Defensive Rankings

Défenseur de l’Année 2018-19 : Paul George garde le cap, mais un Daim grec pointe aussi son museau

Paul George, Giannis Antetokounmpo, James Harden, Kawhi Leonard ou Rudy Gobert : le trophée devrait se jouer entre quatre de ces cinq hommes.

Source image : NBA League Pass

Le All-Star Game approche et si les dés ne sont pas encore jetés pour le titre de meilleur défenseur de l’année, les prétendants ont déjà bien posé leurs billes pour être dans la course. Si certains ont faibli ou sont freinés par la case infirmerie, d’autres montent en puissance. Et pour mener cette course, Paul George et Giannis Antetoukounmpo ont clairement le plus d’arguments à faire valoir pour remporter la timbale fin juin.

Bien sûr, d’autres défenseurs d’élite n’apparaissent pas dans ce classement, la faute à un bilan défensif collectif trop moyen pour vraiment prétendre repartir avec le DPOY. On pense bien sûr à Jrue Holiday qui est certainement le plus pénalisé, mais aussi Robert Covington. D’autres sont plus à l’ombre car des éléments importants du verrou de leur franchise, sans être pour autant la tête d’affiche. Chez les Pacers, le Thunder, les Bucks ou encore les Raptors, nombreux sont les joueurs à pouvoir postuler.  

Statistiques arrêtées au 30 janvier 2019

10- Justise Winslow (Miami Heat)

La solidité de retour le mois dernier est confirmée en janvier du côté de South Beach. Bien entendu, certains voudront mettre en avant la place prise par Hassan Whiteside dans la raquette du Heat, lui qui tourne encore à plus de 8 rebonds défensifs et plus de 2 contres tous les soirs. Mais le joueur qui a le plus d’impact en défense est Justise Winslow qui ressemble de plus en plus au joueur espéré lorsqu’il a rejoint Miami lors de la Draft 2015. Les chiffres les plus visibles ne sont pas forcément impressionnant, mais lorsqu’on mate la troupe de Spo’ sur le parquet, on ressent beaucoup plus l’apport de Justise Winslow pour emmerder les adversaires.

Statistiques : 4,4 rebonds défensifs,  0,3 contre et 1 interception.

9- Joel Embiid (Philadephie Sixers)

La défense des Sixers n’est pas encore revenue dans ses excellents standards de la fin de saison dernière, mais il n’est tout de même pas aisé de scorer contre Philly, en particulier dans une raquette bien gardée par JoJo Embiid. Une tour de contrôle essentielle qui pousse l’adversaire à y réfléchir à deux fois avant de tenter une pénétration. Bref, le Camerounais reste une valeur sûre en défense et un intérieur craint.

Statistiques : 11 rebonds défensifs, 1,9 contre et 0,6 interception.

8- Al Horford (Boston Celtics)

On ne le voit pas dominer une rencontre par des steals ou des blocks. Mais quelle maîtrise des fondamentaux défensifs pour rendre la vie impossible aux adversaires. Alfred est l’illustration même que els stats ne définissent pas l’impact d’un joueur tant sa présence est importante pour la défense des Celtics. Et encore, le mec se coltine les pivots depuis le début de sa carrière alors qu’il est ailier-fort. S’il évoluait poste 4, Horford éteindrait certainement encore plus son vis-à-vis et serait NBA All Defensive Team chaque saison ou presque..

Statistiques : 4,8 rebonds défensifs, 1,5 contre et 0,8 interception.

7- Marc Gasol (Memphis Grizzlies)

Le bon début de saison des Grizzlies commence à être loin et on entend le nom de Marc Gasol dans de nombreuses rumeurs. En effet, même si on galère dans le Tennessee, le pivot possède une belle cote sur le marché, surtout par son impact défensif. Il conserve sans surprise une place dans le classement pour le titre de DPOY, même s’il n’a plus l’étoffe d’un favori.

Statistiques : 7,6 rebonds défensifs, 1,2 contre et 1,2 interception.

6- Paul Millsap (Denver Nuggets)

L’ancien compère de Al Horford à Atlanta est lui aussi le métronome défensif de son équipe. Pendant que Nikola Jokic brille en attaque, Paulo colmate les brèches en défense, capable de défendre sur plusieurs postes pour soulager les Nuggets. pas de chichi, pas de contre tapageur, pas d’interception de haute volée. Mais une efficacité monstre.  .

Statistiques : 4,6 rebonds défensifs, 0,8 contre et 1,2 interception.

5- Thaddeus Young (Indiana Pacers)

Victor Oladipo out, on ne pouvait pas laisser ce classement sans un joueur des Pacers tant la défense d’Indiana est solide. Du coup on va mettre en lumière l’ami Thaddeus Young qui fait souvent un gros taf de l’ombre, comme lorsqu’on l’a vu se coltiner avec succès Giannis Antetokounmpo. Un joueur qui colle parfaitement au style défensif des Hoosiers et qui reprend donc le flambeau de Totor.

Statistiques : 3,9 rebonds défensifs, 0,5 contre et 1,5 interception.

4- Kawhi Leonard (Toronto Raptors)

Il pourrait être au sommet du classement, mais Kawhi décide de faire une saison tranquille, sans trop forcer. En se reposant plus d’un quart des matchs, on se dit que la course au trophée n’est pas sa priorité. Et vu que les Raptors s’en sortent plutôt bien sans lui (11-3 au 29 janvier), on imagine que les Canadiens ne prendront pas de risque avec un mec qui sort d’une quasi saison blanche. Comme ça il sera bien chaud en Playoffs pour rappeler à quel point il est monstrueux défensivement.

Statistiques : 6,6 rebonds défensifs, 0,5 contre et 1,9 interception.

3- Rudy Gobert (Utah Jazz)

Utah revient en forme. Comme par hasard, au moment où Rudy Gobert semble avoir atteint son rythme de croisière. Alors bien sûr, la montée en régime de Donovan Mitchell de l’autre côté du parquet joue aussi beaucoup dans le dynamique actuelle du Jazz, mais l’impact défensif de notre Frenchie pèse aussi énormément. Des rebonds à la pelle – sa meilleure saison en carrière – toujours autant de contres et une présence intimidante dans la raquette. Du Rudy comme on l’aime.

Statistiques : 9,1 rebonds défensifs, 2,2 contres et 0,9 interception.

2- Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks)

Un ovni. Monstrueux des deux côtés du parquet, il  est celui qui présente les meilleures statistiques défensives « brutes » avec plus de 10 rebonds dans son camp, accompagnés de presque un contre et demi et autant en interception. Ce qui l’empêche d’être numéro 1 dans notre classement ? Il se dirige tout droit vers un titre de MVP avec le bilan collectif des Bucks, et on sait à quel point il est rare de cumuler les deux trophées (meilleur joueur et meilleur défenseur) la même saison.

Statistiques : 10,3 rebonds défensifs, 1,4 contre et 1,5 interception.

1- Paul George (Oklahoma City Thunder)

Est-ce que Paul George va pouvoir tenir le rythme et conserver sa première place devant Giannis ? Cela sera difficile, mais Paulo reste un client de choix, certainement le meilleur extérieur en défense. Malgré cette débauche d’énergie constante, il parvient en outre à rester efficace en attaque pour être l’atout numéro 1 du Thunder des deux côtés du parquet. S’il sera certainement juste en fin de saison pour être MVP, il mérite bien d’aller chercher une récompense et celle de DPOY lui siérait à merveilles.

Statistiques : 6,5 rebonds défensifs, 0,5 contre et 2,3 interceptions.

Les mois passent et les verrous restent. Le virage du All-Star Game sera comme souvent périlleux pour certains et les vrais candidats devraient se retrouver pour la lutte finale à partir du mois prochain. Paul George, Kawhi Leonard, Rudy Gobert et Giannis Antetokounmpo, le trophée devrait se jouer entre ces quatre-là. A moins d’une surprise du nom de James Harden ou Stephen Curry, mais là on n’est vraiment pas sûrs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top