Warriors

Preview Warriors – Rockets, Game 5 : dites, elle serait pas là, la série de fous furieux annoncée ?

Stephen Curry Golden State Warriors

Vrai sourire ou sourire crispé après cette nuit ?

Source image : YouTube

Les Warriors ont pris les deux premiers matchs à l’Oracle, de façon assez logique, mais toujours en se faisant accrocher. Les Rockets ont pris les deux derniers matchs dans le Texas, un peu au ras des fesses, mais la mission est accomplie. 2-2, balle au centre, et pour vous décrire la magnitude du Game 5 de ce soir, les mots nous maquent un peu, mais on va essayer, promis. 

Vous aussi, vous avez comme un air de déjà vu ? Cette demi-finale de Conférence est le remake du blockbuster de l’an passé, en tout point, puisqu’en 2018, on était également dos à dos au bout de quatre matchs entre les deux inséparables. Bon, les réalisateurs ont quelque peu modifié le scénario, puisque cette fois les Rockets ont dû cravacher pour effacer un déficit de deux manches en faveur des champions en titre. Il fallut passer par une prolong’ lors du Game 3 et une belle perf’ collective mais pas super sereine il y a deux nuits, mais Houston y est bel et bien. Pour expliquer ce renversement, on pourrait simplement s’en tenir à un Toyota Center toujours sous stéroïdes quand il s’agit de jouer les Warriors, mais ce serait bien trop réducteur. Tout d’abord, James Harden a enfin posé ses cojones sur la table quand il le fallait, notamment dans l’overtime du Game 3, et même si ce n’est pas encore le Nirvana niveau adresse, surtout de loin, les pourcentages sont déjà plus dans les cordes d’un MVP en titre. 41 points à 14/32, puis 38 pions à 13/29, ça passe encore, et maintenant on aimerait juste que le stepback redevienne une arme redoutable, car l’arrosage à trois points est encore trop présent. Mais y’a pas que Harden dans la vie, et H-Town put également compter sur un P.J. Tucker mort de faim en défense, un Chris Paul qui n’a pas l’impact de l’an passé mais qui fait toujours un bien fou en tant que gestionnaire, un Eric Gordon qui prend feu, ou encore sur un Clint Capela qui, comme par hasard, sort ses deux meilleurs matchs de postseason. Vous shakez le tout, et vous obtenez un comeback validé, mais ce soir, il faudra tout ça et bien plus pour revenir dans l’enfer de la Baie.

Du côté de Golden State, difficile d’établir un pronostic sur le mood réel qui règne en coulisses. Certes, Draymond Green est monté au créneau il y a peu pour affirmer que tout allait bien au pays des Bisounours, sauf que concrètement on se serait bien passé de tous ces tracas. On veut bien qu’il en faille plus à ce groupe pour s’affoler, et qu’avec trois titres NBA sur les quatre dernières années, on en a vu d’autres, sauf que la situation actuelle ressemble un peu à une croisée des chemins. Kevin Durant et Klay Thompson seront agents-libres cet été, et des sources internes rapportaient qu’on s’attendrait à des changements qui mettront San Francisco sans dessus dessous à l’intersaison. Quand on prend en compte cela, et qu’on l’ajoute à des sorties un peu moins conquérantes depuis le début des ces Playoffs, on est en droit de se poser la question, ça ressemblerait pas à ça, le fin d’une dynastie ? Ou alors, tout va réellement pour le mieux dans le meilleur des mondes, et la troupe à Steve Kerr est en train de gérer ça en champion, c’est-à-dire savoir se faire peur mais en ressortant toujours la tête haute, et avec l’opposition en pleurs. Le dernier cas de figure demeure à ce jour encore le plus probable, on ne va pas se mentir, et ces diables de Golden State donnent énormément de fil à retorde aux Rockets, même avec des Splash Bros un peu à côté de leurs pompes. En attendant, KD gère l’intérim avec des performances de mammouth en veux-tu en voilà, mais si un des deux snipers fous venaient soudainement à prendre un coup de speed, il ne faudra pas être à proximité lors de l’explosion, surtout si vous jouez en rouge. Et tiens, cette nuit semble être l’occasion idéale pour venir claquer un bon carton des familles.

Beaucoup de questions, beaucoup de blabla, mais une celle manière de régler tout ça, en cowboy. Game 5 entre Warriors et Rockets, un avantage à prendre, une bague à aller chercher, tout ça cette nuit, à partir de 4h30. Bref, si vous n’êtes pas hypé, vous n’avez peut-être plus d’âme. Nous, on a déjà check les défibrillateurs. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top