Blazers

Portland frappe un grand coup à OKC : victoire 111-98, les Blazers sont à une petite victoire des demi-finales…!

Portland
Source image : NBA League Pass

C’était la mission la plus importante du weekend pour Portland. Après avoir lâché le Game 3 à OKC, les Blazers devaient tout donner pour tenter de réaliser l’opération de l’année : rentrer à la maison en menant 3-1 dans la série. Ding dong, c’est fait.

Que les fans du Thunder se réveillent doucement en ce lundi de fêtes, car la journée risque d’être longue. Non, ce n’est pas une blague, Oklahoma City est bien mené 3-1 dans ce duel du premier tour des Playoffs, avec un déplacement hardcore à venir dans l’Oregon. Dans un tout autre papier, qui lui sera dédié à la franchise de Russell Westbrook, nous pourrons revenir en détail sur l’immondice proposée par le meneur et ses coéquipiers. Mais pour l’instant ? Rendons à César ce qui lui appartient. Ou plutôt, donnons aux Blazers ce qu’ils méritent. Une grande tournée d’applaudissements, et des tapes dans le dos. Car en terme de challenge à réaliser à l’extérieur, compte-tenu du contexte de cette équipe, avec une Chesapeake Arena qui allait être bouillantissime et un Thunder qui n’avait tout simplement pas le droit de perdre, c’est une immense victoire qui a été validée par Terry Stotts et ses hommes ce dimanche. Tout en contrôle, sans paniquer, avec la sérénité d’une équipe expérimentée, les Blazers ont assuré comme la franchise la mieux placée des deux dans cette série. Pourtant, on voyait bien OKC débarquer avec le couteau entre les dents, notamment après le trashtalking du match précédent. Impossible de croire que Paul George et sa clique allaient se viander à domicile. Le début de partie allait d’ailleurs dans ce sens, et la première mi-temps d’une manière générale. Markieff Morris, Raymond Felton, Dennis Schroder, tout le monde s’y mettait pour permettre au Thunder d’égaliser dans la série. Sauf qu’en face ? Pas un seul moment de panique, comme pouvait le témoigner la fin de première période calmement gérée par les visiteurs. Un stop, une bonne attaque, un stop, une bonne attaque, Aminu et Harkless retroussaient leurs manches pour aider Portland à reprendre le lead. Match quasiment à égalité, on attend encore mieux après la pause.

Et en sortie de vestiaire, ce sont bien les Blazers qui vont frapper fort, très fort. D’abord à l’aide de Damian Lillard, puis via C.J. McCollum. Plutôt maladroits en duo en première mi-temps, les deux snipers savaient que pour sortir vivant de cette salle avec la victoire, il allait falloir activer le mode superstar. Pour commencer, Lillard activait son Dame Time bien plus tôt que prévu, plantant bombe sur bombe derrière les écrans afin de faire péter l’écart. Bien aidé par ses coéquipiers de l’ombre, Damian était en feu et c’est donc toute sa franchise qui le suivait dans son boulot, le visage de marbre. Pas la moindre expression sur la gueule du All-Star, on est là pour faire le boulot qu’on est censés faire. Et une fois la défense adverse ajustée pour calmer le pyromane de l’Oregon, c’est Monsieur McCollum qui activait son bras. Superbe dans son contrôle du dernier quart-temps, présent également en défense pour empêcher les sprinteurs d’en face de prendre confiance, C.J. était écoeurant de confiance et de gestion. En duo, mais quelque part en équipe complète car les Collins, Kanter, Aminu, Harkless et compagnie étaient au four comme au moulin, Lillard et McCollum transformaient la Chesapeake Arena en salle de repos personnelle. Un coup de climatisation fatal, absolument pas éteint par les cadres du Thunder qui entamèrent une remontée bien trop tard. Les tirs ratés de Paul George, la discrétion de Westbrook, le manque d’intensité d’Adams et on en passe, au moment le plus important de la saison, OKC était aux abonnés absents. Et forcément, c’est tout Portland qui en profitait pour prendre une avance majeure dans cette série.

Car oui, nous en sommes là aujourd’hui. Les Blazers vont rentrer à la maison, jouer devant leur public mardi soir, en menant leur série 3-1. Ce n’est pas terminé, mais ça sent extrêmement bon pour Portland, et extrêmement mauvais pour OKC. Le prochain match sera tout simplement immanquable.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top