Los Angeles Clippers

Lou Williams, le vrai roi de Los Angeles : un buzzer beater énormissime sur la tête de Brooklyn !

Lou Williams
Source image : NBA league pass

Mais qui peut le stopper ? Lou Williams, encore une fois, a mis les Clippers sur son dos et a posé un orteil de plus en Playoffs avec un shoot de grand malade sur les pauvres Nets. Fallait pas laisser la balle dans les mains de Loulou au buzzer.

Il y a ceux qui parlent, et il y a ceux qui assument derrière. Comment ne pas sourire en voyant ce que ces Clippers sont en train de faire cette saison, eux qui démarraient l’année en tant que vilain petit frère de la cité des anges mais sont en réalité en train de la coller au voisin doré du Staples Center ? Montrezl Harrell, Pat Beverley, Doc Rivers et compagnie, des braqueurs qui en ont rien à foutre de chaque adversaire et veulent simplement mieux jouer que la troupe d’en face pour repartir avec la gagne. Une formule qui marche, généralement, mais qui semblait en panne ce dimanche lors de la visite de D’Angelo Russell et ses potes. Dès le début de la rencontre, c’est Brooklyn qui montrait le vrai visage d’une équipe collective, concentrée et téméraire, prenant quasiment 20 points d’avance dans le second quart et laissant penser que la nuit de la veille avait été longue pour les Clippers. Manque de réussite offensive, manque d’impact offensif, rien n’allait en début de match. Puis, comme souvent cette saison, le Doc a trouvé la solution. Un peu de patience, de sagesse, un coup de gueule, la balle donnée dans les bonnes mimines et on y va, palier par palier. Un match assez fou car, par la suite, ce sont des runs incessants qui vont faire buguer les spectateur de Los Angeles. Un coup c’est pour les Clippers, un coup c’est pour les Nets, un coup on se dit que c’est terminé, avant de voir un miracle se produire en un claquement de doigts. Heureusement pour les hôtes, et malheureusement pour les visiteurs, le plus gros des miracles arrivera au buzzer, avec une dernière possession gérée par Monsieur Lou Williams.

Comment expliquer ce shoot ? Peut-être vaut-il mieux ne pas chercher à le faire. C’est du Loulou tout craché, diront ceux qui suivent ces Clippers au quotidien. C’est du non-sens total, diront ceux qui observent cette scène la bouche grande ouverte. Ne surtout pas faire faute, ne surtout pas faire faute, telle était l’angoisse numéro 1 qui occupait l’esprit de Kenny Atkinson et ses hommes. Avec un malin expérimenté comme Williams, et dans une situation un peu tendue comme celle-ci, c’est tellement tentant de défendre trop dur et du coup se prendre un sale coup de sifflet. Lou l’a fait tellement de fois en carrière, et rien que cette saison, lorsqu’il feint de prendre un shoot mais attend que le défenseur face une erreur pour capitaliser dessus. Cette fois, c’était différent : l’arrière le disait lui-même, tout ce qu’il voulait c’était se décaler sur la gauche et atteindre l’arceau. S’il arrivait à faire cela, il le sentirait bien. Et après avoir bossé ces tirs totalement désaxés depuis des années, afin de déstabiliser les défenseurs adverses, Lou exécutait son plan personnel à la perfection. Catch, fade, gauche, arceau atteint, buzzer, ficelle. Comme dans un rêve. Immédiatement, le public explose et le banc des Clippers saute sur son héros du soir. Un pas de plus fait vers les Playoffs, une nuit de plus terminée en tête des gros titres californiens. Pendant que LeBron et compagnie en chiaient chez les Knicks, c’est une grosse victoire que les Clippers validaient pour se rapprocher un peu plus d’un ticket vers la post-season. Les Nets, comme tant d’autres équipes cette saison, ne peuvent que secouer leur tête en se disant qu’ils ont tout fait pour l’emporter. Les Clippers, comme tant d’autres fois cette saison, ne peuvent que sourire en se disant que cette année est définitivement magique.

Ce n’est plus un scénario hypothétique, c’est une réalité de chez réalité. Les Clippers, emmenés par un Lou Williams du feu de dieu depuis un mois, sont la meilleure équipe de Los Angeles et y mettent la manière pour aller en Playoffs et plaire. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top