour. Alors on s’assoit et on apprécie la domination du plus beau cyborg de 2019, avant de le voir déchirer le monde entier en Chine au mois de septembre…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top