Timberwolves

Karl-Anthony Towns choqué par le départ de Tom Thibodeau : le poisson d’avril a changé de date cette année ?

Karl-Anthony Towns, Wolves, Kevin Garnett, sophomore

What the actual fuck ?

Source Image : Youtube

Vous le savez déjà, Tom Thibodeau a été remercié par les Wolves. Un licenciement effectué dans un contexte pour le moins bizarre qui a surpris pas mal de monde dont Karl-Anthony Towns en personne. Récit de cette soirée troublante du point de vue du jeune pivot.

« Nous venions de célébrer une bonne victoire, alors nous sommes tous rentrés chez nous en pensant que la journée était finie. En fait ce n’était que le début. »

C’est avec ces mots, recueillis par Malika Andrew d’ESPN, que KAT a raconté comment il avait appris le limogeage de Thibs, ajoutant qu’il n’avait toujours pas reçu d’explication sur la raison de cette décision de la part du front office. Des mots inquiétant, qui mettent encore plus de doutes sur la gestion de sa franchise par Glen Taylor, tant le dossier Tom Thibodeau semble être flou. Petit rappel des faits pour bien situer les choses. En septembre, Jimmy Butler demande publiquement son transfert. La gestion du cas par le désormais ex-tacticien du Minnesota est catastrophique : les dirigeants et le président du sportif qui se contredisent, un joueur qui ne veut plus jouer etc., vous connaissez l’histoire. Après cet épisode, la situation du Pingouin au sein de la franchise était clairement instable, et les résultats maussades de l’équipe en ce début de saison n’arrangent pas les choses. Sauf que les Loups restent quand même au contact de la meute du top 8 et peuvent toujours croire aux Playoffs en avril. On se dit alors que le job de Thibs est au moins garanti jusqu’à la fin de la saison, d’autant plus que Minny venait d’enchaîner deux victoires avec un gros KAT et un bon Andrew Wiggins qui commence à montrer des choses intéressantes. Puis, soudainement et sans prévenir, le propriétaire décide de stopper l’aventure de son coach dans les forêts du Minnesota… juste après une victoire de 24 points face aux Lakers.

Ça, on peut dire que Glen Taylor déteste faire les choses comme tout le monde. Le mainstream ? Très peu pour lui. Virer un coach après une victoire alors que cela aurait dû être fait depuis des mois, c’est sûrement du jamais vu. Mais le plus grave réside dans l’intervention de la jeune star de la franchise qui semble aussi abasourdi que nous par la nouvelle. Une preuve du problème qui règne dans l’organisation des Wolves où personne ne semble au courant de rien avec des décisions prises sur des coups de tête et sans réelle logique. Towns en rajoute même une couche en disant qu’il trouvait qu’il y avait une certaine dynamique qui était en train de s’installer à Minneapolis avec coach Thibs. Une affaire qui a donc secoué le vestiaire et qui ne rassure pas sur la santé mentale des dirigeants de cette franchise. Glen Taylor peut aller s’asseoir à la table des milliardaires qui font n’importe quoi avec une franchise NBA en compagnie de Robert Sarver, James Dolan et compagnie. Une chance pour lui, que dès le lendemain, ses jeunes Loups soient allés remporter un superbe match dans l’Oklahoma et que les joueurs aient fêté dignement la première victoire en carrière de leur nouveau coach sans avoir l’air trop pris de remords pour l’ancien.

Un nouveau superbe coup pour les Wolves donc, qui en plus de virer leur coach un soir de victoire, mettent leur jeune superstar fraîchement signée au max sur cinq ans dans le flou concernant la situation de la franchise. On n’avait pas vu une telle gestion des affaires depuis le passage de Nicolas de Travernost à la tête des Girondins de Bordeaux.

Source texte : ESPN

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top