Knicks

David Fizdale veut sensibiliser les Knicks au sommeil : si la ville ne dort jamais, ce serait bien que les joueurs si

David Fizdale

Quand ton pire ennemi n’est ni Boston, ni Toronto mais Fortnite.

Source image : YouTube

Les Knicks sont une franchise à reconstruire. Une équipe remplie de jeunes, avec des résultats moyens et des objectifs qui se limitent pour l’instant à la Lottery et à la Draft : le contexte idéal pour travailler un peu sur la structure et l’organisation. Et en ce moment, David Fizdale s’applique à passer un message de sensibilisation à ses joueurs : dormez mieux en dehors, moins sur le terrain. Basique certes, mais bon, au point où on en est…

Quand le front office de New York est allé chercher David Fizdale, ce n’était pas pour qu’il aille décrocher de grandes performances cette année. Bim, premier scoop, on préchauffe. Et avec un bilan de 9 victoires pour 27 défaites et une 14ème place à l’Est, on peut dire que l’ancien coach des Grizzlies remplit totalement les non-objectifs. En même temps, avec l’absence de sa superstar et un effectif qui ne compte pas moins de quinze joueurs ne dépassant pas les cinq années d’expérience dans la Ligue, il y a bien d’autres priorités que les wins (qui sont même à éviter maintenant que le tank est sorti) : il faut éduquer ces jeunes gamins qui, pour la plupart, n’ont pas encore soufflé plus de 23 bougies. Et s’il y a bien une chose qui impressionne tous les petits nouveaux en NBA, c’est bien le rythme effréné des matchs et des déplacements. Une difficulté d’adaptation qui se traduit souvent par le fameux rookie wall. Alors pour bien les former, on commence par la base puisque, dans un long dossier de Mike Vorkunov pour The AthleticDavid Fizdale revient sur son travail sur le sommeil de ses hommes :

« En fait, nous éduquons beaucoup nos joueurs au sommeil parce que tout arrive dans notre sommeil : le rétablissement du cerveau, celui du corps, la croissance des muscles. Ce repos affecte le temps de réaction, la prise de décision et toutes ces choses. Nous mettons vraiment l’accent là-dessus auprès de nos gars. Nous essayons de leur apprendre ce qui peut avoir un impact et détériorer leur sommeil. […] Fortnite est mon grand rival désormais, et il est meilleur que les Boston Celtics. Fortnite est invaincu. »

Les temps changent… Car à l’époque de notre grand Gérard, le staff des Knicks aurait rêvé de le savoir calmement installé avec un casque sur la tête et une manette entre les mains plutôt qu’un magnum sabré et le coude bien levé. Allez, un shot en hommage. Plus sérieusement, la NBA tape un tel niveau d’exigence et de professionnalisme qu’il faut faire attention à son sommeil pour être performant. Pour le comprendre, on vous conseille les vidéos d’un petit Youtuber qui débute dans le game, une sorte d’insider +++ de la Grande Ligue, Evan Fournier. Alors que met David Fizdale en place pour le sommeil de ses joueurs ? Déjà, dès son arrivée, le coach a reculé de deux heures tous les entraînements par rapport à l’ère de Jeff Hornacek pour laisser des semblants de grasse mat’ à ses joueurs. Chose intéressante, les Knicks restaient la seule équipe à ne pas avoir arrangé leurs practices pour optimiser le sommeil de leurs hommes. À jamais les derniers. Autre mesure, côté transport, on évite au maximum les vols de nuit : les wagons-couchettes c’est marrant deux minutes, mais à la longue c’est pas le top pour bien récupérer. Enfin, côté style et fashion, David Fizdale a appelé un spécialiste du sommeil pour discuter avec les joueurs et leur fournir des lunettes teintées orange anti-lumière bleue : raccord avec les couleurs de NYC, c’est validé. Est-ce que cela suffira pour faire progresser ces Knicks ? Non, mais ça fait aussi partie de l’apprentissage. New York est actuellement dans tous les top 5 de la lose : celui des pires attaques (25ème rating), des pires défenses (28ème rating), des pires bilans et des pires séries en cours (6 défaites consécutives). Maintenant qu’on a investi dans le sommeil, on met des thunes dans un réveil ?

Dur apprentissage de la Ligue cette saison pour ces jeunes Knicks. Mais la franchise était prévenue et c’est bien pour cela qu’ils sont allés choper David Fizdale, un coach réputé proche de ses joueurs. Leçon n°1 pour gagner : bien se reposer. Pas si évident dans la ville qui ne dort jamais.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top